Législatives et Locales au Togo : On fonce droit dans le mur


Arthème Séléagodji Ahoomey-Zunu, PM

Avec un consensus maquillé, les populations togolaises seront une fois encore appelées aux urnes. Le pouvoir RPT/UNIR a mis en route le processus électoral malgré les contestations de l’opposition. Pour l’heure aucune date n’est encore fixée mais le pouvoir continue par clamer qu’il veut respecter le délai constitutionnel. Une position qui entraine le pays tout droit dans le mur.

La situation sociopolitique qui prévaut actuellement au Togo, il faut faire preuve de cécité intellectuelle pour ne pas Continue reading

Togo/ Faure Gnassingbé douterait-il de ses propres ministres ?


La crise de confiance au sein du gouvernement Ahoomey-Zunu est

Arthème Séléagodji Ahoomey-Zunu, PM

assez palpant. Après l ‘éviction du ministre de l’administration territoriale et des collectivités locales Pascal Akoussoulèlou Bodjona, la désignation du ministre des mines et plus encore, le porte-parole du gouvernement reste de la mer à boire.

Même si le Premier ministre Séléagodji Arthème Ahoomey-Zunu s’est efforcé à convaincre devant l’Assemblée nationale le 02 Août dernier, que le ministère de la défense est resté attaché à la présidence et celui des mines à la primature, cela n’a pas semblé Continue reading

Nouveau Gouvernement au Togo : La politique du recommencement


Il aura fallu trois semaines pour que le nouvel exécutif togolais soit enfin connu. On note de grands départs, de nouvelles entrées et de

Gilbert Bawara, ministre de l’administration territoriale

changement de portefeuilles pour les ministres de l’Union des forces de changement (UFC) qui a signé avec le pouvoir RPT (aujourd’hui UNIR). Ils sont au total 31 y compris le premier ministre.

Le Ministre de l’administration territoriale, porte-parole du gouvernement Pascal Akoussoulèlou Bodjona vient d’être éjecté. Il est remplacé par le très bouillant Gilbert Bawara, jusqu’alors Conseiller à la Présidence après un dernière remaniement. Gilbert Bawara est donc le nouveau ministre de l’administration territoriale et des collectivités locales. Cela confirme sans doute que le torchon brûle entre le ministre Pascal Bodjona et Continue reading

Hausse des prix des carburants: 5000 F CFA pour bluffer les Togolais


Depuis le 04 juin dernier, les prix des produits pétroliers connaissent une nouvelle hausse. Comme pour mesure d’accompagnement, dit-

Ahoomey-Zunu, Ministre du Commerce et de la promotion du secteur privé

on, 5000 Francs Cfa est allouée aux agents de l’Etat et du secteur privé en activité ainsi qu’aux retraités. Nombreux sont les togolais qui qualifient la démarche de l’exécutif de bluff. 

De jour en jour, le niveau de vie des togolais ne cesse de s’éroder. Et, tous les conditions sont réunies pour qu’elles aillent de mal en pis. Et pour enfoncer le clou dans l’abîme, entre béant et difficile à supporter, le gouvernement en conseil des ministres le vendre 04 juin dernier, a décidé d’opérer une hausse allant à 5% sur les prix des carburants.

Désormais, le prix du super sans plomb est fixé à 567 francs Cfa alors que Continue reading

Négociations APE : LE TOGO RISQUE 82 MILLIARDS DE PERTE FISCALE


 L’économie des pays du Sud n’a aucune chance de survivre si les Accords de partenariats économique (APE) sont ratifiés tels qu’ils se présentent actuellement. Le Togo va subir une perte de 82 milliards de francs Cfa sur ces recettes douanières.

Ahoomey-Zunu, ministre togolais du commerce

Les discussions sont loin d’être closes autour des négociations des Accords de partenariat économique des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) avec l’Union européenne (UE), à cause des divergences qui subsistent. Chaque partie est en train de tirer le drap de son côté pour ne pas se retrouver plus désavantage en fin de négociations.

Ainsi, depuis 2004, les négociations ont pris corps et à ce jour, 36 pays sur les 77 que comptent les ACP ont soit paraphé, soit signé un accord intérimaire ou complet. Entre autres divergences, l’on peut noter l’élimination des taxes à l’exportation proposée par l’UE arguant que ces taxes « n’ont eu aucune influence positive sur les pays en voie de développement ». Le ton est autre chose du côté des pays de l’Afrique de l’ouest (qui négocient en bloc), pour qui, ces taxes, une fois suspendues, « limiteraientt la marge de manœuvre permettant leur utilisation comme instrument d’industrialisation, de développement des industries naissantes et de création de valeur ajoutée ». Selon les experts, les recettes des pays africains vont péricliter.

Le Togo ne fera donc pas exception à cette chute libre. Baroma Bamana, conseiller technique au Continue reading

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 109 followers