TOGO : LA LOI PORTANT MODIFICATION DU CODE ELECTORAL ADOPTEE SANS L’UFC ET LE CAR


Le groupe parlementaire RPT a adopté hier unilatéralement, la loi portant modification du code électoral. La séance étant boycottée par l’opposition parlementaire notamment l’Union des Forces de Changement (UFC) et le Comité d’Action pour le Renouveau.

Au total 14 dispositions ont été modifiées dans l’ancien code électoral.Parmi les principales innovations, l’instauration des Commissions électorales locales dans tous les arrondissements de Lomé et dans chaque préfecture. Selon les nouvelles dispositions, la cour constitutionnelle publiera la liste des candidats 25 jours avant la date du scrutin.

« Compte tenu du poids qui existe sur la Céli de Lomé, nous avons proposé qu’il y ait désormais des Céli dans chaque arrondissement, ce qui donne 5 Celi pour la capitale » a expliqué Pascal Akoussoulèlou le porte parole du gouvernement à Continue reading

KOFI YAMGNANE : "LE PRESIDENT NIGERIEN PREND LE RISQUE DE FAIRE EXPLOSER SON PAYS".


Kofi Yamgnane

Kofi Yamgnane

Le président nigérien Mamadou Tandja "prend le risque de faire exploser son pays", a affirmé dimanche à la télévision nationale (TVT) l’homme politique franco-togolais Kofi Yamgnane.

"M.Tandja  risque de faire exploser le Niger et il partira quand même", a déclaré M. Yamgnane lors de l’émission "Plateau de la Semaine".

Le président nigérien a annoncé vendredi soir qu’il allait prendre les "pouvoirs exceptionnels" pour gouverner, évoquant une disposition de la constitution.

"Je ne sais pas les raisons qui ont poussé le président Tandja à aller à l’affrontement avec tout le monde : dissoudre l’Assemblée nationale et vouloir changer la constitution pour faire un troisième mandat", a indiqué M.Yamgnane. Continue reading

Me ABI TCHESSA « L’OPPOSITION EST CAPABLE DE SE RASSEMBLER POUR QUE LA VICTOIRE SOIT LA LEUR EN 2010. »


Dans une interview qu’il nous accordée, Me Abi Tchessa, l’ancien ministre de la justice chargé des institutions de la république, avocat à la cour, président du Pacte Socialiste pour le Renouveau revient  notamment sur l’élargissement du Cadre Permanent de Dialogue et de Concertation Nationale, et le boycotte des séances au CPDC par l’opposition parlementaire. Etant l’un des acteurs politiques qui réclamaient l’élargissement du cadre, le patron du PSR a laissé entendre que l’opposition est capable de se rassembler pour que la victoire soit la leur en 2010 tout en nous confiant qu’ils sont en discussion avec les autre partis de l’opposition pour dégager un candidat unique. Lecture…

 Sylvio Combey : Me Abi Tchessa Bonjour 

Me Abi Tchessa : Bonjour !    

SC : Vous faisiez partie de ceux là qui demandaient l’élargissement du CPDC  à d’autres partis politiques c’est finalement fait est-ce que vous êtes satisfaits ?

AT : Nous ne sommes pas satisfaits. En effet, notre parti le PSR a demandé l’élargissement du CPDC pour être conforme à l’Accord Politique Global. Dans l’esprit de l’Accord Politique Global, l’Assemblée Nationale qui devrait être issu de l’élection législative d’octobre 2007 devrait être une assemblée composée de plusieurs partis. D’ailleurs le choix du mode du scrutin proportionnel de liste était dicté par cet impératif. Etant donné que cette élection n’a pas permis que beaucoup de partis politiques siègent à l’Assemblée nationale, il eut été normale que le cadre soit élargi à un certain nombre de partis politiques ayant pris part à cette élection et qui constituent des acteurs reconnus du jeu politique national donc le PSR avait recommandé que des mesures soient prises pour que le CPDC soit élargit à ces partis politiques. Nous avons noté malheureusement que le gouvernement n’a réagit que lorsqu’il y a eu blocage au CPDC. Ce n’est pas finalement l’élargissement mais c’était un mécanisme destiné à parer à ce blocage et de la sorte cela ne répond pas à l’esprit de l’accord politique global.

Me Abi Tchessa- Président du Pacte Socialiste pour le Renouveau (photo Sylvio Combey)

Me Abi Tchessa- Président du Pacte Socialiste pour le Renouveau (photo Sylvio Combey)

 SC : Donc vous y trouvez une certaine anomalie.

AT : C’est une anomalie grave et c’est politiquement malhonnête. Continue reading

PETCHELEBIA EJECTE ASSOUMA DE L’APMT


De gauche à droite Petchélebia et Abdou Assouma - photo focusinfo

De gauche à droite Petchélebia et Abdou Assouma - photo focusinfo

Ceux qui voulaient la tête du président de la Cour Constitutionnelle, monsieur Abdou Assouma, qui a osé « laver le linge sale de la corruption au sein de la magistrature en public » ont eu gain de cause.

C’est   au cours de l’Assemblé Générale Extraordinaire de l’Association Professionnelle des Magistrats du Togo (APMT) , tenue le samedi 20 juin dans les locaux de la Cour Suprême, situés dans l’enceinte du ministère de la sécurité ( allez-y comprendre quelque chose !)

L’AGE convoquée par monsieur Abalo Pétchélébia, qui se trouve être Président de la Cour suprême et donc hôte de la réunion, mais surtout le « pire ennemi » d’Abdou Assouma, a décidé à l’unanimité de virer l’ancien président, Abdou Assouma et d’élire un nouveau bureau composé de:
Abalo Pétchélébia, président, Houssin 1er vice-président, Atara N’Dakéna 2è vice-président, Robert Bakaï, secrétaire général.«  Les putschistes ont gagné » a simplement commenté un magistrat dépité, partisan d’Assouma, absent à l’AGE.

Joint au téléphone par notre rédaction,  le nouveau président de l’APMT a déclaré : « la tâche qui attend le nouveau bureau, notamment, son président, est lourde. Je dois remettre l’Association sur les rails et faire en  sorte que cela fonctionne effectivement comme une association, c’est-à-dire de façon démocratique. Je vais aussi lutter pour l’amélioration des condition de vie et travail des magistrats ». Continue reading

L’UFC A MARCHE SUR LOME


marche UFCIls étaient des milliers, militants et sympathisants de l’Union des Forces de Changement (UFC) vêtus pour la plupart de tee-shirt jaune, à répondre ce dimanche à l’appel de leur ténor Gilchrist Olympio. Ils ont battu le pavé pour disent-ils protester contre l’élargissement du Cadre Permanent de Dialogue et de Concertation (CPDC). Ils brandissaient des écriteaux  sur lesquels pouvait-on lire, "Non au CPDC de Savi De Tové", "Savi de Tové, Honte du Peuple"  "non au dilatoire", "pour des élections libres, soyons vigilants" ou "le peuple exige des élections libres et transparentes" et bien d’autres encore.

Cette marche après avoir démarré dans le quartier de Bè (quartier réputé être le fief du parti), et circulé les artères de la ville de Lomé, a échoué à la plage de la capitale avec un grand meeting. Une occasion pour les responsables du parti de fustiger tour à tour, l’élargissement du Cadre Permanent de Dialogue et de Concertation Nationale à d’autres partis de la société civile, la nouvelle configuration de la Commission Electorale Indépendante, et d’autres actions du RPT Continue reading

THIERRY LAKOUGNON : « LE CNJ NE TRAVAILLE PAS POUR UN PARTI POLITIQUE »


Dans une interview qu’il nous a accordé, Thierry Lakougnon le président du Conseil National pour la Jeunesse dresse un bilan des douze (12) mois d’existence du Conseil mis en place par le chef de l’état Faure Essozimna Gnassingbé pour mettre en synergie les actions des jeunes regroupés en association. Il a laissé entendre que le CNJ ne travaille pour aucun parti politique bien qu’il se murmurait depuis leur installation qu’ils étaient à la solde du parti au pouvoir, le RPT.

Lecture…

Thierry Lakougnon bonjour !

TL: Bonjour !

Sylvio Combey : Vous êtes le président du CNJ, rappelez-nous un peu la mission du Conseil National de la Jeunesse.

TL : Thierry Lakougnon : Le CNJ a pour mission essentielle de fédérer toutes les énergies des jeunes à travers les organisations de jeunes qui sont membres et de coordonner les actions de façons à ce que ces actions que mènent les organisations de jeunes sur le terrain puissent avoir un impact certain en terme de contribution au développement du pays et aussi de défendre tous les intérêts des jeunes de façon à ce que toutes les préoccupations de jeunes puissent être prises en compte dans les différentes politiques nationales en faveur du développement national mais particulièrement des politiques en faveur de la jeunesse togolaise donc essentiellement, c’est un interface entre les décideurs et le organisations de jeunes pour leur meilleur devenir.

SC : Vous avez été mis en place il y a de cela plus d’un an ; est-ce que vous pensez avoir accompli d’une manière cette mission là ?

Thierry lakougnon Président du CNJ   photo republicoftogo

Thierry lakougnon Président du CNJ photo republicoftogo

TL : Oui certainement avec des difficultés mais certainement avec beaucoup de courage, nous posons les jalons essentiels parce que vous savez comme structure de jeunes, c’est une plateforme qui a besoin de beaucoup d’attention, qui a besoin qu’on puisse la mettre en place de façon à ce qu’elle ait des bases solides de façon à ce qu’elle réponde à sa vocation et en ce sens, nous pouvons dire que ce qui nous a le plus préoccupé pour ces premiers mois c’est en somme de mettre en place un plan d’action assez visible assez convaincant et qui viennent effectivement des jeunes sur tout l’ensemble du territoire à partir des démembrements qui sont installés partout. Donc il s’agit pour le comité national, le second organe de décision du CNJ de valider ce plan de manière à ce qu’on soit à même de dire que c’est un plan qui permette le développement des organisations de jeunes. Cela a pris du temps certes à cause des difficultés qui sont liés fondamentalement aux moyens financiers mais grâce à l’appui particulièrement de l’Organisation Internationale de la Francophonie, nous venons de sortir ce plan d’action qui est un plan étiré sur trois ans afin que le Conseil national de la Jeunesse soit plus dynamique. Cependant il faut avouer qu’on a posé des actes concrets…

SC: Lesquels ?

TL : D’abord en faisant en sorte que nous ayons aujourd’hui un siège Continue reading

MOBILISATION POPULAIRE DU 21 JUIN : *DE L’ELECTRICITE DANS L’AIR


De l’avis de beaucoup d’observateurs de la scène politique togolaise, le soulèvement populaire auquel convie l’Union des Forces de Changement le 21 juin prochain pourrait mettre à nue le pouvoir en place toujours maître de sa politique qualifiée de ‘duplicité’. Fort probable que le gouvernement par l’entremise du ministre de la sécurité, ne voulant pas se faire déplumer, va encore jouer son éternel rôle de censeur.

Les responsables de l’UFC jusqu’alors ne comptent pas fléchir et maintiennent leur mot d’ordre. Patrick Lawson, le 1er Vice-président du Parti avait lancé lors d’un tout récent meeting de sensibilisation que lorsqu’ils se verront poussé au bord du fleuve, ils sauront vous dire à la population comment faire pour atteindre l’autre rive. Cette voie semble être aujourd’hui la marche dite pacifique du 21 Juin prochain.

Cette marche si elle arrivait à commencer, pourra t-elle, arriver à bout ? On se rappelle, le 27 Avril dernier, date de commémoration de l’accession du Togo à la souveraineté internationale, ‘les fils d’Ablodé’ ont été dispersés à coup de gaz lacrymogène par les ‘pions’ du colonel Mohammed Atcha Tittikpina. Tout porte à croire que nos forces de sécurité et de maintien de l’ordre sont assez bien outillées en matière de Continue reading

AIDE DE L’ETAT A LA PRESSE : 95 MILLIONS POUR FORMATION DES JOURNALISTES, 200 MILLIONS COMME AIDE DIRECTE


La Commission Technique de Gestion et de Suivi de l’aide de l’état à la presse a animée hier à la maison de la presse, une rencontre avec les journalistes et les professionnels de la communication pour les mettre au parfum du dispatching des trois cent cinquante (350) millions d’aide de l’état à la presse.

Seulement quatre vingt quinze (95) millions de nos francs serviront à former les journalistes avec pour principal objectif, « professionnaliser la presse privée togolaise » selon les termes de Adjoavi Awu-saba  la présidente de la Commission avant d’ajouter que « c’est en tenant compte des priorités de la presse et des donateurs ». Cette formation sera scindée en trois (3) grandes étapes notamment la formation pédagogique, la formation dans les rédactions des organes avec l’appui des experts internationaux et la formation thématique pour les non bénéficiaires de la ‘manne’.

« Deux cents (200)  millions de cette bagatelle serviront d’aide directe à la presse mais une aide soumise à  un certain nombre de conditionnalité prévu à l’article 8 du décret du 30 Mars » a précisé la présidente de la Commission. Le reste sera distribué entre le Conseil National des Patrons de Presse (CONAPP), l’Observatoire Togolais des Médias (OTM), l’Union des Journalistes Continue reading

AFFAIRE KPATCHA GNASSINGBE / ROBERT BAKAI: "LES INFORMATIONS PUBLIEES PAR JEUNE AFRIQUE L’ENGAGENT"


Les informations publiées ces dernières semaines par l’hebdomadaire international "Jeune Afrique" sur la récente tentative de coup d’Etat au Togo, "n’engagent que ce journal", a indiqué, Robert Bakaï, le procureur de la république.
Jeune Afrique a publié une série de dossiers sur cette affaire dans laquelle serait impliqué le député Kpatcha Gnassingbé, frère du chef de l’Etat Faure Gnassingbé.
Dans son numéro 2524 de la semaine du 24 au 30 mai, ce journal a affirmé que "Kpatcha Gnassingbé a bien tenté de renverser son frère Continue reading

AFFAIRE KPATCHA GNASSINGBE JEUNE AFRIQUE TITRE Les secrets du « putsch de Pâques »


L’affaire Kpatcha Gnassingbé intéresse toujours nos confrères de Jeune Afrique. Ils titrent dans leur récente parution Les secrets de Pâques. Lecture…

Jeune AfriqueLes interrogatoires des comploteurs présumés et de leur chef, Kpatcha, permettent de reconstituer les préparatifs du coup d’État avorté (et fratricide) du 13 avril contre le président Faure Gnassingbé.

« Il s’agissait de remplacer la force de la loi par la loi de la force. » La phrase est du chef de l’État togolais Faure Gnassingbé et elle vise son demi-frère, Kpatcha, détenu depuis cinq semaines à la prison civile de Lomé avec une trentaine de complices présumés (dont dix-huit militaires) pour « attentat contre la sûreté de l’État, groupement de malfaiteurs, rébellion, violences volontaires avec usage d’armes à feu ». Outre Kpatcha, cinq autres membres de la famille du défunt Gnassingbé Eyadéma figurent parmi les prévenus et tous, si l’on en croit les procès-verbaux d’interrogatoire signés dont Jeune Afrique a pu prendre connaissance, seraient passés aux aveux.
La revanche de Kpatcha
Depuis le limogeage de Kpatcha du ministère de la Défense et de la direction de la Sazof (zone franche) en décembre 2007, tous les Togolais savaient qu’au sein de la fratrie la guerre était déclarée, au point, que les premières rumeurs de coup d’État ont surgi dès janvier 2008, à l’occasion d’un voyage du président en Italie. « À ce jeu, c’est toujours Continue reading

MOBILISATION POPULAIRE / L’UFC DANS LES RUES LE 21 JUIN.


Patrick Lawson 1er vice président de l'UFC

Patrick Lawson 1er vice président de l'UFC

L’Union des Forces de Changement (UFC)   appelle la population togolaise à descendre dans les rues le 21 Juin prochain pour exprimer leur mécontentement vis-à-vis de l’élargissement du Cadre Permanent de Dialogue et de Concertation Nationale. Le parti de Gilchrist olympio est déjà en tournée de mobilisation dans ses fédérations de Lomé et ses environs. L’objectif de ces rencontres selon les responsables de l’UFC est non seulement d’informer les populations sur l’actualité sociopolitique et économique du pays mais aussi de les mobiliser dans la perspective des échéances de la présidentielle de 2010.

« Nous avons été longtemps victimes de beaucoup de choses par le passé. Nous sommes convaincus d’une chose que si nous appelons le peuple à manifester, il le fera. Mais nous avons toujours mis de l’eau dans notre vin pour qu’il y ait de l’apaisement en acceptant les dialogues qui nous ont été proposés. Mais, nous avons comme l’impression qu’en acceptant de dialoguer, nos interlocuteurs nous prennent comme des imbéciles et même de clowns », avait lancé Patrick Lawson, 1er Vice-président du parti. Continue reading

ŒUVRE DE TANT D’ANNEES EN UN AN EFFACEE / LE JEU MALSAIN DE L’UE CONTRE LE PEUPLE TOGOLAIS


 logo_union-europeenneDire que tout ce que l’Union Européenne et le facilitateur burkinabé Blaise Compaoré ont organisé entre 2006 et 2007 et continuent d’organiser jusqu’à ce jour, n’a été et n’est qu’un sale jeu délibéré concocté au profit du pouvoir en place et l’une des comédies les plus insipides contre les intérêts d’un pauvre peuple qui aura tout donné, jusqu’à ses pauvres sandales usées, à la recherche de son émancipation, de sa promotion, de son affirmation et de son développement, il ne saurait y avoir, ma foi, rien de plus sournois, de plus capricieux, de plus malicieux, de plus dangereux et de plus criminel au monde contre un peuple, en dehors d’une guerre.

Si ce que connaît aujourd’hui le peuple togolais ne s’appelle pas guerre, il faut dire tout de même qu’il n’en est pas très éloigné ; une guerre qui ne dit pas son nom et qui ronge ce peuple lentement et au fil des ans, tel un cancer, pour finir par avoir raison de l’être tout entier. Cette mésaventure des Togolais semble, à y voir de près, amuser ce monde à la peau blanche qui, à tort, se prend pour civilisé. Franchement, l’indifférence et le silence actuels de l’UE face à la lenteur et au laisser-aller affichés par le pouvoir en matière de réformes dans la perspective de la présidentielle de 2010 n’arrête d’étonner plus d’un.

Les Togolais n’ont pas imaginé tous seul ce dialogue ouvert en 2006 à Lomé. C’est bien une initiative de l’UE qui, selon l’illusion des naïfs que nous étions, devrait conduire les Togolais à la résolution finale de l’interminable crise qui les mine et dont le seul auteur se trouve être le régime quarantenaire qui refuse de se sortir de la tête, que la gestion d’une nation n’est pas une affaire d’un seul parti, encore moins d’une famille. Et, quand on prend une initiative dans laquelle on met des forces antagonistes face à face, on est lié par un devoir, et c’est la moindre des choses : celui de les assister jusqu’à la résolution totale des points qui constituent les écueils. Autrement, on n’aura rien fait. Les œuvres de tant d’années, ne peuvent pas être sacrifiées en une seule année. Malheureusement c’est ce que tout le monde constate aujourd’hui de la part de l’Union Européenne. Continue reading

SIMONE GBAGBO N’EST PLUS VENUE À LOME.


Annoncée pour le 10 Juin dernier à Lomé au Togo pour une visite de 48 heures dans le cadre de la dédicace de son livre « Paroles d’Honneur », la première dame de Côte d’Ivoire, Mme Simone Gbagbo n’a plus effectué son voyage. On évoque la main de la Françafrique comme une des raisons de l’absence de la dame de fer ivoirienne mais contrairement à l’information, nos confrères de ‘FocusInfos’ parlent de ‘problème d’organisation à Lomé mais surtout au Bénin où Simone Gbagbo devait se rendre après Continue reading

JEAN PIERRE FABRE : LES DISCUSSIONS NE PEUVENT PAS SE MENER DANS UN CADRE AUSSI HÉTÉROCLITE.


Jean Pierre Fabre Sevrétaire général de l'UFC

Jean Pierre Fabre Sevrétaire général de l'UFC

Après le refus de l’Ufc de participer aux discussions au sein du Cadre Permanent de Dialogue et de Discussion, le Secrétaire général du parti Jean Pierre Fabre a confié à nos confrères d’une radio locale qu’ils ont claqué la porte parce qu’ils estiment que "les discussions ne peuvent pas se mener dans un cadre aussi hétéroclite."

 « Le Rpt est entrain de chercher fuir en avant pour chercher à nous dire que le temps presse et que on ne peut plus faire des reformes. Mais le Rpt se trompe, il rêve. Les reformes auront bel et bien lieu et nous irons aux élections avec un code électoral nettoyé des mesures discriminatoires que le Rpt y a introduit en 2002 et en 2003 », a-t-il lancé.

 Selon les propos du Secrétaire  général de l’Ufc, les reformes seront faites lorsque les populations vont contraindre le parti au pouvoir à les faire. Et ce moyen n’est que la mobilisation populaire.

 « Nous entendons Monsieur Bodjona dire que Continue reading

INTERVIEW DE PASCAL BODJONA SUR L’ELARGISSEMENT DU CADRE PERMANENT DE DIALOGUE ET DE CONCERTATION NATIONALE.


Pascal Akoussoulèlou Bodjona - ministre d’état, ministre de l’administration territoriale et porte-parole du gouvernement

Pascal Akoussoulèlou Bodjona - ministre d’état, ministre de l’administration territoriale et porte-parole du gouvernement

L’ancien porte parole du président du cadre permanent de dialogue et de concertation nationale,  ministre d’état, ministre de l’administration territoriale et porte-parole du gouvernement Pascal Akoussoulèlou Bodjona revient avec nous sur les motifs de la mise en place du CPDC nouvelle formule, le retard accusé dans les réformes à opérer avant 2010. Lecture…

 Sylvio Combey : Pascal Akoussoulèlou Bodjona Bonjour !

 Pascal Bodjona : Bonjour !

Sylvio Combey : Comment expliquez-vous l’élargissement du Cadre Permanent de Dialogue et de Concertation ?

 Pascal Bodjona : C’est fort des conclusions des travaux du comité de suivi que le 30 mars le gouvernement a adopté en conseil des ministres un décret portant réaménagement du cadre. Des décrets ont été pris en application du décret portant réaménagement qui préconise désormais que le cadre sera présidé par une personnalité nommée en conseil des ministres, ce qui a été fait et que outre les membres qui sont de droit ceux qui sont signataires de l’Apg et le gouvernement, les autres personnalités conformément aux dispositions de l’article 3 devraient être nommées en conseil des ministres c’est ces membres qui ont été nommés avec également le nouveau président du cadre.

 Sylvio Combey : D’autres partis notamment l’Ufc et le Car menaçaient de sortir du cadre si d’autres parties ouvraient les portes. Qu’est-ce que vous leur répondez ?

 Pascal Bodjona : Qu’ils s’en prennent au comité de suivi. Je ne peux pas Continue reading

1ère REUNION DU CPDC NOUVELLE FORMULE SANS L’UFC ET LE CAR


CPDC -photo republicoftogo.comLes travaux au sein du Cadre Permanent de Dialogue et de Concertation (CPDC) nouvelle formule, ont démarré ce jeudi.  Les représentants de l’Union des Forces de Changement (UFC) et du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR), ont brillé par leur absence. Contrairement aux membres de l’opposition parlementaire, les représentants des partis signataires de l’Accord Politique Global (APG), la plupart des autres personnalités nommées le 28 mai étaient au rendez-vous.

"Nous sommes persuadés que les nouveaux membres donneront un appui certain à ce Cadre pour la recherche d’un consensus aussi large sur les questions devant faire l’objet de nos discussions", a indiqué Pascal Bodjona, lors de la passation de "service" au nouveau président de ce Cadre Jean Lucien Savi De Tové. Continue reading

TOGO : LA COUR DES COMPTES FINALEMENT MIS EN PLACE


El-hadj Abas Bonfoh-¨Président de l'Assemblée National Togolaise

El-hadj Abas Bonfoh-¨Président de l'Assemblée National Togolaise

L’Assemblée nationale a procédé lundi à l’élection de quatre des 27 magistrats qui siègeront à la Cour des comptes. Il s’agit d’Amouzou-Guénou Assiba, enseignant chercheur à l’université de Lomé (UL), d’Adoh Koffi Jean, économiste, de Kpéma Pakoum, douanier et de Tchakéi Essowavana, expert en droit.

Pour le président de l’Assemblée, Abass Bonfoh, « un pas essentiel vient d’être franchi dans le processus de mise en place de cette institution ».

« Nous les avons élus en tenant compte de leur compétence et expérience professionnelle, de leur probité morale et dans le respect des textes en vigueur » a expliqué M. Bonfoh. Continue reading

SYTREBACT A L’ECOLE DU REBOISEMENT


Le 1er Juin dernier, la fête de l’arbre a une fois encore été célébrée au Togo. Pour intégrer la politique de reforestation qui devra conduire togolais à couvrir le tiers (1/3) de la superficie du pays par les forêts,  le Syndicat des Travailleurs et Revendeurs de Bois et Activités Connexes s’était rendu le 2 Juin dernier à Adakakpé, une localité située à plus de 50 Km de lomé. Les membres du syndicat ont ainsi reboisé sept (7) hectares de la forêt classée de Amakpapé  avec le soutien de VIMA et de l’Office de Développement des Forêts.

 Selon DANSROU Kodjo Richard le Secrétaire Général du SYTREBACT, cette initiative de son syndicat devra leur permettre de partager les expériences de l’ODEF Continue reading

LE PREMIER MINISTRE GABONAIS, JEAN EYEGHE NDONG, CONFIRME LE DECES DU PRESIDENT OMAR BONGO ONDIMBA


Omar Bongo Ondimba

Omar Bongo Ondimba

« C’est à 14h30 que l’équipe médicale m’a informé, ainsi que les officiels et les membres de la famille présents, que le président de la République, son excellence El Hadj Omar Bongo Ondimba, venait de rendre l’âme des suites d’un arrêt cardiaque à l’hopital Quiron à Barcelone. » C’est en ces termes donc que jean Eyeghe Ndong vient de confirmer la mort du doyen des chefs d’états africains.

Il avait pourtant démenti l’information, affirmant qu’il était "bien en vie" après lui avoir "rendu visite dans la matinée" à la clinique Quiron. Finalement quelques heures plus tard deux médias espagnols, le journal catalan La Vanguardia et l’agence Europa Press, citant des sources anonymes proches de son entourage, révélaient la mort du président gabonais lundi après-midi. Continue reading

L’UFC QUITTE LE CPDC


L’union Forces de Changement vient de publier son intention de se retirer des discussions au Cadre Permanent de Dialogue et de Concertation Nationale. Le parti de Gilchrist Olympio demande au chef de l’Etat de rechercher ensemble avec le CAR et l’UFC, les voies et moyens permettant de poursuivre et de parachever les négociations déjà entamées avec le RPT et le gouvernement sur les réformes constitutionnelles et institutionnelles.

Selon un communiqué de l’Ufc, le cadre, dont le président et les membres viennent d’être nommés par décret, ne saurait discuter des réformes politiques préconisées par l’Accord Politique Global et dit y voir  un  nouveau coup de force perpétré par Continue reading

TOGO : LE MCP RECLAME UN PRESIDENT DIGNE ET COMPETENT


L’école professionnelle BrotherHome a servi de cadre la semaine dernière au Mouvement Conscience du Peuple pour relancer ses activités à travers une conférence de presse placée sous le thème : « Conscientisation et mobilisation du peuple togolais par rapport aux futures échéances électorales. »

 Selon les responsables de ce mouvement, même s’il est vrai que le Togo est en chantier, il faut trouver un président de la République digne et compétent, capable et responsable qui serait à l’écoute de la population. A en croire Ebow Yao Folly le président du mouvement, l’analyse de la situation politique, économique et sociale du TOGO montre que les problèmes de la gouvernance constituent le plus important goulot d’étranglement pour Continue reading

L’UCT ET L’AIMF POUR SORTIR L’ECOLE DE SON INSALUBRITE AU TOGO


Sur l’initiative de l’Union des Communes du Togo (UCT) en partenariat avec l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF), s’est tenu du 28 au 29 Mai dernier à Lomé un colloque sur le thème sur le thème: « Gestion scolaire adaptée et entreprenariat des jeunes ». A l’ouverture des Journées de Réflexion, Sambiani LARE le Ministre des Enseignements Primaire, Secondaire et de l’Alphabétisation a précisé que le forum était « une plateforme idéale pour méditer sur cette vision des pères de la Réforme de l’enseignement, essayer de la traduire dans les faits »

L’objectif primordial étant de réfléchir pour sortir l’Ecole de son insalubrité et créer ensuite un cadre de partenariat entre les collectivités locales, les autorités déconcentrées et la société civile dans le but de faire émerger une nouvelle vision de la gestion scolaire pour une meilleure intégration des jeunes dans la communauté. Cette ‘fête de l’école et de la commune’ aura Continue reading

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 108 followers