Réconciliation au Togo: DES ETAPES NEGLIGEES QUI RISQUENT DE PLOMBER LE PROCESSUS


La Commission vérité justice et réconciliation mène ses travaux selon le modèle de la Justice transitionnelle. Ce modèle qui s’applique dans les pays qui marchent d’un régime autoritaire à un régime démocratie ne s’applique pas sans étapes ou sans conditions. Et pourtant, ces étapes sont visiblement encore négligées.

 La Justice transitionnelle, au regard des expériences dans des pays, est comme un chaîne dont les maillons sont constitués entre autres des poursuites pénales par des tribunaux nationaux, internationaux ou hybrides; des enquêtes visant à établir la vérité sur les exactions passées soit via les enquêtes nationales officielles telles que les commissions vérité, soit via les commissions d’enquête internationales, les mécanismes des Nations Unies ou les efforts des ONG. Des réparations compensatoires, symboliques, sous forme de Continue reading

Justice transitionnelle: UNE MARCHE DE L’AUTORITARISME A LA DEMOCRATIE


Depuis quelques années, le terme de justice transitionnelle est évoqué dans les processus de résolution de crise ou de conflits. Elle repose sur le principe de

Mgr Barrigah, Pdt CVJR Togo (milieu)

proportionnalité rationae temporis ainsi que sur un certain nombre de garde-fou, notamment juridictionnels mais jusqu’alors des experts reconnaissent qu’il y un désaccord persiste sur une définition unanimement respectée.

Le Docteur Matturin Hougnikpo du Centre d’études stratégiques de l’Afrique perçoit la justice transitionnelle comme une « idée et une manière particulière de dire le droit, d’établir la vérité et la justice en cas de violations graves et massives des droits humains ». Il explique que le qualificatif transitionnel est justifié par le fait que l’Etat est en transition ou en cours de transformation pour passer d’un système politique autoritaire à un système plus ouvert et Continue reading

La CVJR préoccupée par l’apaisement au Togo


Les membres de la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR) se disent très préoccupés par l’apaisement lors du prochain scrutin. Les responsables de la commission ont entamé depuis une série de rencontre avec les journalistes,

Table d'honneur

les confessions religieuses et les patrons de presse.

Le 25 février dernier a été créée la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR) pour faire la lumière  sur les actes de violence à caractère politiques commis par le passé et d’étudier les modalités d’apaisement des victimes. Mais, pour les membres de cette commission, le bon déroulement de la prochaine élection présidentielle, dépend largement de l’heureux aboutissement du processus de réconciliation nationale dont ils ont la  charge. « La CVJR a besoin d’un climat de paix et de sérénité pour conduire à bon port l’importante mission qui lui est conférée » a lancé le Président de la Commission Mgr Nicodème Barrigah lors d’une rencontre avec les professionnels de la communication, hier au siège de la commission.

Il a de ce fait lancé un appel à la modération à tous les protagonistes de la vie publique nationale, car disent-ils le peuple togolais est un peuple qui aspire profondément à vivre en paix pour participer efficacement à l’œuvre primordiale de développement national. Selon les membres de la commission, Continue reading

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 109 followers