LE TOGO PRESENT A LA 3E RENCONTRE DE LA ZACOP


Guy Madje Lorenzo

Guy Madje Lorenzo

Accra, la capitale ghanéenne accueille depuis ce lundi 5 octobre, la troisième rencontre de la Zone de l`Alliance et de Coprospérité (Zacop). Le Togo est à sa première participation avec une délégation d`une trentaine de personnes aussi bien de l`administration centrale que de grandes entreprises, conduite par le ministre délégué à la Présidence, charge de l`économie Guy Madjé Lorenzo.

Pendant trois jours, les hommes d`affaire de quatre pays notamment le Bénin, le Ghana, le Nigeria et le Togo, vont plancher sur les voies et moyens pouvant permettre de favoriser des échanges commerciaux. Les échanges commerciaux entre les voisins devraient s`effectuer sans contraintes mais aujourd`hui, on assiste à un autre phénomène. Les tracasseries inhibe ces échanges au point qu`il est devenu beaucoup plus facile de faire des échanges avec l`occident qu`avec les pays frontaliers.

C`est donc dans l`optique de favoriser ces échanges, de faciliter Lire la suite

Publicités

AUGMENTATION DES PRIX DU CARBURANT :GUY MADJE LORENZO DANS LE MAUVAIS ROLE


En debut du mois de  juillet dernier, le gouvernement a procédé à une révision à la hausse des prix des produits pétroliers. Une augmentation qui va de 5 à 13% et ceci nous dit-on, ‘sur instruction formelle du Chef de l’état’. La décision a surpris désagréablement, bon nombre de togolais qui s’attendait plutôt à une homologation des prix à ceux des pays de la sous- région alors que la dernière baisse de quelques francs des prix des produits pétroliers au Togo ne remonte qu’en mars dernier ce que certains togolais ont qualifiés de ‘maigre effort’. Cette augmentation, met sans nul doute en exergue, l’incompétence du gouvernement. 

Guy Madjé Lorenzo, le ministre Délégué auprès du Président de la République chargé du commerce et de la promotion du secteur privé, comme d’habitude, ne cesse de gesticuler sans convaincre. Il s’efforce chaque fois à se justifier mais malheureusement, tord le cou à la réalité. L’ancien conseiller économique du chef de l’état se plaît à donner à tout bout de champs, l’exemple du Bénin feignant de reconnaître que les réalités des pays ne sont pas les mêmes, mais pourtant, Thomas Boni Yayi essaie de garder le cap avec des mesures d’accompagnement. De surcroît, lorsque les prix du baril oscillaient entre 33 et 35 dollars, les responsables politiques s’obstinaient aveuglement à maintenir les prix alors que les pays voisins avaient du moins, suivi la cadence. Le prix du super sans plomb a baissé jusqu’à 350 francs Cfa au Bénin, alors que le Togo ne le ramène qu’à 445f d’où un net écart de près de 100francs Cfa. « Que les autorités continuent par faire des comparaisons qui n’ont aucune base est vraiment aveugle et absurde », nous a lancé amèrement un observateur Lire la suite