Télécommunications au Togo : LA CROIX ET LA BANNIERE


Depuis belle lurette, l’on constate une véritable avancée dans le domaine des télécommunications avec toute la pléthore d’avantages que cela comporte. Le constat au Togo, est amer : les consommateurs ne bénéficient pas de cette panoplie d’avantages mais sont plutôt de ceux qui déboursent des frais exorbitants pour se communiquer, que se soit via l’internet ou la téléphonie mobile ou filaire.

Parti du constat selon lequel seulement 4% des togolais ont accès à l’internet haut débit, on comprend aisément que le togolais ne peut aucunement se réjouir de l’utilisation de l’internet mis à disposition. Cet état de fait est du à plusieurs facteurs.

Le monopole de l’Etat

Pour que le secteur de l’économie puisse prospérer, il est toujours nécessaire de favoriser un climat de concurrence où tous les acteurs, de façon loyale, Lire la suite

Retour des miliciens du RPT dans les manifestations : LE SPECTRE DE 2005 PLANE ENCORE SUR LE TOGO


Des miliciens, vraisemblablement, du parti au pouvoir se sont encore mal illustrés jeudi dernier, lors d’une manifestation à laquelle ont appelé le Front républicain pour l’alternance et le changement (FRAC) et le Parti des travailleurs. Parallèlement à la répression des manifestants par des gendarmes, ils opéraient impunément, martyrisant les populations. Cette attitude rétrograde fait planer sur le Togo, un risque imminent de retour à des violences que ces « hommes forts » ont perpétré au Togo en 2005.

Au vu et au su d’une dizaine d’observateurs du Collectif des associations contre l’impunité au Togo (CACIT) et de nombreux togolais, des jeunes armés de gourdins cloutés et de coupe-coupe ont fait une descente musclée au quartier Bè-Kpéhénou. Descendus d’une voiture de type Chevrolet,immatriculée AI8772, ces jeunes costauds ont semé la terreur auprès de la population embarquant avec eux, d’innocents jeunes hommes qui sont pour la plupart, des mécaniciens. Ces actes des miliciens du RPT commencent par inquiéter  surtout qu’ils se répètent de plus en plus et à chaque fois qu’une frange de l’opposition organise une contestation. Faudra-t-il rappeler une fois encore la pagaille que sèment ces miliciens depuis quelques semaines déjà dans la capitale togolaise? Le samedi 19 février dernier, ces jeunes de grand gabarit Lire la suite

Premier jour de manifestation contre la loi Bodjona : Bilan 53 interpellations, 7 blessés graves


A l’appel du Front républicain pour l’alternance et le changement (FRAC) et du Parti des travailleurs, les populations togolaises,

Un gendarmes tirant des grenades lacrymogènes

surtout celles du quartier Bè (fief de l’opposition), sont sorties dans les rues, jeudi 17 mars 2011, pour manifester contre l’adoption du gouvernement d’un projet de Loi régissant les manifestations publiques qu’il convient d’appeler « Loi Bodjona ». Seulement, les manifestants ont été réprimés par les forces de l’ordre. Selon le FRAC, l’on note 53 interpellations, une cinquantaine de blessés dont 7 graves.

Comme pouvait s’y attendre tout observateur avisé de la vie politique togolaise, la marche de protestation prévue pour jeudi dernier a été sérieusement réprimée par Lire la suite

Tournée du PM au BENELUX :HOUNGBO RENTRE AU PAYS DEÇU


Le Premier ministre Gilbert Fossoun Houngbo a effectué en début

Le PM, Gilbert Fossoun Houngbo

de mars 2011, une véritable opération de charme à l’endroit des patrons de trois pays européens notamment la Belgique, le Nederland et le Luxembourg. Malgré son manteau d’ex-fonctionnaire du Programme des Nations-Unies  pour le développement (PNUD), le locataire de la primature togolaise n’a pas su convaincre ses interlocuteurs. Il est rentré au bercail bredouille, assez ulcéré et déçu de n’avoir pas pu accomplir la mission à lui confiée par le RPT.

Pendant plus d’une semaine, le premier ministre togolais a sillonné le Benelux à la conquête de partenaires pour, nous dit-on, accompagner le Togo dans sa « nouvelle dynamique ». Malheureusement, le technocrate s’est heurté à un bloc plutôt réfractaire. « Pour ce qui concerne l’aide au développement, le Togo n’est pas sur notre liste », Lire la suite

Les militants du FRAC adhèrent à un grand mouvement social contre Faure Gnassingbé


Militants, responsables et sympathisants se sont une fois encore retrouvés en nombre à la plage de Lomé, ce samedi 12 mars 2011.

Vue partielle de la foule (Sam Djobo en t-shirt blanc)

Même si l’objectif, selon les responsables de ce regroupement, est de dénoncer le projet de loi sur les manifestations publiques, le Frac a réussi à faire adhérer la masse à un mouvement social pour « déloger Faure Gnassingbé », le chef de l’Etat togolais de la présidence.

Comme s’ils allaient à un champ de bataille, les militants du Frac ont levé leurs doigts pour exprimer leur adhésion totale à une mobilisation sociale qui serait en préparation pour faire partir Faure Gnassingbé. C’était à l’appel de Claude Amégnavi du Parti des Travailleurs, allié du Front républicain pour l’alternance et le changement (FRAC).

Celui-ci a fait lecture d’une note de certains togolais qui disent adresser un ultimatum à Faure Gnassingbé pour quitter la Présidence « au plus tard le 26 Avril 2011 à 23h 59 minutes pour Lire la suite

Crise au RPT autour du « dialogue inclusif » : BODJONA ET SOLITOKI SE LIVRENT UNE GUERRE DE TRANCHEES


La crise au sein du Rassemblement du peuple togolais (RPT) se révèle finalement au grand jour. Latente même avant la présidentielle de mars 2010, cette crise remonte à la surface. Le problème qui révélera la face visible de l’iceberg est la division des caciques du parti sur les intentions réelles du chef de l’Etat, emmenant le Secrétaire général du parti, Solitoki Esso et le porte-parole du gouvernement, Pascal Bodjona à se livrer une véritable guerre de tranchées.

Dire que c’est seulement l’opposition qui baigne dans le flou en ce qui concerne le supposé dialogue auquel a invité le Chef de l’Etat, Faure Essozimna Gnassingbé, dans son adresse à la nation en décembre dernier, serait nier la réalité. Même au sein du parti que préside le chef de l’Etat, on ne parle pas d’une même voix.

La crise qui secoue depuis des mois le RPT, bientôt vieux de 50 ans au pouvoir, sort enfin de l’ombre. L’effort déployé pour cacher la forêt se révèle vain surtout vis-à-vis des intentions du Chef de l’Etat envers les partis de l’opposition à aller vers le parti au pouvoir.

Deux caciques du pouvoir, et non des moindres, Pascal Akoussoulèlou Bodjona, le porte-parole du gouvernement et Solitoki Esso, Secrétaire général du parti sont aujourd’hui à couteaux tirés. Si pour le Secrétaire général du parti, le Chef de l’Etat appelait à un « débat inclusif » avec l’opposition au lieu de « dialogue inclusif », le ton est plutôt le contraire avec Lire la suite

Santé/ Programme Aware II : USAID-GHANA ACCORDE 50 MILLIONS DE FRANCS CFA A ATBEF ET FAMME TOGO


L’Agence des États-Unis pour le développement international, beaucoup plus connu sous la dénomination USAID du Ghana, a accordé une bagatelle somme de 50 millions de francs Cfa à deux

Un récipiendaire signant les documents

organisations togolaises. Il s’agit de l’Association togolaise pour le bien-être familial (ATBEF) et Force en action pour le mieux être de la mère et de l’enfant (FAMME). La cérémonie de signature a eu lieu le vendredi 11 mars 2011, dans un grand hôtel de la capitale togolaise.

«Dans la sous-région, le risque pour une femme de mourir de complications traitables de la grossesse et de l’accouchement est de 1 sur 17 contre 1 sur 7300 dans les pays développés, c’est-à dire, un risque qui est 430 fois plus élevé », a eu à souligner Ellen Thorburn, 1er Conseiller à Lire la suite

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 3 127 autres abonnés