Audiences à la CVJR : Quand le Togo fait sa réconciliation en cachette


Longtemps j’y ai réfléchi et je n’ai pas trouvé mieux que de qualifier de réconciliation in camera, la manière dont se

La CVJR au cours d'une audience

déroule la phase des auditions à la Commission vérité justice et réconciliation (CVJR). Suivez-moi sur toute la ligne et vous me donnerez certainement raison.

Il est bien clair, selon les propos de Monseigneur Nicodème Barrigah Benissan, président de la CVJR, que les audiences seront de trois types : publiques, in camera ou à huis clos, et en privé. Mais grand ne fut mon étonnement à lire un autre communiqué de la même Commission appelant les journalistes à introduire une demande d’accréditation pour pouvoir suivre même les audiences publiques. « Tiens ! Audience publique avec accréditation, pourquoi ? », me suis-je demandé. Et que fera alors Continue reading

LA COMMISSION VERITE JUSTICE ET RECONCILIATION ENFIN SUR LES RAILS.


Mgr Nicodème Anani Barrigah-Bénissan, président de la commission

Mgr Nicodème Anani Barrigah-Bénissan, président de la commission

Attendue depuis plus de neuf (9) mois, la Commission "Vérité, justice et réconciliation" est finalement mis en place. C’était vendredi dernier lors d’une cérémonie au palais de la nouvelle présidée  par le chef de l’Etat Faure Essozimna Gnassingbé.  Cette commission qui devra être indépendante, est composée de onze (11) membres parmi lesquels des chefs traditionnels, des religieux et des professeurs, et sera dirigée par Mgr Nicodème Barrigah, Evêque du diocèse d’Atakpamé.

L’équipe Barrigah ne dispose que de dix-huit (18) mois pour faire la lumière sur les exactions commises pendant quarante sept (47) ans. Elle a donc cette tache Continue reading

LES TOGOLAIS ATTENDENT TOUJOURS LA MISE EN PLACE DE LA COMMISSION VERITE JUSTICE ET RECONCILIATION


togo_violence220Nombreux sont les togolais qui attendent la mise en place de la Commission Vérité Justice et Réconciliation, cette équipe qui devrait situer les responsabilités sur les exactions commises après l’élection présidentielle de 2005. Les autorités veulent-ils vraiment de cette équipe ? Nous tendons inexorablement et dangereusement vers les échéances de 2010 mais jusque là, aucune conclusion satisfaisante.

L’élection de 2005 de a fait déplacer  des centaines de togolais vers les pays voisins et  a fait près de mille (1000) morts selon le rapport de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme. Certains  se sont vus leurs maisons et autres bien détruits après les  résultats créditant Faure Gnassingbé de plus de Continue reading

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 109 followers