Législatives et Locales au Togo : On fonce droit dans le mur


Arthème Séléagodji Ahoomey-Zunu, PM

Avec un consensus maquillé, les populations togolaises seront une fois encore appelées aux urnes. Le pouvoir RPT/UNIR a mis en route le processus électoral malgré les contestations de l’opposition. Pour l’heure aucune date n’est encore fixée mais le pouvoir continue par clamer qu’il veut respecter le délai constitutionnel. Une position qui entraine le pays tout droit dans le mur.

La situation sociopolitique qui prévaut actuellement au Togo, il faut faire preuve de cécité intellectuelle pour ne pas Lire la suite

Le RPT met la main sur la CENI / L’opposition prise au piège d’un accord mal ficelé


Dire que les dés pour une élection crédible, transparente, et dont les résultats seront acceptés par tous en 2010 sont déjà pipés, ne serait pas coupable. Le dernier coup de force opéré par la majorité parlementaire nommant Kinam Henri Lardja Kolani, Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante en l’absence de l’Union des Forces de Changement et du Comité d’Action pour le Renouveau, encouragé par le dernier conseil des ministres, en dit long. Nombreux sont les Togolais qui y voient une préparation frauduleuse des élections en 2010 et craignent déjà la recrudescence de violence lors des prochaines échéances. Une situation qui découle des dernières négociations de Ouaga où l’opposition est sortie totalement perdante. CENI.2

Certains observateurs avaient déjà averti qu’au Togo, les élections sont truquées en amont, afin de permettre au parti au pouvoir de conserver encore pour des décennies, le fauteuil présidentiel. Cette assertion se confirme de jour en jour, malgré la déclaration du Chef de l’Etat qui avait exprimé son vœu de suivre l’exemple du Ghana, si ce n’est donner aussi pour une fois, un exemple démocratique et se démarquer des amères expériences que les Togolais  ont toujours vécu lors de ces rendez-vous présidentiels.

Kinam Henri Lardja Kolani, Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante, l’information a étonné plus d’un. Etonné, non pas mettant en doute le quotient intellectuel de cet homme du Parti Démocratique pour le Renouveau  mais sachant de quel bord politique s’est rangée depuis quelques années, cette formation politique qui s’est d’ailleurs fait éliminer de la scène par la population avec les élections législatives d’octobre 2007. Les circonstances de la désignation du Président de la CENI et le forcing du pouvoir à avancer en faisant fi des préoccupations de l’opposition préparent le Togo à une élection violente. « Les mêmes causes produisant les mêmes effets. » dit-on.

LE JEU TROUBLE DU RPT

Au moment où l’opposition parlementaire faisait des pieds et des mains pour dénoncer la mascarade électorale qui a accouché le Président de la CENI, le conseil des ministres  est venu entériner le choix contesté  de Henri Lardja Kolani. Un conclave ministériel organisé à une allure vertigineuse à moins de 24 heures, dès que le gouvernement a appris que l’opposition a saisi le facilitateur Blaise Comparé. Pour certains, c’est une stratégie propre au RPT de faire croire que le temps presse. « Mais à quoi cela sert de travailler avec un Président contesté ? » Lire la suite