26th Photovoltaic Solar Energy Congress in Hamburg


The 26th European Photovoltaic Solar Energy Conference and Exhibition was held in Hamburg Congress and International Fair, Germany on the 5th – 9th September, 2011

By (EPIA) European Photovoltaic Industries Association to secure the implementation, Renewable and Energy saving strategies.

The event brought together leading experts from science, industry and over 2,000 exhibitors to report their latest research results and to demonstrate their new solar products and services. On this note, visitors and entrepreneurs who have shown interests in promoting solar energy from all over the world were at the conference to either solicit for partnership in promoting solar energy in their respective countries or to Lire la suite

Audiences à la CVJR : Quand le Togo fait sa réconciliation en cachette


Longtemps j’y ai réfléchi et je n’ai pas trouvé mieux que de qualifier de réconciliation in camera, la manière dont se

La CVJR au cours d'une audience

déroule la phase des auditions à la Commission vérité justice et réconciliation (CVJR). Suivez-moi sur toute la ligne et vous me donnerez certainement raison.

Il est bien clair, selon les propos de Monseigneur Nicodème Barrigah Benissan, président de la CVJR, que les audiences seront de trois types : publiques, in camera ou à huis clos, et en privé. Mais grand ne fut mon étonnement à lire un autre communiqué de la même Commission appelant les journalistes à introduire une demande d’accréditation pour pouvoir suivre même les audiences publiques. « Tiens ! Audience publique avec accréditation, pourquoi ? », me suis-je demandé. Et que fera alors Lire la suite

La Société civile appelle à une stratégie robuste pour le contrôle des ALPC


Des organisations de la société civile se voient plus que concernées par les effets de la prolifération des armes légères et de petit calibre en Afrique. En marge de la réunion d’experts

A la table, les responsables de l'IANSA, avec le joueur Kpatoumbi (en rouge)

gouvernementaux à Lomé, le Réseau international d’action sur les armes légères (IANSA) appelle à une stratégie robuste.

Le Réseau international d’action sur les armes légères (IANSA) se réjouit de l’initiative des gouvernements africains à prendre des actions concrètes pour réduire la prolifération et le mauvais usage et abus des armes légères et de petit calibre. Les responsables du Réseau l’ont affirmé au cours d’une conférence de presse animée à Lomé, ce lundi 26 septembre 2011.

De même, le Réseau appelle les gouvernements à «s’assurer qu’une position commune de l’union africaine sur le Traité sur le commerce des armes reste robuste et Lire la suite

Togo : Des experts gouvernementaux en réunion à Lomé sur les ALPC


Il s’est ouvert le lundi 26 septembre 2011, à Lomé dans la capitale togolaise, une réunion des experts gouvernementaux de l’Union Africaine. Deux objectifs sous-tendent cette réunion, adopter le document de stratégie sur les armes légères et de petit calibre (ALPC) et le future Traité sur le commerce des armes. 

Les pays africains sont bien conscients que sans une réelle paix, le développement socio-économique du continent sera semblable à rouler la pierre de Sisyphe. D’une manière bien concertée, des experts gouvernementaux des 54 Etats de l’Afrique sont à Lomé pour se doter de deux instruments qui permettront de lutter de façon efficace et cohérente contre la prolifération et la commercialisation illicite  des armes légères et de petit calibre (ALPC). La rencontre qui a démarré ce 26 septembre va se poursuivre jusqu’au 29 septembre 2011.

Il s’agit pour ces experts d’adopter à la fin des de leur réunion le document de stratégie sur les armes légères et de petit calibre (ALPC), leurs munitions, explosifs et matériels connexes et aussi élaborer le futur Traité sur le commerce des armes. Ceci pour permettre à l’Afrique toute entière de parler d’une seule voix à la Lire la suite

Economie UEMOA :Des acteurs s’imbibent des acquis de la réforme des marchés publics


Des acteurs de différents domaines y compris la presse ont participé la semaine dernière à un atelier de vulgarisation des acquis de la réforme des marchés publics et de sensibilisation à la lutte contre la corruption dans l’espace UEMOA. Le but est d’arriver à harmoniser les systèmes de passation de service. 

« Le plus lourd tribut levé sur les populations des pays pauvres est la mal gouvernance », disait Domenico Lombardi de l’Oxford Institute for Economic Policy. Et, qui parle de mauvaise gouvernance, fait appel à plusieurs facteurs dont celui de la corruption.

C’est donc dans la perspective de sensibiliser les acteurs de la chaine de passation à la lutte contre ce fléau qui gangrène l’économie qu’il a été organisé à Lomé un atelier. Cet atelier qui s’est déroulé du 13 au 16 septembre dernier, qui a vu la participation d’une centaine d’acteurs de l’administration publique, du secteur privé, de la presse nationale, d’organisations de la société civile ainsi que de la législation nationale, a aussi permis de Lire la suite

Faure Gnassingbé, le maillon faible du Togo


Le président togolais, qui a succédé à son père en 2005, peine toujours à pacifier le pays et à relancer son économie.

Cela fait à peine deux heures que le père est décédé, quand l’armée confie le pouvoir à Faure Gnassingbé, héritier désigné. On est le 5 février 2005, et le ministre de l’Équipement qu’il est à ce moment-là n’a que 38 ans. Il savait que cette heure viendrait, et pour cause, Etienne Gnassingbé Eyadema, avait minutieusement préparé la succession.

Faure Gnassingbé, PR

Arrivé au pouvoir en 1967 après un coup d’État, le vieux «timonier» se savait mortel. Sa succession a donc été préparée avec soin. En décembre 2002, Eyadema fait modifier la Constitution pour abaisser l’âge d’éligibilité à la présidence de 45 à 35 ans. Son fils en a alors trente-quatre. La dynastie est en marche.

Mais l’héritage est lourd. Il ne possède ni le charisme ni l’appétit du pouvoir de son père, qui a régné sans partage pendant presque quarante ans. Faure reprend les rênes d’un pays miné par les divisions Nord-Sud, mais aussi par des difficultés économiques et sociales. Depuis six ans, peu de choses ont vraiment changé, même si les observateurs s’accordent à dire que le cadeau était empoisonné.

La symbolique de la violence

«Lui c’est lui, et moi c’est moi!» Lire la suite

Révélations de tortures à l’ANR: De la nécessité d’interpeller le Colonel Massina & Co


De la manière ils sont unanimes à rejeter en bloc les chefs d’accusation portés contre eux, de la  même manière, les prévenus

Le Colonel Massina Yotrofei, DG ANR

dans l’affaire de coup d’Etat ont tous avoué les sévices corporels qu’ils sont subi à l’ANR qu’ils finissent par appeler « Guantanamo ». Il est aujourd’hui plus qu’important d’interpeller les auteurs des actes de torture pour qu’ils puissent répondre de leurs actes.

Déjà en 2009, Me Zeus Atta Ajavon a tiré la sonnette d’alarme sur le fait que son client, Kpatcha Gnassingbé, était détenu à l’Agence national de renseignement (ANR), interdit de toute visite même de sa femme.  Peu après d’autres personnes ont fait des révélations relatives aux traitements inhumains et certains militants de l’opposition ont eu à gouter à l’amère expérience du colonel Yotroféi Massina. Tout récemment, ce sont des organisations de défense des droits de l’homme qui sont montés au créneau pour attirer l’attention de la communauté nationale et internationale sur ces actes rétrogrades.

Il aura fallu que certains détenus, aussi accusés comme Kpatcha Gnassingbé de complot contre la sûreté de l’Etat, montrent les séquelles des sévices et tortures qu’ils sont subies pour que les esprits soient une fois de plus réveillés sur les traitements inhumains et dégradants qui ont cours impunément à l’Agence nationale de renseignement (ANR).

L’ANR ou le Guantanamo togolais

Depuis sa création en 2006 par Lire la suite

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 2 422 autres abonnés