Sécurité de la Présidentielle/Obligation de désarmer la population civile avant 2010.


 Pour promouvoir la paix, la sécurité, la stabilité et le développement durable, il s’avère indispensable de résoudre le problème de la prolifération, de la circulation et du trafic illicites des armes légères et de petit calibre. Et à grand pas, les togolais s’approchent des élections présidentielles, une élection jugée de capitale vu, les conséquences amères qui ont toujours découlé de ces rendez-vous. Toutes les attentions sont focalisées sur les réformes institutionnelles et constitutionnelles et les leaders politiques feignent d’oublier un point crucial, celui du désarmement de la population civile.

Armes légères

Armes légères

 Avant 1990, la détention illégale d’arme est sévèrement réprimée, le gouvernement Olympio avait en 1962, pris des dispositions pratiques en ce sens. La situation a commencé par prendre de l’ampleur depuis les périodes 90 où le grand vent du multipartisme a soufflé sur le pays après des vagues de violences. Une occasion que les responsables politiques se sont offertes pour armer leurs milices afin de terroriser la partie adverse. Le hic, les discussions qui ont permis d’aboutir aux accords, ne se sont pas penchés sur la question. Et depuis lors, circulent dans nos rues, des milliers d’armes légères et de petit calibre. Nul n’ignore les conséquences qui découlent de la prolifération des armes légères. Loin de contribuer à instaurer un climat de paix et de sécurité, le phénomène attise la violence, crée un environnement propice à la criminalité et à la contrebande, alimentent les viols sur les femmes et les enfants. Les vols perpétrés dans les villes, d’après un sondage de la Commission Nationale de Lutte contre la Prolifération des Armes Légères, ont été commis par des armes légères de petit calibre et de fabrication artisanale.

Aujourd’hui, la situation devient de plus en plus inquiétante du moment où, les détenteurs de ces armes sont toujours dans le pays et multiplie les réseaux pour commettre des forfaits. Cet état de fait, avertit un observateur politique, est très dangereux pour le Togo qui marche vers les élections que les fils et filles et même la communauté internationale souhaitent voir se dérouler dans les normes et sans heurt.

On peut citer comme armes légères ; les mitrailleuses lourdes, Continue reading

PROLIFERATION DES ARMES LEGERES, UN AUTRE FLEAU A MAITRISER.


La prolifération des armes légères, voilà un des fléaux qui annihilent les efforts des gouvernements des pays de l’Afrique sub-sahéliens. Le non contrôle des armes légères et de petit calibre est synonyme de recrudescence de la violence armée. Vivre à l’abri de la violence armée est un besoin humain fondamental, une condition préalable au développement humain, à la dignité et au bien-être, d’où la nécessité de  primordial de jeter les bases d’une action concertée basée sur des accords visant à limiter, réglementer, réduire la production, le transfert, la détention et l’utilisation des armes légères et de petit calibre. Selon les statistiques, huit cent cinquante (850) millions d’armes légères et de petit calibre (ALPC) circulent dans le monde avec six cents cinquante (650) millions détenus par la population civile causant plus de cinq cents mille morts par an.

LES ARMES LÉGÈRES

Les armes légères sont ces armes collectives conçues pour être utilisées par deux ou trois personnes, quoique certaines puissent être transportées et utilisées par une seule personne. « Les armes légères et de petits calibres vont des armes blanches (matraques, coutelas, ou manchettes) aux armes de calibre immédiatement inférieur à celles qui sont recensées dans le registre des rames classiques de l’ONU » selon une équipe d’experts. D’autres encore la définissent comme « Toute arme meurtrière portable à dos d’homme qui propulse ou lance des plombs, une balle ou un projectile par l’action d’un  explosif, ou qui est conçue pour ce faire ou peut-être aisément transformée à cette fin, à l’exclusion des armes légères et de petit calibre anciennes ou de leurs répliques »

La convention de la CEDEAO sur les armes légères et de petit calibre, leurs munitions et autres matériels connexes a adopté, en son article premier, la définition des ALPC comme des armes portables destinées à être utilisées par plusieurs personnes travaillant en équipe et comprenant notamment : les mitrailleuses lourdes ; les lance-grenade portatifs, amovibles ou montées ; les canons antiaériens portatifs ; les canons antichars portatifs, fusils sans recul ; les lance-missiles et lance-roquettes antichars portatifs ; les lance-missiles aériens portatifs ; les mortiers de calibre inférieur à 100 millimètres.

Sont également citées dans la catégorie des armes légères : les mitrailleuses lourdes ; les lance-grenades portatifs amovibles ou montés ; les canons antiaériens portatifs ; les canons antichars portatifs ; les fusils sans recul ; les lance-missiles et les lance-roquettes antichars portatifs ; les lance-missiles antiaériens portatifs, et les mortiers d’un calibre inférieur à 100 millimètres

LE CAS DU TOGO

Au Togo, chaque forgeron est un fabricant potentiel d’armes légères. Des fabrications qui sont pour une utilisation locale par des malfaiteurs ou pour exportation vers les pays limitrophes. Chez les Ewé du grand kloto, il s’est révélé que Continue reading

PREFECTURE DE ZIO – FIN DE FORMATION DES JOURNALISTES SUR LA LUTTE CONTRE LA PROLIFÉRATION DES ARMES LÉGÈRES.


Depuis mercredi dernier, les sièges sur lesquels sont assis les professionnels de la communication qui participent à l’atelier de renforcement des capacités sur les questions relatives aux armes légères et de petit calibre, sont pliés. Pendant trois jours, les participants ont été exhortés à accompagner les autorités compétentes, afin de faire de la lutte contre la prolifération des armes légères, une priorité. Les professionnels de la plume et du micro ont eu droit à des thèmes enrichissants notamment, problématique des armes légères et de petit calibre ALPC au Togo; les instruments régionaux et internationaux de lutte contre les armes légères et de petit calibre ; les structures nationales de lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre : la Commission Nationale de Lutte contre la Prolifération des Armes Légères et les organisations de la société civile

Cette rencontre de trois jours a permis de Continue reading

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 109 followers