Crise au RPT autour du « dialogue inclusif » : BODJONA ET SOLITOKI SE LIVRENT UNE GUERRE DE TRANCHEES


La crise au sein du Rassemblement du peuple togolais (RPT) se révèle finalement au grand jour. Latente même avant la présidentielle de mars 2010, cette crise remonte à la surface. Le problème qui révélera la face visible de l’iceberg est la division des caciques du parti sur les intentions réelles du chef de l’Etat, emmenant le Secrétaire général du parti, Solitoki Esso et le porte-parole du gouvernement, Pascal Bodjona à se livrer une véritable guerre de tranchées.

Dire que c’est seulement l’opposition qui baigne dans le flou en ce qui concerne le supposé dialogue auquel a invité le Chef de l’Etat, Faure Essozimna Gnassingbé, dans son adresse à la nation en décembre dernier, serait nier la réalité. Même au sein du parti que préside le chef de l’Etat, on ne parle pas d’une même voix.

La crise qui secoue depuis des mois le RPT, bientôt vieux de 50 ans au pouvoir, sort enfin de l’ombre. L’effort déployé pour cacher la forêt se révèle vain surtout vis-à-vis des intentions du Chef de l’Etat envers les partis de l’opposition à aller vers le parti au pouvoir.

Deux caciques du pouvoir, et non des moindres, Pascal Akoussoulèlou Bodjona, le porte-parole du gouvernement et Solitoki Esso, Secrétaire général du parti sont aujourd’hui à couteaux tirés. Si pour le Secrétaire général du parti, le Chef de l’Etat appelait à un « débat inclusif » avec l’opposition au lieu de « dialogue inclusif », le ton est plutôt le contraire avec Lire la suite

Publicités