Situation politique au Togo : L’Europe tourne ses projecteurs sur le Togo


Le Togo se retrouve de plus en plus dans le cyclone de la

Jose Manuel Barroso

Jose Manuel Barroso

communauté internationale. Après l’Union européenne (UE), c’est le tour du Parti socialiste français et du parti de Gauche de tirer la sonnette d’alarme.

Dans un récent courrier, l’UE dit conditionner tout appui au Togo par un dialogue inclusif avec les acteurs politiques togolais et un consensus sur les questions politiques fondamentales.

Le 12 février dernier, dans un communiqué, le Parti de gauche a, à son tour, dénoncé la vague d’arrestations dans le rang de l’opposition togolaise. Pour ce parti, ces arrestations sont « arbitraires ».

« Ces arrestations font suite à l’organisation de marches répétées de protestations contre le non-respect des engagements pris par le pouvoir y compris auprès de l’Union Européenne concernant les réformes institutionnelles et constitutionnelles », peut-on lire dans le communiqué soulignant que les marches ont pour principal objectif « une organisation consensuelle des élections législatives et une remise en cause du découpage complètement déséquilibré des circonscriptions au profit de la région nord du pays ».

Le Parti de Gauche rejette la responsabilité des incendies des marchés au Togo sur le parti au pouvoir et soutient « Un régime qui délibérément préfère laisser brûler deux des principaux marchés du pays afin d’accuser et de criminaliser les dirigeants d’une opposition politique unie qui fait front ».

Le Parti de gauche demande la libération immédiate des dirigeants et militants politiques emprisonnés au Togo et dit exprimer son soutien aux partis politiques togolais regroupé au sein du Front Républicain pour l’Alternance et le Changement ainsi qu’à la société civile regroupée au sein du Collectif Sauvons le Togo et de la Coalition Arc en ciel.

Aussi, le Parti de gauche exige du Président Hollande qu’il intervienne auprès des autorités togolaises afin que « les démocrates emprisonnés soient libérés rapidement et qu’il mette fin aux compromissions de son gouvernement avec le régime en place en particulier en cessant les fournitures de matériel militaire et de maintien de l’ordre à un régime qui s’en sert pour réprimer et tuer le peuple ».

Le 13 février, le Parti socialiste étiquetait le Togo de « démocratie bafouée » dans une déclaration rendue publique. Le Parti socialiste demande aussi la libération « immédiate » des personnes arrêtées.

Jean-Christophe CAMBADÉLIS, Secrétaire national à l’Europe et à l’International au PS français appelle les autorités togolaises à « permettre la relance d’un dialogue politique sincère et inclusif, et à mettre en œuvre d’urgence les recommandations des missions d’observations de l’Union européenne en faveur d’une réforme électorale pour le prochain scrutin législatif ». Aussi, le Parti socialiste dit exprimer sa solidarité avec tous les Togolais démocrates et issus de la société civile en lutte pour la démocratie, contre la mauvaise gouvernance et l’impunité au Togo.

Du côtés de l’opposition , on dit attendre encore d’autres réactions.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :