Législatives au Togo : Pouvoir et opposition sommé à la table de négociation par l’UE


L’Union européenne (UE) se montre de plus en plus formelle avec

Catherine Ashton, Haute Représentante de l`Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission européenne

Catherine Ashton, Haute Représentante de l`Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission européenne

les élections législatives et locales en perspectives. Par le truchement du Service européen pour l’action extérieure, l’UE rappelle l’impératif d’un « dialogue ouvert et inclusif ».

 Dans un courrier en date du 11 février en réponse au Collectif de Solidarité avec les Luttes Sociales et politiques en Afrique, Nicholas WESTCOTT qui dit réagir sur recommandation de Catherine Ashton et de Piebalgs, Commissaire au Développement, est revenu une fois encore sur la nécessité de dialogue au Togo avant toute élection.

« Je peux vous assurer que l’impératif d’un dialogue ouvert et inclusif, de la mise en œuvre des recommandations de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation et du respect des droits de l’homme est à l’agenda de nos rencontres régulières avec les autorités nationales », peut-on lire dans le courrier réponse.

Le sieur Nicholas WESTCOTT souligne aussi que « Tout appui financier direct de l’UE au processus électoral dépendra de l’existence d’un accord politique élargi et la mise en œuvre des réformes électorales dans l’esprit des recommandations de Missions d’Observation Electorale de 2007 et 2010, en particulier en ce qui concerne le réaménagement du découpage électoral. L’appui de l’UE est actuellement limité à l’observation électorale nationale via la société civile visant à renforcer les capacités en matière d’observation des organisations de la société civile engagées dans l’observation électorale ».

A en croire Westcott, l’Union européenne (UE) considère très important que les prochaines élections législatives soient crédibles, transparentes, conformes aux recommandations émises par les Missions d’Observations Electorale (MOE) de l’UE et fondées sur un large consensus national. Car, dit-il, cela est fondamental pour assurer la stabilité et la consolidation démocratique du pays.

Dans cette perspective donc, l’UE « appelle le gouvernement, l’opposition et l’ensemble des forces politiques à s’engager véritablement dans la relance d’un dialogue politique national et à contribuer à l’établissement du climat d’apaisement nécessaire ».

L’Alliance nationale pour le changement (ANC), gros poids de l’opposition togolaise et membre du Collectif Sauvons le Togo (CST) dit se montrer ouvert à un « dialogue franc et sincère.

La date des prochaines élections législatives est fixée au 24 mars 2013. La Commission électorale nationale indépendante (CENI) parle d’un probable report.

Une Réponse

  1. […] – 13 février 2013, L’UE insiste sur l’impératif d’un dialogue ouvert et le réaménagement du découpage électoral, liberte-togo.com (autre article sur le même sujet : sylviocombey.wordpress.com) […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :