05 Octobre au Togo : Une commémoration dans le sang


Sans surprise aucune, la commémoration du soulèvement

Un homme blessé au crâne lors de la répression

populaire entonnant la démocratie au Togo n’a été que partielle. Elle a été réprimée dans le sang par les forces de l’ordre.

Je l’annonçais dans mon billet précédent, l’électricité qui planait dans l’air s’est réellement invitée sur terre. Les responsables du Collectif Sauvons le Togo et la Coalition Arc-en-ciel de même que leurs sympathisants ont voulu commémorer la date du 05 Octobre 1990 à travers une marche qui devra aboutir au palais de justice pour un meeting.

Une femme blessée au pieds jusque dans sa maison

Après le dépôt de gerbes sur la lagune de Bè et une sénace de prière et de purification de la lagune au sel, la foule a commencé sa marche. Seulement, elle a été de très courte durée. Arrivée au carrefour Bè, un cordon de gendarmes s’est opposé à l’itinéraire que voulait emprunter les manifestants. Des jeunes, visiblement remontés, se sont empressés de trouer deux pneus des pick-up. Le dispositif de la gendarmerie laissait vraiment dessiner une répression en perspective. La réponse n’a pas tardé avec des coups de matraque et des grenades lacrymogènes. Des interpellations en ont suivi.

Jean-Pierre Fabre et Me Dodji apevon tenant les gerbes en mains

Comme à l’accoutumée, la riposte venant des civiles était avec des projectiles et des routes barricadées. Les gendarmes ont tiré même dans les maisons faisant des blessés, en majorité des femmes et enfants. Ces derniers ont été transporté d’urgence au à l’hôpital de Bè. Le tristement célèbre Commissaire Babarim s’est encore illustré en mal en donnant un coup de coude et un tacle au journaliste Justin Anani. Des gendarmes ont eu d’autres démêlées avec des journalistes qui ont été pris pour cible.

Contrairement au vendredi 05 Octobre 1990, on ne souligne pas de mort ce vendredi 05 Octobre 2012 mais plusieurs blessés, même des personnes du troisième âge.

Publicités

2 Réponses

  1. trop c’est trop on ne cesserra jamais de verser le sang au togo; les gents ne veulent pas changer leurs manière de faire,d’agir et la manière de procéder nous souffront et nous ne somme pas conscient.

  2. Les responsables du CST en font finalement à leur tête, ne veulent rien respecter comme si on était dans le jungle. Ces nouveaux avocats dont certains étaient déjà leaders politiques en 90 veulent imiter les aînés que sont Agboyibo, Koffigoh, Gally et les autres. Seulement 1990 à 2012, les situations ne sont plus les mêmes. Ce sont les manifestants qu’il faut désormais condamner pour leur manque total de lucidité. Certains se comportent comme des animaux qu’on envoie à l’abattoir, sinon comment comprendre leur entêtement à toujours forcer les barrages sécuritaires? A la plage ou devant la justice? Quelle grande différence. L’essentiel c’est de manifester en ce jour mémorable. En plus ils sont même parti de la lagune, ce qui est déjà une bonne chose

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :