Révolution Kpatima : Le quartier Bè passe la relève


La marche de protestation à laquelle ont convié les responsables du Collectif Sauvons le Togo (CST) ce mardi a été très vite réprimée. Très vite aussi, les quartiers environnants ont pris la relève des contestations. Jusqu’à Adidogomé, quartier périphérique de la ville, c’était une pluie de grenades lacrymogènes qui a dû faire replier les jeunes.

Une fois encore, c’était à des courses poursuites que se sont livrés forces de l’ordre et jeunes des quartiers de Lomé en l’occurrence Bè, réputé fief de l’opposition. Jusqu’à 11 heures, l’ambiance était bon enfant où les deux parties se regardaient attendant la fameuse « provocation » toujours évoquée pour justifier les répressions. Cette provocation ne viendra jamais.

Les forces de l’ordre au prime abord se sont évertués à interdire tout attroupement. Mais ces attroupements se faisaient à tout coin de rue. Les forces de l’ordre ont semblé se replier mais ce fut un repli pour dégainer. Les jeunes dans une course effrénée du « sauve qui peut », se sont marchés dessus.

Dans les minutes qui ont suivi, ces jeunes ont eu recours à brûler des pneus sur les routes et lancer des projectiles. Des quartiers environnants ot très vite pris la relève jusqu’aux encablures du marché d’Adawlato. Cela a d’ailleurs donné lieu à de l’affolement chez certains revendeurs.

Un jeune homme a été pris par les manifestants qui selon eux est un militaire habillé en civil en train de les espionner. Des observateurs d’organisations de défense de droits de l’homme,, présents sur le terrain ont confirmé son identité comme telle. Il avait été confié aux policiers présents sur les lieux et embarqués.

Au quartier Adidogomé, des jeunes étaient également sortis. Ceux-ci en peu nombre ont très été maitrisés par des agents du 2ème RI, à en croire certaines sources.

Lundi dernier, c’était la veillée d’armes ; tous ont pu vaquer librement à leurs occupations. Selon les responsables du CST, la manifestation devra se poursuivre. Jeudi, des femmes annoncent descendre nues dans les rues et marcher sur la prison civile de Lomé et exiger la libération des jeunes arrêtés lors des précédentes manifestations.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :