Environnement/ Financement innovant : Une belle panacée pour les pays en développement


Les problèmes des pays africains pour s’adapter au changement climatique sont bien énormes et les moyens

Corvée d’eau à l’intérieur du Togo

financiers semblent manquer cruellement. Nombreux, sont les climatologues qui proposent la piste de financement innovent ce qui leur permettra sans de faire face aux défis.

Les conséquences du changement climatique en Afrique sont bien énormes. Les pays sont souvent confrontés à des inondations, tempêtes, désertification et bien d’autres encore. Et cela décime des populations sans que les gouvernements ne soient capables de venir à bout. Les populations en souffrent le martyr.

Des financements attendus en vain
Au cours de plusieurs rencontres et sommets au plan international, des décisions ont été prises pour aider les pays en voie de développement. Plusieurs formules ont été évoquées. En 2009, au sommet de Copenhague par exemple, les pays ont vu l’urgence et se sont accordés à mobiliser des financements pour aider les pays pauvres à lutter contre le changement climatique et ses conséquences. Il avait été convenu un financement de 100 milliards de dollars d’ici à 2020. Les partis s’étaient engagés à fournir des ressources de l’ordre de 30 milliards de dollars pour la période 2010-2012 dits « financements précoces ». Jusqu’à ce jour des sommets et rencontres se sont succédé sans qu’aucun financement conséquent ne soit débloqué.
Au cours d’un atelier d’information et de sensibilisation des journalistes à Lomé, Sévérin K. Apédjagbo, Climatologue à Jeunes volontaires pour l’environnement (JVE) a souligné que l’Afrique reste encore sous-bénéficiaire des financements climat. Mais moins de 25% des financements internationaux, a-t-il dit, sont déboursés pour l’adaptation. Selon ses explications, même si les financements adaptation ont doublé depuis 2011, seulement 35% des financements sont alloués au continent qui reste pourtant le plus affecté par le changement climatique. Sévérin Apédjagbo a eu à souligner que le Fonds pour l’environnement mondial alloue 1/8ème de ses financements climat aux 49 pays les plus pauvres.

Les financements innovants, l’alternative
Ils sont nombreux ces climatologues qui s’accordent à dire que les financements innovants pourront bien « sauver » les pays en voie de développement à faire face aux enjeux de l’heure. Pour Djelou Kobla de l’Association AFHON (Action en faveur de l’homme et de la nature), les mécanismes innovants de financement peuvent aider les pays en développement à mobiliser des ressources supplémentaires pour leur développement. « Ces mécanismes devraient compléter les modes traditionnels de financement », a-t-il dit. Cela, selon ses explications, peut se faire à travers l’instauration d’une taxe sur les billets d’avions et sur les transactions financières et aussi, l’élimination progressive des subventions aux énergies fossiles et leur redirection vers les énergies renouvelables. Aussi, il devra être fixé organisé un marché d’échange de permis de polluer entre les industriels. De ce fait, les navires les plus pollueurs seront obligés d’acheter des permis de pollueur auprès des navires les moins pollueurs avec une taxe sur les navires à l’achat de Kérosène. Avec cette formule, les propriétaires de vieux bateaux se verront contraints de les changer et d’ailleurs tout bateau qui ne sera pas en règle sera interdit d’entrée au port.
Selon les responsables d’AFHON, quelque soit l’option choisie, le mécanisme va permettre de limiter la hausse des émissions du secteur, réduire l’impact climatique de 30% par rapport aux prévisions et de 5 à 10 % par rapport au niveau actuel d’émission. et aussi, générer de l’argent soit 26 milliards de dollar US par an. Et cela, disent-ils pourra permettre, en partie, de financer la lutte contre les Changements climatiques dans les pays en voie de développement.

Les pays du Sud s’en sortiront gagnants
L’allure insufflée à la dynamique se veut globale afin d’éviter un risque d’évasion. Paradoxalement, des experts ont démontré que 85% des bateaux enregistrés au sud n’appartiennent pas forcément aux africains eux-mêmes mais plutôt à des européens.
Avec cette formule de financements innovants, les pays en voie de développement ne se verront être à la traîne. Certes les pays en du Sud ne seront pas exempts des taxes mais ils bénéficieront d’un mécanisme de compensation financière.
Sans une compensation financière conséquente, on risque de connaitre des conséquences beaucoup plus fâcheuses dans les pays en voie de développement telle la fluctuation des prix de premières nécessités, des produits pétroliers et connexes. de facto, ce sont les prix de transport qui vont aussi grimper donnant un autre coup au niveau de vie des populations.
Pour parer à cela, une partie des recettes soit 8 milliards de dollar US devra être reversée aux pays en voie de développement. Aussi, chaque pays pauvre sera compensé à hauteur de l’impact subi par son économie.
Selon des études réalisées par les Nations Unies en 2007, la part du Sénégal dans les importations maritimes par voie maritime est de 0,05% et de ce fait,  aura une indemnité de 10,4 millions de dollar si la taxe est fixée à 25$ la tonne du dioxyde de carbone (CO2). Et sur ce principe, le bénéficiera de 1,4 million de dollar pour une importation mondiale de 0,0077 ; 2, 5 millions pour 0,0103% d’importation pour le Bénin et 2,9 millions de dollar$ pour 0,147 % d’importation mondiale pour le Mali.

On comprend donc que les pays africains n’ont rien à perdre avec les financements innovants. Le mécanisme sera défendu très prochainement lors des prochaines rencontres internationales à Arusha en Septembre prochain, à Kinshassa en République démocratique du Congo en octobre prochain lors de la réunion des Chefs d’Etat francophone et bien évidemment à la COP 18 en Décembre prochain à Doha au Quatar.

Sylvio Combey

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :