Déckon ou la révolution « Kpatima » ?


Ils étaient nombreux, des milliers de togolais à battre le pavé ce

Des manifestants dans les rues (photo Wilfried Toussine)

mercredi 13 Juin 2012 à Lomé, à l’appel du Collectif « Sauvons le Togo ». Même si l’un des objectifs premiers de cette manifestation est de demander le retour au consensus sur les textes devant régir les prochaines élections, l’allure de la manifestation ressemble bien à une révolution, une révolution « Kpatima ».

C’est un secret de polichinelle de dire que le Togo est en train de traverser une véritable zone de turbulence. A la base, l’adoption du nouveau code électoral et du projet de loi portant redécoupage électoral. La société civile et des partis politiques regroupés au sein du « Collectif Sauvons le Togo » ont levé le grand bouclier déversant dans la rue, une véritable marrée humaine, comme le qualifie le Chef de la délégation de l’UE au Togo Patrick Spirlet. Les chiffres divergent selon. Au démarrage, des organisateurs parlent de plus de 10 mille manifestants quand d’autres parlent en fin de matinée de plus de 300 mille manifestants.

Ces milliers de manifestants, après une marche bien mouvementée assaisonnée de grenades lacrymogènes, ont finalement pu observer, comme prévu, leur sit-in à Déckon l’un des grands carrefours commerciaux de la capitale. Le sit-in à en croire le Collectif Sauvons le Togo, devra se poursuivre pendant les deux prochains jours et la suite à donner devra être décidée par les manifestants eux-mêmes.

Du coup, la marré humaine a élu domicile à Déckon. Elles sont nombreuses les femmes qui sont venues avec des fourneaux pour disent-elles, faire la cuisine à même la chaussée. Même si au départ, le Collectif disait mettre pression sur le Gouvernement pour retirer les deux textes adoptés, le mot d’ordre semble à petit coup changer pour réclamer le départ du Chef de l’Etat Faure Gnassingbé. Arriveront-ils jusque là ? Ce qui est certain, ce ne sera pas un chemin facile, il est bien évidemment qu’ils auront à braver des grenades lacrymogènes, des pertes en vie humaine et de lourds dégâts.

Mais le Togo a-t-il aujourd’hui besoin de cela ? Une chose est aussi sûre ? Il y a un mécontentement généralisé au sein de la population et une explosion n’est pas aussi très loin.

Ce mercredi, deuxième jour de la manifestation, les hostilités ont encore repris entre policiers et manifestants: grenades lacrymogène contre projectiles

2 Réponses

  1. […] Déckon ou la révolution « Kpatima » ? […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :