Le meeting des ODDH a frôlé la catastrophe


Le tout premier incident sociopolitique de l’an 2012 a failli se produire le 12 Janvier dernier sur l’esplanade du Palais des

Altercation entre J-P Fabre et le Commissaire Sama

Congrès de Lomé, une place qui fait face à la place de l’indépendance.

En effet, des Organisations de défense des droits de l’homme ont appelé à une marche pacifique contre « l’impunité », laquelle marche devrait avoir pour point de chute l’esplanade du Palais des Congrès pour un meeting. Tout  s’est relativement bien déroulé nonobstant quelques incompréhensions entre Commissaires de police et les organisateurs sur l’itinéraire à suivre.

J’y étais non seulement en tant que journaliste mais en tant que président du Réseau africain des journalistes sur la sécurité humaine et la paix (RAJOSEP) puisque notre organisation y a été invitée. A cette marche, a été notée la présence de plusieurs leaders de partis politiques, faut-il le préciser, de l’opposition.

Même le meeting se déroulait dans un climat bon enfant. Du coup, j’aperçois, Jean-Pierre Fabre, le président de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) qui sort un peu de la foule, sur près de 30 mètres. Il revient quelques secondes seulement après pour se diriger vers l’entrée du Palais des congrès de Lomé qui abrite aussi le siège du Parlement.

Du coup, un commissaire de police qui s’appellerait Sama de la 2ème division s’interpose, interdisant l’accès à l’ex député UFC (désormais de l’ANC) déchu de l’Assemblée et qui réclame à tout vent sa réintégration avec les autres.

Le Commissaire de police aurait été indélicat en proférant des insanités à l’endroit du député. « …Tu vas où ?

Des policiers qui se préparaient à "distribuer" des grenades lacrymogènes

Retourne !…D’ailleurs tu as quel niveau ? ». C’est donc ces derniers mots qui auraient mis en courroux le leader de l’ANC et ses sympathisants. Selon des sources proches du pouvoir, Jean-Pierre Fabre demandait à passer un appel dans l’enceinte du Palais des Congrès, à l’abri du bruit.

Au vu de l’attroupement qui devenait grandissant à l’entrée du Palais, les policiers se sont dépêchés sur leur grenade lacrymogène. une réaction qui failli jeter l’huile sur le feu. Des jeunes se seraient aussi vite précipités d’entasser des parpaings de pierre pour la riposte. La catastrophe a été évitée de justesse grâce aux agents de sécurité de l’ANC et certains défenseurs des droits de l’homme.

Ainsi va la République !

Une Réponse

  1. bonsoir grande frère je suis ému par le travail abattu sur votre blog.félicitation et beaucoup de courage les journalistes togolais comme toi se compter au bout des doigts encore une fois félicitation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :