Interview / DUPUYDAUBY : “En mai 2009…les autorités togolaises sont entrées dans l’une des maisons … pour s’emparer de nos archives” (1ère partie)


Affaires africaines : l’entretien qui accuse Sarkozy . Interview réalisée par Fabrice Arfi et Karl Laske

L’homme reçoit dans un luxueux appartement du XVIe arrondissement de Paris. Les murs sont recouverts de toiles religieuses, mais lui n’a pas toujours des mots très catholiques. Sa cible : la «Sarkafrique». Au lendemain de son départ à la retraite, l’homme d’affaires franco-espagnol Jacques Dupuydauby, président du groupe portuaire Progosa, dénonce dans un entretien à Mediapart les pressions de Nicolas Sarkozy sur plusieurs chefs d’Etat de l’Afrique de l’Ouest pour que l’industriel Vincent Bolloré, intime du président français, décroche de juteuses concessions portuaires. Un chantage d’Etat.

Ancien vice-président du groupe Bouygues et proche des réseaux chiraquiens, M. Dupuydauby affirme avoir personnellement recueilli les confidences embarrassantes de plusieurs présidents africains, dont Faure Gnassingbé (Togo) et Denis Sassou N’Guesso (Congo).

 « Quand M. Bolloré s’implante quelque part, il utilise le président français comme son VRP de luxe. M. Sarkozy, de son côté, met dans la balance les relations franco-africaines et fait des pressions », affirme Jacques Dupuydauby. L’homme d’affaires, qui avoue« ne pas être un perdreau de l’année », tranche : « On est passé de la Françafrique des mallettes à la Sarkafrique des concessions. »

 Agé de 65 ans, récemment condamné au Togo à vingt ans de prison dans une affaire dont il dit ne rien connaître et qu’il soupçonne avoir été orchestrée par Vincent Bolloré, l’industriel réclame désormais l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire sur le « système Sarkozy en Afrique ».

 Votre société, Progosa, avait remporté en 2001 la concession du port de Lomé au Togo, que vous avez brutalement perdue en 2009. Que s’est-il passé qui puisse expliquer ce renversement de situation ?

Il s’est passé l’élection de Nicolas Sarkozy. Après le sommet de Lisbonne, qui s’est tenu en 2007 sur le thème « Europe-Afrique », Faure Gnassingbé, l’actuel président du Togo, que je voyais tous les mois, m’a soudainement expliqué : “J’ai un gros problème.” Au sommet de Lisbonne, Sarkozy lui a en effet annoncé que la France soutenait ses amis, dont le Togo fait partie, mais qu’en contrepartie la France attendait de ses amis qu’ils se comportent vis-à-vis d’elle de façon, disons, amicale.

C’est-à-dire ?

C’est-à-dire que, je cite, “quand on est l’ami de la France, on est l’ami des sociétés françaises”. Et Sarkozy lui a demandé de donner la gestion du port de Lomé au groupe de son ami Vincent Bolloré.

Vous le tenez de la bouche du président togolais ?

Parfaitement. Plusieurs ministres togolais me l’ont également confirmé. Faure Gnassingbé m’a dit qu’il allait résister, mais il n’a pas pu. Car le coupable, dans cette affaire, ce n’est pas Faure Gnassingbé. Vous êtes président du Togo, vous avez des élections qui approchent, vous savez que cela va être très tendu, par conséquent, vous espérez que le gouvernement français reconnaisse votre légitimité – ce type de geste diplomatique a encore beaucoup d’importance en Afrique francophone. La suite est assez simple à comprendre.

La justice togolaise manipulée ?

La suite, donc. Vous avez été condamné le 7 septembre dernier à vingt ans de prison ferme et plus de 350 millions d’euros d’amendes par un tribunal de Lomé pour «abus de confiance», «délit d’escroquerie», «usage de faux», «fraude fiscale», «destruction volontaire» et «groupement de malfaiteurs». Quelle est l’origine de cette procédure ?

C’est une histoire folle. Nous n’avons même pas été avisés par l’Etat du Togo ou par qui que ce soit de ce jugement rendu en 2011! Et pour cause: dès notre départ en 2009, on savait que nous ne pourrions plus y retourner, nos bureaux étaient occupés et nos dossiers saisis. En 2009, quand le groupe Bolloré a commencé à nous chasser de Lomé, nous savions seulement qu’il y avait un contrôle fiscal en cours contre nous. En mai 2009, alors que j’étais au Burkina Faso, les autorités togolaises, sous la conduite du conseiller spécial du président Gnassingbé, l’ex-avocat Charles Debbasch, sont entrées dans l’une des maisons louées par ma société au Togo pour s’emparer de nos archives. Celles-là mêmes que l’on nous accuse aujourd’hui d’avoir fait disparaître. Extraordinaire ! Quand on a vu ce qui se passait, nous ne sommes pas rentrés du Burkina Faso au Togo. Et c’est comme ça que nous avons été accusés d’avoir fui, alors que nous avons quitté le territoire légalement – je tiens à votre disposition mon passeport tamponné–, et qu’un mandat d’arrêt international a été émis à notre encontre. Enfin, paraît-il…

Avec plusieurs de mes collaborateurs, nous sommes donc allés à Ouagadougou, où nous nous sommes mis sous la protection du président Blaise Compaoré.

Notre directeur local, M. Broutin, lui, a fait 45 jours de prison au Togo. Et l’ambassade de France n’a pas levé le petit doigt, elle n’est même pas allée le voir !

Les autorités locales l’ont finalement sorti parce qu’ils avaient peur qu’il meure en prison. D’après moi, toute cette affaire a été orchestrée par M. Bolloré.

Comment le savez-vous ?

Dans l’heure qui a suivi notre départ, Bolloré a pris possession des lieux et récupéré la concession du port de Lomé. Ils ont tout pris ! Le directeur général de Bolloré a été nommé directeur de nos sociétés en une heure… Par la suite, toutes nos tentatives  d’indemnisation ont été mises à mal par Charles Debbasch, qui, en plus de conseiller le président du Togo, semble aussi être le bras séculier de Bolloré dans le pays.

Et j’apprends début octobre par un site internet togolais officiel, Republic of Togo, que j’ai été condamné à vingt ans de prison ! Mais ce jugement n’est l’aboutissement de rien : je n’ai jamais été convoqué dans cette affaire. Je ne sais même pas ce qui m’est reproché factuellement. Je me pose beaucoup de questions sur ce soi-disant jugement qui fait suite à un soi-disant procès auquel nous n’avons pas été conviés…

Avez-vous l’intention de faire appel du jugement ?

Nous avons pris un avocat, ancien ministre de la justice du Togo, Me Abi, qui va faire opposition au jugement. Mais je vous rappelle que, dans ce procès, les parties civiles sont l’Etat togolais et le groupe Bolloré.

Un chantage d’Etat. Selon vous, la justice togolaise a été manipulée ?

Je m’interroge fortement sur le mode de fonctionnement de la justice togolaise et de son indépendance à tous égards. Mais ma conviction, c’est que celui qui fait la pluie et le beau temps au Togo, sur la justice comme sur le reste, s’appelle Charles Debbasch, condamné en France dans l’affaire Vasarely, manifestement protégé depuis un certain temps puisqu’il circule librement alors qu’à ma connaissance, il n’a pas été dispensé de peine. Il est vrai, qu’entre-temps, il a écrit de magnifiques livres à la gloire du président Sarkozy… Ces oeuvres sont disponibles sur Internet.

Mais vous-même, quand vous aviez la concession du port de Lomé, vous avez fait travailler Charles Debbasch comme juriste. Vous avez même produit les factures sur votre blog…

Vous m’expliquerez comment on peut travailler au Togo sans avoir recours aux services de l’avocat Debbasch, aujourd’hui l’avocat radié Debbasch. Si vous connaissez une seule entreprise au Togo qui ait pu travailler sans passer par lui et ses éminents conseils juridiques, vous me la signalerez. J’ai chargé mon avocat français, Me Jean-Pierre Mignard, d’étudier la possibilité de déposer une plainte à Paris sur ces faits.

Si l’on en croit les confidences du président togolais que vous rapportez dans cet entretien, M. Sarkozy serait donc à l’origine de l’éviction de votre groupe ?

Totalement. Absolument. Je mets directement en cause Sarkozy. D’ailleurs, je vous signale qu’un député socialiste, Jean Launay, a posé en octobre 2010 une question au gouvernement sur les pressions de Nicolas Sarkozy en faveur du groupe Bolloré au Togo. Le ministre des affaires étrangères de l’époque, Bernard Kouchner, n’a pas démenti. Il s’est abstenu de répondre.

 Le cas du Togo est-il un cas unique ?

Bien sûr que non. Il y a le Congo, entre autres.

 Qui est intervenu contre vous au Congo ?

Toujours le même ! Sarkozy, directement. Les chefs d’Etat eux-mêmes me l’ont confié. Sassou N’Guesso (le président du Congo – NDLR), que je connais depuis trente ans, m’a dit : “Je suis désolé, j’aimerais bien te donner le port de Pointe Noire, mais je ne peux pas. Sarkozy met son veto.” J’entretiens de bonnes relations avec plusieurs chefs d’Etat africains, depuis la fin des années 1970, et je n’avais jamais connu ça auparavant. Quand M. Bolloré s’implante quelque part, il prend possession de tout, les infrastructures stratégiques en matière de transport notamment, tout, et il utilise le président français comme son VRP de luxe. M. Sarkozy, de son côté, met dans la balance les relations franco-africaines et fait des pressions.

Comment voulez-vous qu’un chef d’Etat résiste ?

 Au Cameroun, vous avez eu les mêmes échos ?

Au Cameroun, nous avions gagné l’appel d’offres pour le port de Douala. La Banque mondiale a soutenu l’attribution. Le président Biya voulait nous donner la concession. Là-dessus, M. Sarkozy intervient et dit au président camerounais : “C’est pas Dupuydauby qui viendra vous exfiltrer lorsque vous serez encerclés dans votre palais.” Un juge d’instruction camerounais a tenté de faire sortir l’affaire. En vain.

 Combien de concessions avez-vous perdues depuis l’élection de Nicolas Sarkozy ?

On n’a pas eu le Cameroun et nous avons perdu le Togo et le Gabon. Avant l’élection de M. Sarkozy, c’était une guerre classique entre groupes industriels.

Et comme nous étions moins chers et au moins aussi performants, nous pouvions gagner. Le combat était équilibré politiquement, même s’il était déséquilibré financièrement, parce que Bolloré dispose de moyens de conviction que nous n’avions pas.

Ce système d’intervention de l’Etat, que vous décrivez, n’est pas vraiment nouveau…

Je vais être très clair. Quand il y a un appel d’offres international, qu’un ambassadeur aille dire au pouvoir en place que la France apprécierait qu’il regarde ce dossier de manière particulière, je ne trouve pas ça anormal. Par contre, il est anormal que les ambassadeurs se transforment en factotum de Bolloré et servent de courroie de transmission à l’Elysée.

( A suivre …)

2 Réponses

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :