Coup de gueule : Des attouchements à la prison civile de Lomé


Le Togo est très en retard en matière de technologies de pointe, on le reconnait mais se cacher derrière cet alibi pour faire des attouchements corporels aux femmes. C’est scandaleux !

Les plaintes se répètent de jour en jour, en provenance de la prison civile de Lomé. Au départ, je croyais à une farce, à une rodomontade mais plus les jours passent, plus les plaintes s’accentuent. Les femmes se plaignent d’avoir fait objet d’attouchements corporels à la prison civile.

En effet, selon les informations recueillies auprès des victimes, les femmes policières entrainent dans des salles, les femmes qui viennent rendre visite à leurs membres de famille ou connaissances. L’ordre leur est intimé d’être en tenue d’Eve et, les policières y introduisent leurs doigts. La raison qui serait donnée pour « justifier » cet acte est qu’il a été remarqué que certaines s’introduisent dans la maison d’arrêt avec des stupéfiants, cachés dans leur partie intime. Drôle d’argument ! Je crois que ceci ne devrait se faire que dans les années des australopithèques.

Ecoutez ! On ne va pas me dire que les policières se prêtent à de tels jeux parce que la  prison civile de Lomé ne dispose pas de matériels performants pour détecter des stupéfiants. Ces policières se prêteraient-elles aussi à faire la même chose dans les aéroports ?

Après les « attouchements », selon nos investigations, elles enlèvent les gants qu’elles mettent pour la circonstance et se rincent à l’eau de javel. Cela ne résout pas le problème. C’est seulement scandaleux mes chères policières…Que feriez-vous si vous n’étiez pas des corps habillés et qu’on vous faisait aussi ces genres d’attouchements ? Quand-même !

Le Togo ne peut pas s’acheter du scanner pour la prison civile de Lomé ? S’il s’agit d’investir par exemple des millions pour mettre à l’écoute des citoyens l’on est prompte. Pauvres de nous…

Une Réponse

  1. J’ai appris du même scandale. Quelle est cette manière impudique de faire de la sécurité à l’entrée d’une prison. La femme du Chef de l’Etat, du Président de l’Assemblée nationale, ou une diplomate et que sais-je encore subirait-elle le même sort? En plus, la portée du doigt est limitée. Si le stupéfiant est enfoncé à un niveau que le doigt ne atteindre, à quoi aurait servi ces attouchements? Trop rudimentaire, tro impudique, trop dégradant pour la femme. Les Organisations des femmes doivent se lever pour mettre fin à celà. C’est mon avis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :