Arrêt de la Cour de la CEDEAO: La maison RPT en feu, l’UFC insomniaque


L’arrêt rendu par la Cour de justice de la CEDEAO le vendredi dernier semble donner avoir mis le feu à la maison RPT et donné de l’insomnie aux ministres UFC de Gilchrist Olympio.

A peine l’arrêt a-t-il été rendu que des caciques du RPT n’ont cessé d’intensifier leur présence sur les

De gauche à droite Minsitres Oré Djimon (UFC) Pascal Bodjona (RPT)

médias. Une stratégie de communication plus ou moins rapide à laquelle le RPT n’est pourtant pas familier. De brulants dossiers ont mis au centre le parti au pouvoir mais l’on a toujours préféré se taire.

D’abord c’est le site officiel du gouvernement qui accorde une interview au Président de la Cour Constitutionnelle du Togo, Aboudou Assouma. Celui-ci s’est empressé de dire qu’il n’a pas encore pris connaissance de l’arrêt et que d’ailleurs ne le Togo ne va en aucun cas reconnaitre la décision prise. Il se faufile pour brandir l’article 106 de la Constitution togolaise qui stipule que : « les décisions de la Cour Constitutionnelle ne sont susceptibles d’aucun recours… ». Le Président de la Cour ira même très loin pour insinuer qu’il ne pourra reconnaitre cette décision que si et seulement si cet article venait à être abrogé. Très vite, l’interview sera supprimée du site officiel du gouvernement.

Comme pour passer de l’éponge sur cette bavure intellectuelle, l’exécutif sort un communiqué le lendemain indiquant que la Cour de la CEDEAO n’a pas donné suite à la demande des requérants visant leur réintégration à l’Assemblée nationale et que le gouvernement reste attaché au respect de ses engagements internationaux et des institutions sous-régionales.

Les ministres d’Etat Pascal Akoussoulèlou Bodjona et Magnim Solitoki Esso se sont succédés sur des plateaux de télévision pour se dédouaner. Certains pour indiquer que l’arrêt sera étudié en Conseil des ministres, d’autres pour dire que le gouvernement est du moins prêt à verser aux 9 députés 3 millions de francs Cfa chacun pour  dommage et intérêts.

Le défilé ne s’est pas arrêté là, le de la communication Oré Djimon de l’UFC, grand allié du RPT, a suivi le bal. « La question de la démission des 9 députés est un problème d’Etat qui concerne le Togo et la Cédéao ; ce n’est pas un conflit entre l’UFC et l’ANC comme on tend à le faire croire », a-t-il aussi lâché. Mais, devra-t-on rappeler au « grand ministre » que tout est parti de l’introduction par le président de son parti Gilchrist Olympio par l’entremise de l’honorable Aholou, président du groupe parlementaire UFC, des documents de démission qui auraient été signés par les 9 personnes concernées quand celles-ci n’étaient encore que de simples candidats au poste de député.

Tout ce bataclan orchestré emmène à donner raison à un responsable politique qui estime que « Nous sommes au Togo, c’est le contraire qui nous aurait étonné ».

Tout compte fait, les deux parties disent n’avoir pas encore été notifiées de l’arrêt rendu. Sûrement que cela sera fait dans les tous prochains jours et cela édifiera tout le monde. Mais, l’on constate aisément que la maison RPT est en feu et que les ministres UFC ont de l’insomnie.

Une Réponse

  1. […] Arrêt de la Cour de la CEDEAO: La maison RPT en feu, l’UFC insomniaque […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :