Conventions Collectives : L’UJIT exclut arbitrairement le SYNJIT des discussions


Les discussions devant aboutir à la signature de la Convention collective entre patrons et employés dans la presse privée togolaise ont démarré ce mercredi 5 octobre 2011. Le hic

Credo Tetteh (UJIT), Maxime Domegni (SYNJIT)

est que le SYNJIT qui regroupe les journalistes employés, s’est vu exclu par l’UJIT.

Quand on parle des faits qui frisent le ridicule, on en trouve plein au Togo. Même dans la corporation des professionnels de la communication, on en retrouve plein. En tout cas, il est très étonnant que des parties aillent en négociation au nom des concernés comme s’ils n’étaient plus vivant. On se croirait drôlement en 1884 à la Conférence de Berlin où le partage du « gâteau » africain a été fait sans les africains.

Pendant trois jours, des employeurs regroupés au sein du Conseil national des patrons de presse (CONAPP) et des membres de l’Union nationale des journalistes (UJIT) au sein de laquelle les journalistes ne se retrouvent plus pour avoir failli pendant depuis quelques années à sa mission, devraient discuter de la Convention collective.

Aussi bizarre que cela puisse paraître, selon des indiscrétions, les patrons de presse ont réclamé beaucoup plus de temps pour s’approprier les textes de cette Convention Collective. On peut oser dire que c’est déjà mal parti.

Dans une déclaration rendue publique mercredi, le SYNJIT reste pour l’heure, assez ferme sur sa position. « Le SYNJIT informe toutes  les parties prenantes qu’il ne se reconnaitra dans aucun des actes qui seront posés au nom des journalistes employés au cours de ses discussions », peut-on lire dans le communiqué signé de son Secrétaire général, Maxime Domegni.

A en croire les membres du SYNJIT, le CONAPP ainsi que les médiateurs ne trouvent aucun inconvénient à la participation du SYNJIT. Seulement, le Secrétaire général de l’UJIT Crédo Tetteh qui se retrouve être le
coordonateur du processus s’y oppose catégoriquement. Visiblement il y voit une menace.

Depuis la création du SYNJIT, certaines sources indiquent que le sieur Crédo Tettoh chante à ceux qui veulent l’entendre qu’il n’accordera aucune marge au SYNIT.

Mais entre nous, est-ce une affaire qui devrait vraiment diviser ? C’est dommage que ces genres d’attitude que la presse reproche aux leaders politiques se transposent aussi dans le monde des médias.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :