Dossier/ La Banque populaire au bord de la faillite (1ère partie) Le DG Abissi Tagba au centre de plusieurs malversations


La Banque populaire pour l’épargne et le crédit (BPEC) traverse une véritable zone de turbulence. Le très controversé Directeur général

Le siège de la Banque populaire

Alie Abissi Tagba se trouve au centre de plusieurs affaires de plusieurs malversation et détournements des fonds de la Banque. Si rien n’est fait, l’ex Caisse d’Epargne du Togo risque de sombrer et les investissements partir en fumée avec le personnel sans emplois. 

La Banque populaire pour l’épargne et le crédit (BPEC) risque de voir mettre ses employés très bientôt sur les carreaux à l’allure cavalière dont elle est gérée. Le DG Abissi Tagba s’arroge toutes les prérogatives pour accorder des crédits faramineux à des clients, sans l’avis du Conseil d’Administration et pire encore sans aucune garantie. Ces crédits accordés dépassent déjà les milliards pour cette Banque qui vient à peine de boucler son capital à 6 milliards 500 millions après un appel public à l’épargne. Selon certaines sources bien indiquées, ce plafond n’est même que dans la théorie car de nombreux trous existent. Depuis trois ans déjà, la Banque ne fait que s’enfoncer avec des  pertes énormes.

Des crédits mirobolants sans garantie

Contrairement aux règles qui régissent la profession, le DG Abissi Tagba fait du copinage avec ses clients et outrepasse ses prérogatives. En réalité, les pouvoirs du sieur Abissi Tagba en matière d’octroi de crédits sont limités à 100 millions. Au-delà de ce montant, il devrait se référer au Conseil d’Administration. Alie Abissi Tagba en fait fi.

A des entreprises comme  DIMAF-SARL, il accorde un crédit de plus de 1milliard 500 millions de francs Cfa sans avoir eu le quitus du Conseil d’Administration. Le président du Conseil semble lui aussi de conivence. Aujourd’hui, le compte de DIMAF se révèle débiteur de plus 790 millions de francs Cfa. Situation plus au moins identique avec d’autres sociétés à l’instar de AFRICOM-TOGO, SKY-TRANSACTION & CONNEXE, IPC COMMUNICATION, BORGINA INCORPORATION SA, HOTEL EDA OBA, SAFRICO, PETRO SERVICES, APRIORY INTERNATIONAL, LAUREN-DAN SARL, ETS SLK, ETOILE DU SUD, ETS MARY, IMPRIMERIE SUPER GRAPHIC, ETS ABOE et bien d’autres. Pire encore certains clients à qui ces crédits sont accordés sans aucune garantie sont aujourd’hui injoignables. C’est bien le cas de Akouavi HOUNDEGNON domiciliée au Benin dont le compte est débiteur de plus de 43 millions. Cette somme, il reviendra à la Banque populaire de la payer en retour. Au fil des mois, s’ajoutent les intérêts et le chiffre va crescendo.

 Un copinage aveugle  

Le copinage entre le DG et ses clients est l’un des facteurs qui risque de plomber toute la Banque. Le cas de l’entreprise ANKOH SARL en est une illustration. Cette société a contracté des crédits rendant son compte débiteur de plus de 257 millions de nos francs. Le drame avec ce « grand ami» du sieur Tagba est qu’en effet, il avait encore octroyé un prêt de 100 millions auprès d’une autre banque de la place donnant comme garantie le titre foncier d’une de ses maisons. Etant dans l’incapacité de rembourser, la dite banque a voulu se saisir de la maison. En bon « copain », le sieur Tagba a fait rembourser à la banque en question, les 100 millions sur le dos de la Banque populaire. Or, au préalable, le DG lui avait encore accordé un crédit de 50 millions à deux reprises sans aucune garantie (soit 100 millions).

Pas plus que la semaine dernière, il se serait rendu au Nigéria pour s’entretenir avec les responsables d’une banque où le patron de DIMAF SARL (débiteur) a ouvert un compte. Ceci, pour que cette banque puisse lui permettre d’entrer dans ses fonds au fur et à mesure qu’ils rentreront.

Ainsi, on met les ressources d’une institution bancaire pour arroser un copinage.

Abissi Tagba, un DG de 7 millions non méritant

Le sieur Abissi Tagba, pour revenir à sa personnalité, semble ne pas mériter son poste. Etre un Directeur général d’une Banque qui s’est implanté sur toute l’étendue du territoire national est une lourde responsabilité et cette responsabilité n’est pas donnée à qui bon le semble. Cela semble être le cas de Tagba titulaire d’un Baccalauréat série A4, une série avec la littérature et la philosophie comme spécialité. Né un 12 février à Lomé, il a été d’abord un simple agent de la BIAO-Togo d’alors (Banque internationale pour l’Afrique Occidentale au Togo), puis agent de course aux Services généraux de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) en 1979. Il sera ensuite parachuté à la tête de l’ex-Caisse d’Epargne du Togo en Mars 2004 comme Administrateur provisoire. Devra-t-on rappeler que la Loi portant réglementation bancaire stipule en son article 25, aliéna 3 : « Les dirigeants pour lesquels la dérogation est sollicitée doivent être titulaires d’au moins une maîtrise ou d’un diplôme équivalent et justifier d’une expérience professionnelle de cinq (5) ans au moins dans le domaine bancaire, financier ou dans tout autre domaine de compétence jugé compatible avec les fonctions envisagées ».

 Aujourd’hui, avec son poste de Directeur Général, le sieur Tagba perçoit un salaire brut de 7 millions de francs CFA, soit la somme cumulée des salaires d’une dizaine de cadres réunis. Le salaire des plus rémunérés ne dépasse guère 600 000 FCFA brut.

Presque toutes les dépenses chez lui à la maison sont supportées par la Banque populaire. Des frais d’eau et d’électricité (196 000 FCFA par mois), au salaire trimestriel du plombier (105 000 FCFA par mois), en passant par la facture de téléphone fixe (104 000 F CFA par mois), et d’achat de salon en cuir ( 3 millions 500 mille francs CFA) entre autres sont au frais de la Banque. Il utilise 1500 litres de carburant sur les 3000 litres commandés mensuellement. D’autres dépenses sont encore faites avec les fonds de la Banque et qui sont sujettes de surfacturation.

Pour l’aménagement de l’immeuble, des sommes faramineuses ont été débloquées mais les travaux restent encore inachevés. Pour cet aspect il a été prévu la construction panneaux et d’enseignes lumineuses à l’effigie de la Banque. Voulant faire main basse sur les fonds, il a fait faire des constructions en bois (contre-plaqué), ce qui, de l’avis de plusieurs architectes va se détériorer sous l’effet des intempéries. Même pour la construction des agences de Cinkassé, de Hédzranawoé, d’Aného, de Baguida, de Sokodé et l’acquisition de terrains à Tabligbo, Atakpamé, Kpalimé les chiffres avancés semblent ne pas correspondent avec la réalité sur le terrain.

Des indiscrétions révèlent que la Banque observe une perte de 755 millions en 2009, de 423 millions en 2010. Aussi, le résultat de l’année ne représente pas la photographie des activités bancaires comme le prévoient les textes comptables. L’on craint des pertes encore plus cinglantes que les années précédentes. On note aussi un silence notoire du côté du président du conseil d’administration, le sieur Dodji Koffi KAVEGUE qui, lui aussi, présente un trou de 10 millions de francs CFA.

Le Synbank, un syndicat des employés de Banque au sein duquel se retrouvent bon nombre des employés de la Banque ont saisi le ministre de l’économie et des finances, Adji Ayssor mais jusqu’à présent aucune suite favorable n’est donnée au dossier.

Pour l’heure, le personnel est très inquiet du sort qui leur sera réservé. Si rien n’est fait, c’est donc plus de 150 employés qui se verront mis sur le carreau pour grossir le rang des licenciés. La Commission bancaire risque de se saisir de l’affaire et retirer la licence à la BPEC. Joint au téléphone, le Directeur Alie Abissi Tagba n’a pas voulu aborder le sujet mais a fini par lâcher « la Banque n’a aucun problème ». Tout compte fait, les faits sont là et très têtus. Il faut donc arrêter l’hémorragie.

Sylvio Combey

Publicités

2 Réponses

  1. […] dossier-la-banque-populaire-au-bord-de-la-faillite (1) […]

  2. Qui estl’actuel Directeur Général de la banque populaire du Togo?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :