SOS Journaliste en Danger s’insurge contre les menaces de mort sur les journalistes


Depuis, jeudi 21 juillet 2011, la vague d’intimidation à l’endroit des journalistes ne cesse de s’accentuer. L’association SOS Journalistes en Danger s’est saisie de la question et a tenu à alerter la communauté nationale et internationale sur un plan d’élimination systématique qui serait prévu contre des journalistes.

Depuis belle lurette, certains journalistes ne cessent de recevoir des sms  et des appels téléphoniques anonymes, qui pour les intimider, qui pour les menacer de mort. Ces menaces qui au préalable étaient prises comme de l’eau jetée sur un canard deviennent de plus en plus récurrentes et alarmantes surtout qu’un présumé agent de la gendarmerie travaillant à l’Agence nationale de renseignement (ANR) a rédigé une note pour alerter ceux qui seraient visés par ce plan de liquidation.

Dans la note, l’agent de la gendarmerie attire l’attention  de certains journalistes jugés critiques à l’égard du pouvoir RPT sur le fait qu’un plan est en préparation par des agents de l’ANR que dirige le Colonel Yotroféi Massina avec la complicité d’autres journalistes.

SOS Journaliste en Danger se dit consterné par ce coup que les agents du Colonel Massina seraient en train de colporter contre des professionnels des médias et lance un appel aux Organisations de presse, de défense des droits de l’homme, aux syndicats, aux partis politiques ainsi qu’à toute la population  sur ce plan sordide que prépare l’ANR. Cette agence, est aujourd’hui décriée par l’opinion nationale car réputée être au centre de tous les complots visant à porter atteinte à l’intégrité physique des journalistes, notamment  par les moyens « d’accidents déguisés », les « empoisonnements », et des affaires montées de toute pièce. Le président de SOS Journaliste en danger, Ferdinand Mensah Ayité, au cours d’une rencontre avec les journalistes hier, a appelé tous les acteurs de la vie socio politique du pays à « s’organiser pour combattre tout péril visant à remettre en cause la liberté de presse chèrement acquise au Togo ».

Aux journalistes, l’association à demandé à ne céder à aucune stratégie de terreur tout en les exhortant à œuvrer pour « un journalisme engagé en faveur de la bonne gouvernance, du respect des droits civils et politiques, des droits socio-économiques et d’un réel processus démocratique, seuls gages de la stabilité politique et de la paix sociale au Togo ». S’exprimant sur le fait que des journalistes sont aussi impliqués dans l’élaboration de ce plan sordide, SOS journaliste en danger regrette constater que des gens qui se réclament professionnels de la communication jouent aux mouchards.

L’Association annonce qu’elle ne ménagera aucun effort à dévoiler le nom de ces taupes dans les prochains jours indiquant qu’elle n’hésitera pas non plus à corser ses actions

Les révélations de l’agent de la gendarmerie rappellent encore l’histoire de la fameuse liste noire sur laquelle se trouvent des journalistes qui étaient dans le collimateur du pouvoir et avec qui on voulait en découdre à tout prix.

Devra-t-on rappeler que le confrère Yekini Radji, journaliste à l’hebdomadaire « Golf Info » est passé de vie à trépas à la suite d’un accident de circulation dans des conditions jusqu’alors non élucidées alors qu’il enquêtait dans un dossier sensible.

Sur ce point, les responsables de l’association indiquent que le pouvoir de Faure Gnassingbé est en train de vaciller avec des clans qui s’affrontent à l’interne et pour se dédouaner, veulent prendre des journalistes comme des cobayes.

Pour l’heure, ce regroupement de journalistes interpelle le Chef de l’Etat Faure Essozimna Gnassingbé à veiller particulièrement à la préservation de l’intégrité physique des professionnels de l’information et de la communication.  « S’il arrive quoi que se soit à un journaliste ou à un membre de sa famille, le Chef de l’Etat sera tenu responsable », avertit-on du côté  de l’association.   

Les responsables de cette association soulignent aussi que dans un pays normal et qui respecte les valeurs démocratiques, le Parquet devrait s’autosaisir or il se fait que l’appareil judiciaire reste aux ordres du pouvoir en place.

Une Réponse

  1. du courage confrère….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :