Togo : le 51ème anniversaire de l’indépendance célébré dans la division, malgré l’alliance Gilchrist-RPT


De gauche à droite, Gilchrist, Houngbo, Faure gnassingbé (crédit republicoftogo)

Le mercredi 27 avril 2011, le Togo a commémoré le 51ème anniversaire de son accession à la souveraineté internationale. Une nième célébration faite dans la division, malgré l’alliance de Gilchrist Olympio avec le régime au pouvoir, le Rassemblement du peuple togolais (RPT).

Pour une première fois, Gilchrist Olympio, le fils du Père de l’indépendance a été aux côtés du RPT pour la fête de l’indépendance. Le président de l’Union des forces de changement (UFC) a été à la droite du Chef de l’Etat Faure Essozimna Gnassingbé pour rallumer la flamme de l’indépendance, à la place de l’indépendance. Une première qui s’expliquerait par l’accord d’alliance signé par l’UFC et le RPT. Faudra-t-il rappeler que quelques jours plus tôt, Gilchrist Olympio conditionnait sa participation aux festivités marquant cette commémoration par la destruction des bustes des anciens Présidents du Togo, implantés à la place de l’indépendance. Ces bustes ont, finalement été ôtés de leur stèle dans la nuit du 25 Avril. 

Le fils du Père de l’indépendance n’a pas du moins, été à la Présidence pour le défilé militaire et civil prévu à cet effet. Les Présidents Ahmadou Toumani Touré du Mali, Addoulaye Wade du Sénégal et Alassane Dramane Ouattara de la Côte d’Ivoire annoncés aux côtés de Faure Gnassingbé ont aussi brillé par leur absence.

Malgré la présence de Gilchrist Olympio aux côtés de Faure Gnassingbé, Jean-Pierre Fabre le président de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) et les siens (branche dissidente de l’UFC), se sont détachés de la célébration officielle. « Nous devons ensemble prendre la résolution de nous approprier notre destin en ayant conscience que c’est par notre foi, notre courage et nos sacrifices, que le Togo retrouvera la voie de la liberté, de la justice et du progrès pour tous », a écrit le Président de l’ANC dans une déclaration rendue publique . Ce n’est donc pas la première fois que cette fête nationale est célébrée séparément. Depuis la nuit des temps, cela n’a jamais reçu l’adhésion de toute la classe politique togolaise. Jusqu’en 2007, le parti au pouvoir RPT avait toujours préféré célébrer le 13 janvier, date d’assassinat du premier Président Sylvanus Olympio, au détriment de la fête nationale.

Quant à l’organisation de ce 51ème anniversaire de l’’indépendance, des voix se sont levées contre le fait que le peuple n’ait été informé qu’à trois jours avant les festivités officielles. « Commémoration des 51 ans d’Indépendance : des préparatifs d’une fête nationale en catimini » titrait même Crocodile News, un hebdomadaire privée et d’analyses togolais.

Par ailleurs, nombreux sont ceux qui se sont posés mille questions sur le développement du Togo, 51 ans après son indépendance. Rien qu’à constater que l’économie est malade, des infrastructures quasi inexistantes, la justice aux ordres du parti au pouvoir, l’armée non républicaine et surtout un pays gouverné sans une aucune période d’alternance mais par une seule famille depuis 1967, l’on murmure que le Togo n’est pas encore sorti de l’ornière.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :