Tournée du PM au BENELUX :HOUNGBO RENTRE AU PAYS DEÇU


Le Premier ministre Gilbert Fossoun Houngbo a effectué en début

Le PM, Gilbert Fossoun Houngbo

de mars 2011, une véritable opération de charme à l’endroit des patrons de trois pays européens notamment la Belgique, le Nederland et le Luxembourg. Malgré son manteau d’ex-fonctionnaire du Programme des Nations-Unies  pour le développement (PNUD), le locataire de la primature togolaise n’a pas su convaincre ses interlocuteurs. Il est rentré au bercail bredouille, assez ulcéré et déçu de n’avoir pas pu accomplir la mission à lui confiée par le RPT.

Pendant plus d’une semaine, le premier ministre togolais a sillonné le Benelux à la conquête de partenaires pour, nous dit-on, accompagner le Togo dans sa « nouvelle dynamique ». Malheureusement, le technocrate s’est heurté à un bloc plutôt réfractaire. « Pour ce qui concerne l’aide au développement, le Togo n’est pas sur notre liste », aurait-il reçu en pleine figure et ceci pour plusieurs raisons.

Togo, champion en déficit démocratique

C’est la deuxième fois que le numéro1 de la primature se mord les doigtsà la suite d’une tournée européenne. La première coïncidait avec les propos du « tristement célèbre » Colonel Yark, Damehane qui a profére des menaces d’arrestation à l’endroit des journalistes qui protestaient pacifiquement contre l’agression d’un des leurs. La roue de l’histoire continue par tourner et le  Premier ministre a encore reçu d’autres raclées lors de sa dernière tournée en Europe.

Selon certaines indiscrétions, Gilbert Fossoun Houngbo a effectué sa tournée pour encenser le régime RPT et surtout son mentor Faure Gnassingbé. Or, l’histoire est têtue, les interlocuteurs du Premier ministre sont témoins des indications de déficit démocratique qui colorent l’image du pays à l’extérieur. Des massacres d’avril 2005 qui ont porté Faure Gnassingbé à la tête du pays, à l’éviction des députés ANC à l’Assemblée nationale en passant par des tentatives de bâillonnement de la presse privée, les répressions disproportionnées et systématiques des manifestations publiques, le tout couronné par de violations flagrantes de droits de l’homme, le Togo est réputé en être le champion. Si Gilbert Fossoun Houngbo a tenté de passer de l’éponge sur ces faits, les Pays-Bas Nederland, qui ne caressent pas dans le sens des poils les pays rompus en mauvaise gouvernance, ne sont pas allés par quatre chemins pour réaffirmer leur position vis-à-vis du rectangle de lopin de terre qu’est le Togo au Premier ministre.. Dans le même sens, Gilbert Fossoun Houngbo, lors de son séjour au Luxembourg dans le Grand-Duché, n’a pas pu rencontrer Jean-Claude Juncker. La raison étant toujours la même : le Togo est mauvais élève en matière de démocratie.

Mission délicate échouée

Nombreux sont les observateurs qui assimilent la tournée du Premier ministre et du bataclan qui l’a accompagné, à une mission commandée par le RPT. Seulement cette mission assez délicate aura échouée. Gilbert Fossoun Houngbo faisait des yeux doux à ses interlocuteurs avec une prétendue discussion avec les partis politiques de l’opposition, avec comme un trophée de guerre, alors que l’Alliance nationale pour le changement (ANC), aujourd’hui grand parti de l’opposition, a décliné l’offre. Il s’est du moins frotté les mains avec la  présence du ministre Elliot Ohin (pioché à l’UFC) pour arguer sur une volonté d’ouverture du système bientôt vieux de 50 ans. Malgré cet apport signé avec l’UFC, le RPT n’est toujours pas encore arrivé à gagner une parfaite confiance des grands partenaires en développement.

Pire, l’ex-fonctionnaire du système des Nations-Unies assimile la floraison des médias à une liberté de presse. Autant de propos maladroits qui n’ont pas permis au locataire de la primature de recevoir le bénéfice du doute de ses interlocuteurs. Il est une fois encore passé à côté de la plaque de la manière il promettait changer le vécu du togolais en six (6) mois.

Ainsi, le Premier ministre est rentré bredouille après avoir échoué sa mission. Le seul acquit dont il peut se réjouir est d’avoir pu rencontrer Louis Michel, un « grand ami » du RPT.

Sylvio Combey


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :