Les militants du FRAC adhèrent à un grand mouvement social contre Faure Gnassingbé


Militants, responsables et sympathisants se sont une fois encore retrouvés en nombre à la plage de Lomé, ce samedi 12 mars 2011.

Vue partielle de la foule (Sam Djobo en t-shirt blanc)

Même si l’objectif, selon les responsables de ce regroupement, est de dénoncer le projet de loi sur les manifestations publiques, le Frac a réussi à faire adhérer la masse à un mouvement social pour « déloger Faure Gnassingbé », le chef de l’Etat togolais de la présidence.

Comme s’ils allaient à un champ de bataille, les militants du Frac ont levé leurs doigts pour exprimer leur adhésion totale à une mobilisation sociale qui serait en préparation pour faire partir Faure Gnassingbé. C’était à l’appel de Claude Amégnavi du Parti des Travailleurs, allié du Front républicain pour l’alternance et le changement (FRAC).

Celui-ci a fait lecture d’une note de certains togolais qui disent adresser un ultimatum à Faure Gnassingbé pour quitter la Présidence « au plus tard le 26 Avril 2011 à 23h 59 minutes pour ouvrir la voie à l’indépendance réelle et véritable de notre pays le Togo ». « Votre départ n’est pas une option mais une exigence. Nous ne vous demandons pas de démissionner mais vous informons que vous êtes destitué. Ceci est une chance pour vous de quitter le pouvoir dans la tranquillité et d’éviter au peuple plus de souffrance et de tribulation. Saisissez la cette chance, car ni la violence, ni le mensonge, ni la corruption ne peuvent freiner la volonté d’un peuple en mouvement », a poursuivi Claude Améganvi dans sa lecture.

Devra-t-on rappeler que jeudi 10 mars 2011, alors que l’appel à manifester du FRAC a été reportée à la huitaine, des policiers ont été déployés sur les artères de la capitale, principalement dans les quartiers réputés acquis à l’opposition. Le ministre d’Etat, porte-parole du gouvernement Pascal Akoussoulèlou Bodjona s’est évertué à travers plusieurs médias à expliquer cette loi que l’ANC qualifie de « scélérate ».

Au cours de ce traditionnel meeting du FRAC, Sam Djobo, le collaborateur de Kofi Yamgnane de Sursaut-Togo a annoncé le retour du Président du parti pour le même jour. Une annonce qui, selon les militants du FRAC, est une véritable bouffée de courage qu’ils viennent de recevoir.

Notons que le gouvernement a fait adopter un projet de loi sur les manifestations publiques, restreignant les droits. Aussi, un communiqué datant de 1998, interdit toutes manifestations les jours ouvrables. Tout porte à croire qu’il y aura de l’électricité en l’air jeudi 17 mars prochain.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :