Interview exclusive de Kofi Yamgnane : « Avec le FRAC, je travaille pour une nouvelle stratégie contre le régime RPT/AGO »


Kofi Yamgnane brise enfin le silence. Le Président de Sursaut Togo, dans une interview exclusive accordée à notre relation s’explique sur ses relations avec le

Kofi Yamgnane, Pdt Sursaut -Togo

FRAC, les actions en cours, et la position de son parti sur le dialogue inclusif annoncé par le chef de l’Etat mais aussi sur la mission d’évaluation technique des processus électoraux. Lecture…

Après quelques semaines de marches de protestation de l’élection présidentielle du 04 mars 2010 avec le FRAC au Togo, Kofi Yamgnane s’est envolé pour l’hexagone, qu’en est-il aujourd’hui ?

Avec tous les membres du FRAC et le soutien de Agbéyomé Kodjo, notre allié, j’ai animé les marches jusqu’au 8 mai, c’est-à-dire pendant 3 mois. Je suis ensuite parti en France et en Europe à la rencontre des responsables politiques européens et français afin de leur parler encore du Togo. Ce travail était absolument indispensable et désormais ils connaissent parfaitement la situation du Togo. Les représentants des institutions européennes ont un regard très critique sur le clan Gnassingbé. Par ailleurs, les Tunisiens et les Egyptiens leur ont appris à être désormais plus attentifs aux aspirations des peuples opprimés. Tous les Togolais peuvent s’en féliciter.

Depuis lors, que peut-on mettre comme actions à l’actif du Président de Sursaut Togo en Occident ?

Je travaille à convaincre mes interlocuteurs de nous aider dans notre combat. Cette aide ne doit pas être seulement financière, mais aussi idéologique, politique, matérielle… Notre pays est dans une impasse totale : la même famille politique a accaparé toutes les richesses du pays. Toutes les institutions sont entre ses mains : la Cour constitutionnelle, l’institution militaire, l’économie, les médias d’Etat, les minerais et la recherche du pétrole qu’elle vend aux étrangers…poursuivant ainsi une économie coloniale, une honte ! Il est inadmissible que tout un peuple soit privé de nourriture, d’eau potable, du droit d’aller et venir, d’entreprendre et même d’aller prier… Mes interlocuteurs sont très attentifs lorsque nous dénonçons les arrestations arbitraires, les emprisonnements sans motifs et sans jugement, le non respect des droits humains…

Je travaille également à renforcer nos réseaux européens, américains et africains.

Enfin, en accord avec les autres responsables du FRAC, je travaille à la nouvelle stratégie à mettre en place face au régime RPT/AGO qui est sourd et muet devant la souffrance du peuple togolais et devant nos revendications.

Jean-Pierre Fabre, le candidat du FRAC à la présidentielle vient de terminer une tournée européenne de trois semaines, êtes-vous arrivés à échanger ?

Jean Pierre Fabre et moi-même ainsi que les autres leaders de l’opposition togolaise, nous n’avons jamais cessé d’échanger. La période de la campagne électorale et surtout mon éviction de la course furent une formidable occasion de nous coaliser : le FRAC est né de cette éviction. Dans l’urgence des échéances électorales, nous avons pu nous unir pour combattre le régime RPT. Le Président Fabre, les autres leaders de l’opposition togolaise et moi-même, nous nous sommes rencontrés très longuement et très souvent pour faire le point sur la situation de notre pays et faire la synthèse indispensable des positions de nos interlocuteurs européens. Ces discussions nous ont permis de constater la convergence de nos points de vue sur la position à tenir dans les prochaines semaines ainsi qu’à mettre au diapason notre discours en direction des Togolais. Il n’est un secret pour personne, qu’aujourd’hui notre stratégie est bien arrêtée. Nous en avons pris le temps.

Kofi Yamgnane va-t-il épauler l’ANC (Alliance nationale pour le changement) dans sa requête de suspendre le Togo de l’Union inter parlementaire ?

Absolument ! Car l’attitude de ce pouvoir est abjecte : personne n’a jamais vu nulle part au monde un gouvernement démissionner un député élu par le peuple pour le représenter et le défendre ! En privant ainsi 9 élus du peuple de la tribune de l’Assemblée nationale, le gouvernement togolais leur a adressé un message clair : « …vous n’avez pas le droit de faire la politique à la Chambre ». La suite s’impose : oui, l’ANC, soutenue par le peuple et par le FRAC, prendra la rue et je l’y aiderai de toutes mes forces. Conformément aux dispositions de notre Constitution nous organiserons des manifestations, quel que soit le jour et quel que soit le lieu.

En outre, cette décision imbécile et inique met d’office l’Assemblée togolaise aux bans de l’union inter parlementaire et de l’Organisation internationale de la francophonie.

Quelle appréciation faîtes-vous du climat politique au Togo ?

C’est une situation objectivement catastrophique ! Le pays n’a aucune crédibilité devant personne : ni devant ses semblables, ni devant les bailleurs de fond. La confiance dans ce régime est nulle: absence totale d’état de droit, instrumentalisation de tous les leviers administratifs et politiques, depuis la justice jusqu’à l’institution militaire, y compris dans le sport ! Népotisme, régionalisme et tribalisme, voilà les trois mamelles nourricières du RPT !

Mais chose nouvelle, le RPT a peur, peur de l’union de l’opposition dans le FRAC, peur des soulèvements populaires. Il multiplie ses contacts unilatéraux avec chacun d’entre nous, leaders des partis d’opposition, espérant ainsi semer la division. Il est trop tard, le FRAC a scellé une union politique forte. Pendant le même temps, le gouvernement RPT mesure qu’il a échoué en débauchant Olympio qui, malheureusement, ne représente plus que lui-même. Il confisque de plus en plus de libertés individuelles, il resserre la pression sur tous les médias… Tous ces signes sont ceux d’un régime aux abois.

Peut-on faire un parallèle avec la révolution tunisienne et égyptienne ?

Le parallèle est évident : l’oppression politique et matérielle d’un peuple tout entier, longue de plusieurs décennies, la corruption endémique des prédateurs au pouvoir, la constitution d’un butin minutieusement caché dans les paradis fiscaux et dont le montant est indécent… La vague démocratique qui submerge pour l’heure le Maghreb va bientôt atteindre d’autres parties du continent africain.

Le séisme politique, dont l’épicentre est la Tunisie, va connaître des répliques, pendant plusieurs mois voire plusieurs années.

D’autres dictatures vont chuter et j’espère bien être l’un des artisans de ce grand bouleversement démocratique

Cette grande révolution des peuples opprimés et spoliés qui a pris naissance en Tunisie et qui se propage lentement mais sûrement partout en Afrique doit nous permettre de lancer une offensive pour convaincre les Togolais que leur avenir est désormais entre leurs mains. Il leur suffit simplement de suivre l’exemple tunisien et égyptien pour mettre un terme au « royaume de la peur » imposé par leur tyran Faure Gnassingbé et son clan. L’heure de la libération de tout un continent a sonné et nous répondons : « présents »!

Le chef de l’Etat dans son message de vœux à la nation en début d’année, a annoncé l’ouverture prochaine d’un dialogue inclusif avec tous les partis politiques. Sursaut va-t-il y participer? Pourquoi?

Le Chef de l’Etat n’est ni sérieux ni responsable. En effet, le Chef de l’Etat démissionne de force 9 députés de son opposition, des élus du peuple, et un mois après, appelle cette même opposition au dialogue.

Par définition, dans toute république, dans toute démocratie, le dialogue se fait dans l’enceinte du Parlement national. Après en avoir chassé les responsables de l’opposition, sur quel sujet, avec qui et à quel endroit veut-il dialoguer ?

Chacun aura compris aujourd’hui que le peuple togolais, les partis politiques ainsi que la société civile, n’ont d’autre endroit que la rue pour faire valoir leurs opinions. Le FRAC, dont SURSAUT fait partie, n’entamera aucun dialogue tant que les 9 députés de l’ANC n’auront pas réintégré l’Assemblée Nationale. De plus, j’ajoute que Sursaut a 2 militants, Narcisse et Innocent, emprisonnés depuis le 2 juillet 2010, et toujours sans raison, sans inculpation et sans jugement…Le FRAC fait naturellement de leur libération une affaire de principe à ouvrir un quelconque dialogue.

Quelle est la position de votre parti sur la mission technique d’évaluation des processus électoraux annoncée par le gouvernement?

Encore une fois, la position du FRAC sur cette question est simple. Nous, opposition togolaise, avons accepté de jouer le jeu des élections. Ce pouvoir qui refuse les bulletins numérotés, qui repousse les signatures d’authentification des bulletins, qui imprime des bulletins sauvages, qui achète les consciences, qui met au pas toutes les institutions d’Etat à son service pour frauder, n’a ni éthique ni déontologie. Il manque de crédibilité, mais pas de cruauté. Dois-je vous rappeler que Faure Gnassingbé a posé son fauteuil de Président sur 800 cadavres de ses concitoyens qui ont eu l’outrecuidance de demander un peu de transparence électorale ? Quand le peuple demande justice, le pouvoir togolais n’a qu’une réponse : tuer !

Le Togo fait passer la Tunisie, l’Egypte ou la Birmanie pour des enfants de cœur. Il n’y a même pas d’élections au Togo, mais un simulacre grotesque ! Dans ces conditions il n’est nul besoin d’expertise de « processus électoraux».

Interview réalisée par Sylvio COMBEY

Une Réponse

  1. il faut est honnête, reconnaitre l’évolution de notre pays et dire la vérité aux blancs. Le Togo a besoin aujourd’hui de stabilité pour amorcer un développement pour le quel il est très en retard mais pas de discours arriérés et qui ne reflètent plus aujourd’hui le pays

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :