Dialogue UE-Gouvernement : Un attelage au service du RPT


 

Périodiquement, des diplomates européens rencontrent les membres du gouvernement togolais. L’objectif nous-a-ton dit, est d’échanger des informations, d’encourager la compréhension

Patrick Spirlet

mutuelle ainsi que de faciliter la définition de priorités et de principes communs. Mais depuis que ces rencontres ont débuté, tout semble faire croire que ces dialogues se sont mutés en un attelage pour encenser le pouvoir sans pour autant porter des fruits concrets pour le développement du pays.

Les togolais, on ne va même pas en douter, vont tous se réjouir si après les nombreuses rencontres de l’Exécutif togolais avec des diplomates européens, le pays avait évolué de quelques pas en matière de respect des droits humains, de la bonne gestion des caisses de l’Etat, bref de la bonne gouvernance. Mais, jusqu’à la dixième rencontre tenue le vendredi 11février dernier, aucun résultat probant n’est palpable. Rien que du saupoudrage.

En effet, selon l’article 8 de l’Accord de Cotonou signé le 23 juin 2000, il est souligné des rencontres périodiques entre les ambassadeurs européens accrédités au Togo et le gouvernement pour un dialogue politique global, équilibré et approfondi qui devraient conduire à des engagements mutuels. Cet Accord longtemps resté lettre  morte a finalement été ressuscité et devient un « machin » politique de divagation.

Depuis quand n’a-t-on cessé d’insister sur les réformes institutionnelles et constitutionnelles, gage d’un véritable décollage socio politico et économique du pays ?  Et l’on est allé, du CPDC à la prochaine mission technique d’évaluation des processus électoraux en passant par le Comité de suivi que préside Gilchrist Olympio. L’UE sait pertinemment que le seul écueil qui bloque les réformes est le manque de volonté du pouvoir en place. L’Union européenne qui est sensée insuffler des vents de démocratie dans le pays, devrait plutôt conditionner toutes les aides de leur part par ces réformes qui, en réalité, constituent des piliers d’une véritable démocratie.

Mais, les différentes déclarations faites par les deux parties lors de la dernière rencontre confirment bien les propos de certains analystes selon qui, l’UE, s’est résolument mise au service du régime RPT bientôt vieux de 50 ans au pouvoir.

On se rappelle encore que c’est au cours de la rencontre du jeudi 08 juillet 2010 qu’il a été annoncé par le ministre de l’Administration territoriale, porte parole du gouvernement, Pascal Akoussoulèlou Bodjona, l’organisation des élections locales. « Je pense que sur ce point, nous sommes en phase avec l’UE dans la mesure où nous pensons que l’engagement du Chef de l’Etat et également celui du Premier ministre devraient permettre d’organiser les élections locales en 2010 ou au plus tard début 2011 », avait souligné le ministre. Le ministre avait-il fait ces déclarations juste pour jeter la poudre aux yeux des togolais ? En tout cas, même s’il ne l’est pas cela le ressemble bien surtout que depuis juillet où a été faite cette déclaration, aucune action concrète n’a été menée en ce sens. Et que dit l’UE ? Rien ! On tente de donner  raison à ceux qui pensent que cette institution est « le cache-sexe de la France qui ne veut plus qu’on la voit agir à visage découvert en Afrique dans ses manipulations à maintenir au pouvoir les régimes totalitaires ».

Pendant les joutes électoraux, l’UE semble devenir le maître du jeu qui dicte les bonnes règles devant réglementer les élections mais même quand les élections sont truquées, c’est le même refrain : pas de problèmes majeurs qui entachent les résultats; même quand il y a des répressions postélectorales, le même refrain : aller au dialogue. Et l’on tombe des nues à entendre Patrick Spirlet, le chef de la délégation de l’UE au Togo confier à certains confrères que «…Manifester ne suffit pas…Les partis politiques d’opposition ont, à mon avis, intérêt à s’intégrer progressivement dans un dialogue politique, d’une façon ou d’une autre, en dehors des manifestations, pour préparer les prochaines échéances électorales et participer au processus de reformes institutionnelles et constitutionnelles».

Depuis que ces rencontres ont commencé, quelle avancée politique peut-on mettre à leur actif? Patrick Spirlet et les siens auraient pu être ovationné s’ils avaient insisté bec et ongle sur l’utilisation du système VSAT lors de la transmission des résultats de la présidentielle du 04 mars dernier.

Point n’en douter que le fameux dialogue entre l’Union européenne et l’Exécutif togolais est un attelage au service du RPT.

 

Sylvio Combey

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :