Codes de la Route : le respect des feux de signalisation peut sauver des vies


L’un des facteurs des accidents de circulation sur la route est la non-observation des codes de la route. Les feux de signalisation selon, les experts, ne sont pas très souvent respectés et à peine le conducteur a-t-il violé un feu qu’on entend à quelques mètres seulement un clash, synonyme d’accident. Et pourtant il pouvait être évité avec une patience de quelques secondes seulement.

Photo Oléyia

Il est devenu monnaie courante, surtout à Lomé, dans la capitale, de constater des conducteurs démarrer leur engin bien avant que le feu vert ne s’allume. Cela met souvent en danger la vie du conducteur et même des transporteurs. Le constat tend à disparaître avec la présence des agents de circulation.

Les signalisions lumineuses

Dans le code de la route et comme enseigné sur les bancs d’école, il existe des feux lumineux qui aident à réglementer la circulation sur les routes. Et donc, quand le feu vert s’allume, cela signifie que vous êtes autorisés à circuler ; les véhicules de la rue transversale par un feu rouge. De même quand le feu rouge s’allume cela sous entend qu’il faut s’arrêter. Mais en ville, les conducteurs surtout ceux de taxi-moto poussent l’outrecuidance à excéder en vitesse et violer le feu alors que le vert s’allume sur l’autre transversale. Le résultat, on l’assiste trop souvent n’est autre qu’un accident qui découle sur des pertes en vie humaine. Aussi est-il recommandé de ne pas dépasser l’aplomb du signal ni empiéter sur le passage piéton. Dans cette perspective a été tracée par les autorités compétentes une « ligne d’effet des feux » à quelques pouces des aplombs pour obliger les conducteurs à ne pas la dépasser et arriver, en réalité, à voir le feu quand il s’allume mais,  tout porte à croire qu’on prêche dans le désert. L’excès de vitesse est très souvent aussi remarqué quand les conducteurs voient s’allumer le feu jaune qui  ne dure en général que 3 à 5 secondes, signalant la nécessité de ralentir et de s’arrêter ou au pire des cas, passer si et seulement si, l’on est trop près du feu et que l’arrêt risquerait d’être dangereux parce que trop brutal. La situation est tout autre car ceux qui « osent » respecter cela se font rabattre les oreilles par des klaxons et même des insultes de tout genre.

Les flèches supplémentaires

Les usagers da la route peuvent déceler l’existence de flèche supplémentaire. La présence d’une flèche jaune, par exemple, selon les règles, autorise à tourner à droite malgré le feu rouge tout en ayant à l’esprit qu’il faut céder le passage aux piétons traversant la chaussée et aux véhicules circulant sur la chaussée abordée. Aussi, un flèche jaune clignotante dirigée vers le haut, qui apparaît quand le feu rouge est allumé, autorise à continuer tout droit après avoir, bien entendu, cédé le passage aux piétons et aux véhicules qui éventuellement, viendraient de gauche.

A d’autres endroits, on peut remarquer que sur des signaux lumineux, n’existe pax de feu vert mais, celui-ci est remplacé par le feu jaune clignotant. Et donc, à une intersection, en l’absence des panneaux de priorité, ce feu autorise à passer à allure réduite, en cédant le passage aux usagers venant de la droite. Et, si aucune signalisation ne réglemente la priorité de passage, c’est la règle de la priorité à droite qui s’applique. Des fois peut-on aussi remarquer qu’au lieu d’être ronds, certains feux tricolores sont en forme de flèche mais jouent quasiment le même rôle. Il faut également souligner que outre les feux tricolores, existent des feux bicolores. Ils sont utilisés quand l’arrêt est obligatoire et sont plus souvent utilisés pour les postes de péage.

Les feux de signalisation, faudra-t-on le souligner ne sont en aucun cas ni pour l beauté des yeux ou pour l’esthétique de la route. Ils jouent un rôle prépondérant et leur respect pourrait contribuer à faire réduire les accidents sur les routes.

Les agents de circulation

A des carrefours et ou à des intersections, remarque-t-on souvent des corps habillés réglementer la circulation. Ils ont essentiellement pour rôle de faciliter l’écoulement de la circulation, de constater les infractions aux règles du code de la route, d’organiser les secours en cas d’accident et, de contrôler si le véhicule n’est pas surchargé. Leurs indications annulent et viennent remplacer la signalisation et les règles de circulation. Quand un conducteur voit un agent de profil, il est autorisé à circuler, mais l’arrêt doit être automatique quand il est vu de dos comme de face.

Mais ce qui est aussi souvent remarqué est le fait que  certains agents stoppent certains fils de conducteurs pour une longue durée, causant encore plus d’embouteillage sur certains axes que d’habitude.

Sylvio Combey

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :