Paix et sécurité humaine : Le RAJOSEP porté sur les fonts baptismaux


S’il est vrai que des professionnels de l’information et de la communication peuvent se transformer en tueurs sans armes, il

Sylvio Combey, Pdt du RAJOSEP

Dans plusieurs pays d’Afrique, existent des foyers de tension, des jeunes qui se révoltent, des cris des armes ne cessent de résonner, décimant des populations et faisant des milliers de déplacés. L’Afrique est donc toujours présentée comme une pétaudière, un continent où, se répètent des coups d’Etats, où, l’instabilité dicte sa loi.

Photo de famille avec les participants et invités

Dans la perspective d’œuvrer à refléter un visage plus humain a continent noir, des journalistes africains se sont rassemblés en Réseau. L’antenne togolaise de ce regroupement panafricain a été officialisée à la suite d’un atelier au Centre des Nations-Unies pour la paix et le désarmement en Afrique (UNREC).

Au cours de la cérémonie officielle, le représentant du directeur de l’UNREC, Rodger Glokpor, dont l’institution a appuyé l’atelier, s’est félicité de l’initiative prise par les journalistes. Il a indiqué que la sécurité humaine et la paix constituent une préoccupation majeure des Nations-Unies. Selon ses explications, le Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD) a définit 7 domaines prioritaires notamment la sécurité politique, économique, alimentaire, médicale, environnementale, personnelle, et collective.

Le commandant Bamana BARAGOU représentant le Ministre de la sécurité et de la protection civile trouvé judicieux la mise en place d’un tel réseau surtout que, a-t-il dit, la sous-région ouest-africaine est l’une des plus instables au monde, connaissant des conflits sociopolitiques ponctués de coups d’Etat.

Le président du RAJOSEP, Sylvio Combey Combetey, a indiqué qu’ils entendent renforcer les capacités des professionnels de la communication à produire des informations objectives sur les questions de sécurité humaine et de paix auxquelles l’Afrique en général et le Togo en particulier seront confrontés. Il a paraphrasé le philosophe néerlandais Baruch SPINOZA qui martelait que « la paix n’est pas, seulement, une absence de guerre. C’est, également, une vertu, un état d’esprit, une volonté de bienveillance, de confiance, de justice ». Et pour Edem Sowou, directeur des programmes au Réseau ouest-africain d’édification de la paix (Wanep-Togo), il est plus qu’important que des hommes de bonne volonté mettent ensemble leurs énergies pour travailler à consolider les bases fragiles de la paix actuelle.

Devra-t-on rappeler que la mise en place du RAJOSEP provient d’une formation organisée par le Réseau d’action sur les armes légères au Togo (RASALT), en octobre 2010 à Atakpamé sur la sécurité humaine. Au cours du lancement, Félix Kokou Aklavon, le président du RASALT s’est réjouit de constater que le forum d’Atakpamé parmi les journalistes participants, un engagement citoyen et militant.

Les responsables du RAJOSEP disent projeter installer des antennes du Réseau dans les prochains jours dans d’autres pays africains.

Sylvio Combey

 

est aussi vrai qu’ils peuvent aussi être des faiseurs de paix. C’est dans cette perspective que le Réseau africain des journalistes sur la sécurité humaine et la paix (RAJOSEP) a été porté sur les fonts baptismaux, en fin de semaine dernière, à Lomé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :