Pour une sortie de crise: Agbéyomé Kodjo propose une plateforme de refondation de la République


Le climat socio politique togolais loin de trouver, ne serait-ce qu’une issue de sortie de crise, s’enlise de jour en jour. Ceci grâce aux actions saugrenues de ceux que l’ancien président béninois Mathieu Kérékou qualifiait « d’intellectuels tarés ». A en croire les responsables de l’Organisation pour bâtir dans l’union un Togo solidaire (OBUTS), il faudrait mettre en route une véritable plateforme de refondation démocratique de la République pour aboutir à une véritable sortie de crise.

« A moins de trois semaines du bilan à l’échéance de six mois réclamé par le Président du comité de suivi de cet accord, M. Gilchrist OLYMPIO, force est de constater que le Pouvoir RPT/AGO pratique toujours une gouvernance qui se situe dans l’identique continuité de celle pratiquée dans la période 2005-2010, alors que le RPT était à cette époque seul aux affaires », dit constater Agbéyomé kodjo, le président de OBUTS qui précise que la plateforme repose sur l’analyse du Comité pour la vérité des urnes (CVU) jugée, dit-il, pertinente par son parti dans la mesure où elle pose clairement les fondamentaux de la vérité des urnes et des comptes publics au Togo. Selon les explications de Agbéyomé Kodjo, les derniers développements de l’actualité politique du pays ont été au centre de la réunion extraordinaire du Bureau National de OBUTS le 12 Novembre dernier.

« Le pilotage à vue du pays, l’absence de séparation des pouvoirs, d’institutions fortes permettant de garantir la vérité des urnes et des comptes publics, empêche le retour de la confiance entre les gouvernants et le peuple, alors même qu’on évoque la tenue d’élections municipales pour 2011 », avertit Agbéyomé kodjo qui, un peu comme les autres partis de l’opposition togolaise, soutient qu’il faut impérieusement mener des actions pour sortir le Togo de l’ornière et martèle-t-il, « redonner confiance à nos compatriotes qui ne nourrissent plus aucune illusion sur un pouvoir RPT/AGO qui institutionnalise le déni de droit alors que la grave crise sociopolitique actuelle exige des approches plus conciliantes ».

Il est vrai que le pouvoir en place, vieux de près de 50 ans, n’a pas à réinventer la roue, mieux encore, à forcer toutes les parties de la classe politique à manger à la même écuelle mais, devrait plutôt s’employer à assurer une entente politique avec le concours des compétences pour un redressement. Mais nenni. Le constat, les observateurs le disent, est plutôt dramatique et sans appel.

OBUTS déplore que le pouvoir  RPT/AGO, marginalise les autres forces politiques, des organisations de la société civile et de la Diaspora, en vue de les exclure d’un éventuel processus de sortie de crise politique et, remet en cause, le prétendu « régime présidentiel tempéré », proposé par le comité de suivi.  

Aussi, le parti dit déceler des écueils dans l’opération de recensement sur le territoire national surtout, dans les zones sinistrées par les inondations où les populations ont déménagé ailleurs. OBUTS a invité les autorités et les partenaires en développement qui appuient cette opération à « prendre les dispositions idoines pour mieux informer l’opinion sur son enjeu, et apporter les correctifs nécessaires aux différents problèmes qui sont en train d’être identifiés pour faire en sorte que ce ne soit pas un rendez vous manqué de plus dans l’histoire sociopolitique de notre pays ».

Sylvio Combey

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :