Réparation des routes à Lomé :IMPROVISATION ET AMATEURISME DU GENIE MILITAIRE


Ce ne serait, peut-être, pas faire justice aux mots, en qualifiant l’état des infrastructures à Lomé, la capitale togolaise. Du moins, on peut oser dire qu’elles se retrouvent dans un état piteux. Surtout lors des intempéries, les

Des agents du génie militaire après leur chef d'oeuvre sur le boulevard du 24 janvier

supposées principales voies d’accès deviennent impraticables. Comme le dit un adage éwé « quand un pasteur tombe dans le feu, on ne demande plus d’après sa barbe », l’état des ruelles, sont indescriptibles.

Ce qui frappe encore, est la médiocrité, l’improvisation, et l’amateurisme dont fait preuve le génie militaire pour réparer ces routes. Il leur suffisait seulement quelques gouttes de goudron à l’arrosoir, et du concassé et le tour est joué. Ils disent avoir réparé ainsi la route. Seulement, leur médiocrité ressort palpable à une tombée de pluie laissant encore béant le trou ou encore le nid de poule colmaté.

On avait vu le génie militaire dans ses œuvres en replâtrant l’avenue François Mitterrand. Moins de six mois seulement après, c’est le fiasco. Aujourd’hui sur la même avenue, il faut être bien attentionné pour se rendre compte qu’on circule vraiment sur du goudron sinon, on se croirait sur une piste rurale dans une contrée éloignée de la capitale. On veut bien avoir honte de constater que les œuvres du génie militaire soient pérennes. C’est tout le peuple qui en sera d’ailleurs très fier. Malheureusement, ils ont encore repris leur besogne à certains endroits de la capitale avec de l’argile.

Éberlués ont été les Togolais qui ont vu ces grands « ingénieurs de routes », colmater du goudron avec des parpaings de pierre, sur le boulevard du 24 janvier. « On aura tout vu dans ce pays », a pesté un conducteur de taxi-moto. « J’étais parti déjeuner avec un ami sénégalais dans un restaurant sur le boulevard du 13 janvier et, le soir il voulait qu’on aille au centre ville ; j’ai eu honte », raconte un acteur de la société civile. Cela démontre l’état de déconfiture avancé dans lequel se trouve la capitale. Et, pratiquement tous les secteurs sont touchés par ce virus.

Mais, on ose croire  que le calvaire des populations sur les routes pourrait être résolu si seulement le génie militaire, déployé, depuis quelques mois pour les replâtrages, faisait preuve de professionnalisme.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :