Respect des Droits de l’Homme:LE TOGO RISQUE UNE NOUVELLE SANCTION DE L’UE


Malgré l’expérience amère faite lors des quinze (15) ans de rupture d’aides avec la communauté internationale, le Togo ne semble pas y avoir tiré des leçons. De l’avis de beaucoup d’observateurs, le pays

José Manuel Barroso

marche inexorablement vers une nouvelle suspension. Le déficit démocratique, l’une des principales raisons, refait surface et inquiète les organisations internationales.

Depuis la période préélectorale 2010, le Togo semble pactiser encore avec les vieux démons qui ont favorisé la suspension de la coopération avec l’Union européenne. Des violations massives des droits humains, des arrestations arbitraires, des harcèlements, des descentes policières au domicile des citoyens, refont surface, replongeant le pays dans les années sombres de règne de feu président Etienne Gnassingbé Eyadéma.

Silence radio sur l’arrestation de Follikpo et militants UFC

Mercredi 11 août dernier, alors qu’il se rendait au Temple Méthodiste Salem de Hanoukopé pour la traditionnelle séance de prières du Front républicain pour l’alternance et le changement (FRAC). Komdédzi Kofi Folikpo, le coordinateur et porte-parole de l’organisation citoyenne panafricaine «Pyramid of Yeweh», a été arrêté. Interpellé par une bande de policiers sur le boulevard du 13 janvier, dans les encablures du lieu de prières, il sera malmené puis jeté au siège arrière d’une voiture 4X4 des policiers, avec le conducteur de taxi-moto qui le transportait. Il serait accusé « d’outrage envers des agents ». Dans une lettre qu’il aurait adressée au Siège du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l’Homme, Genève  en Suisse,  il dénonce ses conditions carcérales, à la prison civile de Lomé. « Je partage une cellule de 45 mètres carrés environ avec plus de 63 détenus de toutes catégories  (…) elle n’est équipée ni d’installations sanitaires propres et décentes, ni lit ou de couchette sur laquelle dormir et encore moins de placards pour nos effets vestimentaires et personnels »,a – t-il dénoncé.

La veille, au quartier Nyékonakpoè, des militants de l’Union des Forces de Changement (UFC), en majorité ceux de l’Association des conducteurs de taxi-moto (ACTM) ont été brutalisés, certains embarqués manu militari dans des fourgonnettes et emportés. Nombreux sont ceux qui s’en sont sorti avec des blessures corporelles sur l’effet des grenades lacrymogènes et des bombes assourdissantes. Depuis lors, c’est le silence radio de la part des autorités policières sur ces arrestations. Tout se passe comme s’il n’y avait pas eu violation des droits humains.

Journalistes et défenseurs de droits de l’homme sont harcelés.

Outre des responsables d’associations fantoches de la société civile et responsables syndicaux acquis à la cause du parti au pouvoir, les acteurs de la vie sociopolitique du pays qui semblent être dans la ligne de mire restent indubitablement des professionnels de la communication et des défenseurs des droits de l’homme. Certains journalistes sont harcelés d’autres sont recherchés jusque dans leur propre maison. C’est bien le cas de certains confrères qui vivent actuellement dans la clandestinité. Du côté des organisations de défense des droits humains, des membres sont sujets d’une véritable opération de charme. La stratégie étant de les soudoyer pour les faire taire sur les massives violations des droits de l’homme.

L’UE s’alarme

L’allure inquiétante que prennent ces violations, ne laissent plus aphones des observateurs de la scène politique togolaise. L’Union Européenne, à travers une mise au point sibylline, a touché du doigt les faits. L’UE a rappelé aux autorités togolaises, son attachement aux valeurs démocratiques soulignant que le respect des droits de l’homme reste au centre de leur priorité. « Le traitement des questions de droits de l’homme se situe au centre des préoccupations de l’Union Européenne au Togo et constitue un des éléments clés pour pouvoir favoriser le processus de réconciliation indispensable à la stabilité et au développement du pays », peut-on lire dans le communiqué de l’UE qui retrace aussi ses appuis multiformes aux institutions et aux réformes de la Justice visant à promouvoir la défense des droits de l’homme.

Cette mise au point de l’UE devrait interpeller au plus haut degré les autorités politiques togolaises qui, depuis 2005 et avec le simulacre du scrutin de mars 2010, s’égosillent d’avoir regagné la confiance des grands argentiers, faisant fi de reconnaitre que les vices ayant entraîné à la rupture de la coopération de 1990, refont surface. Et, cela pourrait replonger le Togo dans une nouvelle sanction. On ne devrait pas s’étonner de vivre cela.

Publicités

3 Réponses

  1. pour ma part si cela est possible l’armée doit rentrer dans les casernes et y resté pour des activitées determiner par le chef de l’armée et c’est le peuple qui doit travailler pour les nourrir , comme cela se passe dans les pays européens , comment voulez vous qu’une armée fatiguée par des longue heures passée dehors au soleil puissent défendre son peuple au cas ou

  2. Cette mise au point de l’UE est un minimum face a la degradation progressive de la situation au Togo, c’est le retour vers le regne de la terreur. Ils font tout pour museler la presse et interdire toute manisfestation de l’opinion publique. Je m’insurge contre ce commentaire de « togolais » qui pretend que l’on devrait laisser faire et penser a soi! La democratie et le respect des libertes publiques est l’affaire de tous. Celui qui pretend avoir la paix en laissant faire se regime se trompe car il n’y a pas de paix sans liberte!

  3. Je crois que tant que les togolais n’auront pas compris qu’il faut laisser faire les « politicards » (qui ne pensent qu’à eux en fait) et faire comme eux (penser à soi-même), ils seront toujours là à marquer le pas sur place ou plutot à reculer. Ailleurs les gens ne se laissent pas embarquer dans les batailles de politiciens et s’atelent à chercher leur pain quotidien. Dans ces pays, les gens ont ceux à quoi les togolais aspirent (la paix et l’aisance matérielle). Arretons de nous attacher à tel ou tel autre parti politique ou « leader » et le pays avancera.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :