Gilchrist Olympio expose l’Ufc et les togolais à la gueule du loup


Hier combattant farouche du régime RPT, aujourd’hui ami, compagnon fidèle ; Gilchrist Olympio au nom d’un accord dit historique s’est retourné contre l’Union des forces de changement (UFC) et ce peuple qui l’a porté pendant des décennies. Conséquence, les membres de l’Ufc sont pourchassés comme de vulgaires bandits, et  la pauvre population en fait aussi les frais, vis-à-vis de forces de l’ordre qui ne ménagent aucun effort à les mater.

Le 10 août dernier, alors que les militants de l’Ufc qui disent, restés fidèles aux idéaux du parti s’apprêtaient à organiser des assises extraordinaires, pour renouveler l’instance dirigeante du parti, les encablures des locaux où devrait se tenir cette rencontre ont été bouclée par les forces de l’ordre. Des militants dispersés par des grenades lacrymogènes et des bombes assourdissantes, certains brutalisés et emmenés vers une destination inconnue, la délégation à Jean-Pierre Fabre pourchassée. Le tout dans une atmosphère surchauffée, toute la journée, avec le siège de l’Ufc bouclé par un détachement de la police.

Ironie du sort, le congrès de l’autre branche dissidente du parti, résolue à accompagner Gilchrist Olympio, n’a aucunement souffert. Par contre, il a été placé sous haute sécurité policière, Gilchrist Olympio lui-même, se déplaçant sous escorte policière. Des signes qui montrent à outrance la complicité née entre les autorités togolaises et Gilchrist Olympio. Devra-t-on oser croire, que c’est au nom de l’accord dit historique, signé avec le RPT? Gilchrist Olympio et son ministre de la communication Djimon Oré qui n’ont cessé de claironner sur tous les toits que seul leur congrès reste légal, les ministres de l’administration territoriale et de la sécurité ont pris fait et cause pour lui et, le rapport du Bureau National proche de Fabre, a été récusé par l’Administration territoriale.

Le scénario se répète le mercredi 11 août 2010 avec, la traditionnelle séance de prières du Frac interdite. Des cordons importants de policiers ont été érigés sur les voies d’accès menant au Temple Méthodiste Salem de Hanoukopé; les fidèles de l’Eglise de même que les sympathisants du Frac interdits d’accès. Le cortège à Jean-Pierre Fabre a été retourné après une houleuse discussion avec le capitaine menant l’opération. Ceci toujours parce que Gilchrist Olympio et les Ago continuent de marteler tambours battant que « Gilchrist Olympio reste le président de l’UFC ».

Sans surprise aucune, les Ago, reconduisirent Gilchrist Olympio président du parti au sortir de leur congrès du 12 août. Le feuilleton, comme beaucoup l’ont prédit, était loin de s’arrêter en si bon chemin. Les marches hebdomadaires de contestation du FRAC ont été aussi empêchées. Si les sympathisants du FRAC et les togolais résolus à en découdre avec le régime RPT ont été une fois encore dispersés par des grenades lacrymogènes à Bè Kodjindji, la voiture de Jean-Pierre Fabre a aussi été prise d’assaut par des forces de l’ordre. Les grenades lacrymogènes ne manquaient toujours pas de pleuvoir, la voiture d’une délégation du bureau Togo, du Haut Commissariat des Nations-Unies aux Droits de l’Homme, (HCDH) en a d’ailleurs fait les frais. De tristes événements au nom de l’Alliance Gilchrist-RPT.

Mais au-delà de tous ces événements, Gilchrist Olympio que le peuple togolais a porté pendant toutes les luttes pour l’avènement d’une véritable démocratie au Togo pendant toutes ces décennies, daigne-t-il écouter ce que ce peuple pense de lui ? « Traître, vendu, … », et bien d’autres sales noms. Ils conçoivent mal que leur « leader charismatique » ait choisi une autre voie que celle qu’il avait lui-même dressée. Pour eux, Gilchrist Olympio devrait plutôt soutenir les contestations de Jean-Pierre Fabre et du Frac que de les remettre en cause. Ne se plaisait-il pas à dire « Les causes justes finissent toujours par triompher lorsqu’elles sont rigoureusement défendues » ?

Les événements de ces derniers jours semblent donner raison à ceux qui disent que Gilchrist Olympio a trahi les togolais qui le suivaient. Eux qui voyaient en lui, un Nelson Mandela togolais, par qui, adviendrait un véritable changement au Togo. Hélas ! On ose croire que, fatigué par cette lutte, Gilchrist Olympio préfère exposer à la gueule du loup, les membres de l’UFC qui ont pourtant mené cette âpre lutte derrière lui en mettant au feu leur vie, de même que les togolais qui ont cru en lui.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :