La presse togolaise en deuil : le journaliste Yekini Radji a rendu l’âme


Les professionnels de la communication togolais sont totalement sous le choc. Ils viennent de perdre un de leur confrère Abdou Yekini Radji, journaliste au tri-bebdomadaire Golf Info. Il a rendu l’âme au Centre Hôspitalier Universitaire (CHU) de Tokoin, des suites d’un accident de circulation. La mort n’a pas eu pitié de ce jeune combattant pour la liberté de presse, pourtant dévoué pour sa renaissance.

Très jeune, dynamique, sympathique, toujours souriant et plein d’ambitions, Radji yekini a été ôté de l’affection des journalistes, dans la nuit du dimanche 08 à lundi 09 août 2010, de certaines sources cliniques. Il n’a pas eu la force de sortir de son coma dans lequel il s’est retrouvé à la suite d’un accident de cicrculation dans la nuit du vedredi 06 août.

Il aurait pourtant subi un scanner mais, le médecin qui devait interpreter les resultats et donner informer sur les prochaines étapes était resté introuvable jusqu’à ce que mort s’en suive. L’état de déliquescence avancé des centres de santé au Togo en est donc aussi pour quelque chose.

A un autre professionnel de la communication d’arguer que « tous les éperviers du Togo mitraillé à dans l’enclave de Cabinda auraient tous trouvés la mort si c’était au Togo », a déploré un autre professionnel de la plume qui martèle que « les centres de santé au Togo sont devenus de véritables mouroirs ».

Selon ses proches collaborateurs, « le 26 juillet 2010, le journaliste Abdou Yêkini RADJI et trois de ses collèges de Golfe Info ont adressé un mémorandumà leur directeur, Joël SODJI, pour l’informer des difficultés qu’ils rencontraient au travail, difficultées dûes à l’accumulation des mois d’arriéré de salaire. Dans ledit mémorandum, ces journalistes réclamaient, après exposition de leur difficultés, et dans le soucis d’améliorer les choses afin retrouver le moral pour produire un travail de qualité, le payement dans les 72heures, d’un minimum de 5 mois sur les 9 qui leur sont dus ».

Selon la même source, « comme réponse à leur donner par leur directeur Joël SODJI, dans un premier temps par courrier puis par lors d’une réunion, le directeur a estimé qu’il n’était pas en mesure de les payer car « l’entreprise connaît des difficultés financières » et « Golfe Info tourne depuis sa crétion à perte ». Par conséquent, il ne pouvait donner satisfaction aux revendicatiàns de ses employers. Il estimait aussi que si une amlioration de la situation devait y avoir, ce ne serait pas avant six (06) mois. Et d’ajouter qu’avec le fait d’avoir écrit un mémorandum et d’y avoir inscrit « un ultimatum de 3 jours », « même s’il y avait les moyes de vous payer, je ne le refai pas ». « Quand une balle est tirée, elle ne retourne plus dans le révolvère. Vous avez entammé un acte, prennez vos responsabilités, et allez jusqu’au bout », a renchéri M. SODJI, lançant implicitement un cri de guerre aux signataires du mémorandum. Pour clore ses propos, M. SODJI a estimé que si quelqu’un ne peut plus suporter la situation, qu’il démissionne ».

Là où le bas blesse poursuit notre source d’information, le vendredi 06 aoû t 2010, aux alentour de 16h, les journalistes de Golfe Info, dont Abdou Yêkini RADJI, et de Fréquence 1, signataires du mémorandum et du préavis de grève, ont reçu une lettre de licenciement de la part du DG SODJI  qui évoque des difficultés financières, comme raison. « Le confrère Abdou Yêkini a redu l’âme, san même avoir eu le temps de réagir à cet affront de son directeur, qui était en même temps son oncle », s’est-il insurgé.

Il n’a jamais cessé de défendre la cause des journalistes ; des multiples agressions dont il a été victime, de ses derniers démêlés ave la police lors des émeutes du 23 juin dernier à Lomé, alors qu’il descendait de l’hôpital, et bien d’autres encore de ses actions en sont des exemples patents.

Il y a quelques mois, il a fait constituer un collectif Adébayor Doit Rester (ADR) pour mener des actions visant à amener le capitaine des éperviers Adébayor shéyi qui annonçait sa retraite internationale.

On se rappelle encore il y a seulement moins d’un an, Yekini Radji a été victime d’un autre accident de circulation alors qu’il roulait tout bonnement sur sa bécane. Il avait dû avoir un de ses bras, dans les platres, pendant plus de deux mois.

Voilà qu’un autre s’en est suivi. Triste nouvelle !

QUE LA TERRE TE SOIT LEGERE TRES CHER AMI, ON TE PORTE DANS NOS CŒURS !

Advertisements

Une Réponse

  1. Ce Joel Sodji nest pas kelkun de frequentable. il a porté la poisse á Yekini. cest en quittant GI une fois kil a failli mourir. Et voici kil meure en ayant des pbms avec lui, ki est-il au juste pour que ses employés frôlent souvent la mort pour lui?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :