Deux mois après l’accord historique: De la carotte et le bâton pour les ministres « AGO »


Plus de deux mois après le fameux accord dit historique signé par Gilchrist Olympio avec le gouvernement Rpt, il est encore difficile de voir les fruits, de la vision qu’on prétendait y insuffler, se concrétiser. Les militants Ufc nommés à des postes de responsabilité vivent dans un malaise criard dans un étau hautement serré, qui ne dit pas son nom.

Dans quelques jours, le Premier ministre Gilbert Fossoun Houngbo sera encore contraint, comme le réclame la tradition, de présenter un bilan des 100 jours d’exercice de son équipe. Une équipe qui, pour une première fois, dans l’histoire politique du Togo, est colorée Ufc-Rpt. Il ne serait donc pas surprenant de voir le technocrate s’évertuer dans une flagornerie sans précédent à l’égard de cet accord dit historique. Il ne devrait pas non plus étonner de voir le locataire de la primature se fourvoyer dans un effort hégélien pour nommer les actions des ministres à obédience Ufc qui se réclament Amis de Gilchrist Olympio (AGO).

Loin d’apporter une nouvelle dynamique à l’équipe gouvernementale, proclamée trompette et tambour battant de large ouverture et de grande compétence, ils se présentent comme un miroir dont le pouvoir en place, bientôt vieux de 50 ans, a besoin pour polir son large aux yeux de la communauté internationale. Point d’alchimie pour l’apercevoir, plus de deus mois après leur entrée au gouvernement, ces derniers ont encore de la peine pour retrousser les manches de leur chemise et se mettre réellement à la tâche. La compétence, ne l’ont-ils pas ? On peut bien s’interroger ? Qui de Eliot Ohin des affaires étrangères et de la coopération ; de François Agbéviadé Galley de l’enseignement supérieur et de la recherche ; de Rita Doris Wilson De Souza des droits de l’homme, de la consolidation de la démocratie et de la formation civique, de Komlan Mougnabou, de l’urbanisme et de l’habitat ou encore, de Batalawa Fofana de l’industrie, de la zone franche et des innovations technologiques, et de Amadou Bouraïma Diabacté de l’enseignement technique et de la formation professionnelle peut se bomber le torse, se réclamant dépositaire d’une action gouvernementale ? Peut-être celui de la communication Djimon Orhé avec ses «villégiatures » dans les différents départements de son ministère. D’autres pourront du moins se réjouir d’avoir présidé des cérémonies quand d’autres montreront du sourire sur les lèvres pour avoir accompagné le chef de l’Etat Faure Essozimna Gnassingbé à la commémoration de la célébration du 14 juillet dernier en France. On pourrait de même, oser dire que d’autres ont eu « le privilège », d’être aux côtés du chef de l’Etat pour se rincer les yeux avec les luttes traditionnelles Evala en pays Kabyè. Bref, la liste est longue mais rien que de coquilles vides surtout que l’autorité des ces personnalités est très souvent remise en cause, par l’assistance lors de certaines présentations. Peut-être que l’assistance a décelé un caractère nullissime dans la présentation.

On comprend aisément que les ministres Ago ne sont en fait que des corps étrangers dans un milieu incompatible, un milieu qui ne leur est pas du tout propre, qu’ils ne maîtrisent pas et dans lequel, ils se ridiculisent. « Ce gouvernement aux couleurs Rpt-Ago est le pire que le Togo ait jamais connu », a ironisé un observateur. En tout cas, un regard dans le rétroviseur de la scène politique togolaise situera tout un chacun.

Le 27 mai dernier, alors qu’il annonçait son « mariage » avec le Rpt, Gilchrist Olympio avait fait noter que ses ministres auront la latitude, selon les termes de « l’accord historique » d’organiser leur propre cabinet. Point n’en douter qu’ils ont cru aux chimères. Aujourd’hui les signes précurseurs de l’échec de cet accord sont plus que visibles surtout quand un ministre se fait seconder à son insu, quand un ambassadeur est nommé sans que l’autre partie ne soit consultée et, quand les deux parties n’arrivent toujours pas à s’accorder leur violon sur l’institution qui devra piloter les réformes institutionnelles et constitutionnelles.

« Gilchrist et les siens se sont fait prendre dans un véritable piège à con », s’est exclamé un observateur. Au vue de l’allure des discordances, il ne serait pas alarmiste de dire que c’est toute la bande qui a suivi Gilchrist Olympio qui s’est fait prendre avec « le bâton et la carotte ». Nombreux sont

Les observateurs étaient pourtant nombreux à prédire un lendemain nébuleux pour cet accord signé à la hussarde.

Sylvio Combey

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :