Quiproquo ou début d’hostilités : Faure Gnassingbé boude Yayi Boni


Le chef de l’Etat togolais Faure Essozimnan Gnassingbé devrait être dimanche 1erAoût dernier, en terre béninoise. Une visite aux

Les présidents Yayi Boni du Bénin et Faure Gnassingbé du Togo

côtés de son homologue béninois Thomas Yayi Boni, dans le cadre de la célébration des 50 ans d’indépendance du Togo. Très étonnant, le locataire du palais de la Marina a boudé son « frère et ami ». Certains observateurs évoquent des rasions d’un calendrier très chargé de Faure Gnassingbé quand d’autres avancent la thèse d’un début d’hostilités entre les présidents  togolais et ivoiriens.

Yayi Boni pourtant « solidaire »

Parmi les chefs d’Etats africains souvent en visite au Togo, figure en bonne place le chef d’état béninois Thomas Yayi Boni. Pas d’évènements majeurs sans la présence de ce grand « ami » de Faure Gnassingbé. A la prestation de serment de ce dernier à Lomé, il a honoré de sa présence. Il fait partie d’ailleurs des tous premiers leaders politiques africains à avoir adressé une lettre de félicitation à Faure Gnassingbé, pour disent-ils, « sa brillante réélection à l’élection présidentielle du 04 mars 2010 ». Avec lui, le président togolais a effectué des missions extérieures comme celle de l’investiture du président gabonais Ali ben Bongo, d’une séance de travail au Burkina avec le président du Faso Blaise Compaoré et bien d’autres encore. Même pour des cérémonies de commémoration du décès de Gnassingbé Eyadéma, Yayi Boni ne rate pas l’occasion d’être en terre togolaise. On se rappelle d’ailleurs que lorsque le Togo a été secoué en 2008 par une grande inondation, Yayi Boni a accordé une enveloppe financière au Togo, en signe de solidarité de même qu’aux obsèques de Ernest Gnassingbé à Kara, dans la région septentrionale du pays.

Faure Gnassingbé bourde Yayi Boni

Le 1er Août dernier, le peuple béninois a célébré les 50 ans de son accession à la souveraineté internationale. Mais le président togolais a brillé par son absence à cette célébration. Les raisons restent jusqu’alors nébuleuses. Pour certains observateurs, l’ancien ministre togolais de l’intérieur, François Akila Esso Boko, en mission au Bénin, serait la pomme de discorde. Ce dernier serait soupçonné de mener des actions de déstabilisation du régime togolais, depuis le Bénin. Et pour cause, Faure Gnassingbé se serait fait purement et simplement remplacer par une délégation. Est-ce le début des hostilités entre de « grands amis » ?

Tout compte fait, l’attitude du président togolais étonne plus d’un. Comme les Anglais, « Wait and see ».

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :