COMMUNIQUE du CVU: FAURE GNASSINGBE REDUIT LE TOGO AU RANG D’UNE DICTATURE !


En une semaine Faure GNASSINGBE, Président illégitime de la République du Togo, vient de signifier au peuple togolais et à la Communauté internationale, sous quels auspices il entend gouverner notre pays. Celui d’une dictature qui n’ose pas dire son nom et qui pourtant vient de reprendre tous ses droits au Togo.

Le bilan de la semaine qui s’achève est en effet très lourd contre les libertés publiques et les droits humains !

Aux 3 morts, aux innombrables blessés, et l’on ne sait combien d’arrestations, parmi les manifestants qui voulaient le 22 juin signifier leur refus d’une augmentation du prix des carburants qu’ils n’ont plus les moyens de supporter, vient s’ajouter ce 25 juin à midi l’interdiction et la dissolution du parti politique OBUTS, pourtant légalement constitué.

C’est bien une triste journée de plus pour la démocratie, l’état de droit et l’indépendance de la justice au Togo !

Au mépris des règles de procédure et de la réfutation des preuves pourtant fournies par la défense, le Président du Tribunal de Première Instance de Lomé, aux ordres, a passé outre à une décision de la Cour Constitutionnelle, reconnaissant la légalité du parti OBUTS, et a ainsi apporté l’éclatante démonstration de l’absence de séparation des pouvoirs exécutif et judiciaire au Togo.

Alors que la légalité de OBUTS a été définitivement confirmée par décision N°E-003/10 du 1er Février 2010 de la Cour Constitutionnelle, le Tribunal de Première Instance de Lomé, contre tout bon sens et sous le regard inquisiteur de son premier magistrat, a prononcé au mépris du droit la dissolution de la formation politique OBUTS légalement constituée.

Le CVU observe que cette décision, éminemment politique, découlant de l’acharnement contre OBUTS et son Président, est le prix fort que vient de payer cette formation politique, en raison de son refus d’entrer au Gouvernement de Large Ouverture que voulait concocter Faure GNASSINGBE, pour faire taire la contestation née du deuxième holdup électoral qu’il a commis lors de l’élection présidentielle du 4 mars 2010.

Par cette grossière manœuvre, Faure GNASSINGBE voulait faire taire la voix de l’un des deux partis politiques les plus actifs pour mener cette contestation, et surtout faire avaliser une action politique qui conduit à la régression sociale, et au déni de droit au Togo.

Le CVU conteste avec la plus grande énergie le jugement de dissolution d’OBUTS rendu ce jour et a demandé qu’un appel soit interjeté.

En saluant déjà les médias pour leur précieuse contribution à la lutte citoyenne du peuple togolais, de même que les nombreuses voix de leaders politiques togolais et de la société civile qui dès cet après midi se sont élevées devant l’iniquité d’une telle décision, et devant la gravité de cette situation pour l’avenir des libertés politiques au Togo, le CVU demande à tous les responsables de l’ensemble des partis politiques du Togo de se déterminer avec la plus grande clarté devant une décision qui ramène notre pays plus de quarante ans en arrière.

Le CVU leur demande d’apporter leur soutien à l’ensemble des forces démocratiques, parmi lesquelles OBUTS, qui ont une opinion différente de celle de Faure GNASSINGBE, sur la politique à mettre en œuvre pour sortir le Togo de la crise profonde dans laquelle il se trouve aujourd’hui.

Le peuple togolais a plus que jamais besoin de savoir sur qui il peut compter véritablement pour relever les défis immenses qu’appelle la Vérité des Urnes et des Comptes publics, afin de bâtir au Togo une société de confiance basée sur un véritable état de droit et la prospérité partagée.

Le nouveau mandat usurpé de Faure GNASSINGBE commence sous les plus mauvais auspices. Cette décision annonce un musèlement encore plus intense de tous les espaces de liberté et une instrumentalisation à outrance de la justice à des fins politiques, avec ses corollaires de violation massive des droits humains.

Le CVU lance un appel pressant à toutes les filles et à tous les fils du Togo tout entier à rester résolument mobilisés où qu’ils se trouvent, pour faire barrage à ce déni de droit qui avilit l’image de notre pays dans le concert des nations civilisées.

La Résistance citoyenne doit redoubler d’intensité pour en finir avec un régime qui piétine la liberté et les droits humains les plus élémentaires. Que Dieu nous donne le regain d’énergie nécessaire pour faire triompher cette année 2010 nos légitimes aspirations de Liberté et de Dignité !

 

Togo debout, luttons sans défaillance, et vive la République !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :