OBUTS dissout, Agbéyomé Kodjo y voit une réponse judiciaire de Faure Gnassingbé


L’Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS), vient d’être dissout. C’est la décision du tribunal à la suite d’une plainte déposée

Agbéyomé kodjo

par une dissidence que conduit Gaston Vidada. A compter de ce jour, et selon le délibéré du président du Tribunal de grande instance de Lomé, Sogoyou PEWELE, quiconque prononcerait le nom du parti ou arborait un gadget du parti dans les prochains jours sera poursuivi et contraint de payer une amende de 50 millions de francs Cfa.

Vendredi dernier, juste après une mise au point d’Agbéyomé kodjo, le siège du parti a été mis sous scellé. Des policiers ont été déployés sur les lieux, munis de grenades lacrymogènes, probablement, pour faire taire toute contestation. « Cette décision de justice inique est contraire au droit, dans la mesure où aucun des attendus sur lesquels est fondé le jugement n’a de valeur légale en regard des textes en vigueur et notamment de la Charte des partis politiques. Elle illustre parfaitement le caractère éminemment politique du jugement », a déclaré Agbéyomé Kodjo à la presse. Pour le président de ce parti, la dissolution d’OBUTS est la réponse judiciaire de Faure GNASSINGBE et du gouvernement, à la mobilisation populaire sans précédent qui a caractérisé la marche du 29 mai, pour dire sa désapprobation à l’égard du gouvernement HOUNGBO II. Agbéyomé Kodjo y trouve une régression historique « sans précédent » des libertés d’expression politique au Togo qui, selon lui, ramène plus de quarante ans en arrière. « Cette situation ouvre la porte a toutes les dérives possibles, si les citoyens ne peuvent plus exprimer leur contestation dans le cadre légal des partis politiques » a-t-il lancé avant d’ajouter « j’entends saisir dans les heures qui viennent les Présidents de tous les pays partenaires du Togo pour les mettre en face de leurs responsabilités, devant la gravité de cette situation ».

D’autres parts, il a appelé à une forte mobilisation pour exiger le rétablissement d’OBUTS dans ses droits, et pour continuer le combat de la vérité des urnes.

Publicités

Une Réponse

  1. C’est un précédent dangereux cette dissolution.
    On devrait laisser ce parti se dissoudre de lui même
    et non employer cette méthode judiciaire.
    Désolé pour ce Togo dans lequel, les institutions s’illustrent
    toujours…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :