Exploitation voilée:LE PETIT EMMANUEL CONTRAINT DE VENDRE DU « KPELEBE » POUR SE NOURRIR


Il y a encore des enfants orphelins qui sont livrés à eux-mêmes malgré qu’ils aient parfois un de leur parent vivant. C’est le cas du petit Emmanuel, contraint par sa tante de vendre du Kpèlèbè

Le petit Emmanuel couché auprès de son tas de Kpèlèbè

pour se nourrir.

Auprès d’un tas de déchets de noix de palme communément appelés ‘kpèlèbè, s’est couché un petit garçon. Il s’appelle Emmanuel, un peu chétif avec un air d’affamé,  cheveux mal peignés, et porte des culottes kaki, probablement celle qu’il porte pour les classes.

Sur les sept (7) jours de la semaine, le petit orphelin de mère n’a qu’un seul jour de repos, les dimanches. Et là, il lui faut laver le linge et faire d’autres activités ménagères et se rattraper sur des cours qu’il n’a pas pu apprendre

Emmanuel DeSouza

les jours ouvrables. En effet, depuis la mort de sa maman en 2002, Emmanuel fut confié par son père à une dame au quartier Abôbô Kômé, à Lomé. Une dame que son père l’a sommé d’appeler, depuis lors, sa tante malgré que le petit ait remarqué qu’elle n’a aucune relation ni avec la famille de son père, ni avec celle de sa mère.

Son père lui, réside, un peu à l’écart, au quartier Kodjoviakopé et n’intervient plus visiblement dans les besoins du petit si ce n’est quelques contributions pour payer les frais scolaires et autres frais connexes liés à sa scolarisation. Ce dernier serait électricien de formation et serait très sollicité lors des oraisons funèbres.

Il suffit qu’Emmanuel revienne des cours les soirs vers 17heures 30, pour reprendre la route et vendre du Kpèlègbè. Bien qu’âgé de 13 ans seulement, il n’a le temps pour déposer son sac, enlever son uniforme, pour reprendre la route pour aller vendre et ne retourner à la maison que vers 19heures30. Pour la plupart du temps, il dit ne plus avoir assez de temps pour faire correctement ses devoirs de maison ou apprendre les cours. Dans la majorité des cas, à peine finit-il de se doucher et de manger qu’il tombe de sommeil.

Les samedis aussi, il reprend la vente de ‘Kpèlèbè’. Il doit quitter la maison assez tôt, (au plus tard 7h30, précise-t-il) pour ne rentrer que tardivement le soir. Chaque fois, il doit s’assurer d’avoir vendu tout le stock avant de rentrer. Il se rappelle encore, les yeux quasiment aux larmes, des jours où il rentrait à la maison avec quelques restes, et est accueilli par des injures et quelques châtiments. Quand nous l’avons rencontré, le petit avait avec lui un stock plus ou moins encore volumineux, alors qu’il sonnait 11 heures. Il dit n’avoir vendu que 300frs du stock de 1150frs. L’unité étant à 75 frs.

La situation laisse croire que depuis quelques mois, sa prétendue tante ne fait plus de la réussite scolaire de l’enfant, une préoccupation. Même de retour des classes vers midi, c’est le petit orphelin qui s’occupe de son déjeuner. « Je prépare du Akoumé ou tout ce que je trouve, ça peut être aussi du riz » souligne-t-il précisant qu’à force de bricoler, il a finit par savoir préparer certains mets qu’il peut facilement et rapidement manger. Et, il ne se rappelle plus du jour où il a pu faire sa sieste à midi. La tante ne revient à la maison que le soir, pour s’occuper du dîner, après la vente d’Agbélima.  Néanmoins, celle-ci remet 100 francs au petit orphelin pour le petit déjeuner.

Aujourd’hui, il fait tout pour tout épuiser bien qu’il dit avoir remarqué des difficultés. Des difficultés qu’on pourra facilement comprendre du fait que la plupart des ménages se ruent de jour en jour, vers des méthodes modernes.

Malgré son quotidien pas du tout enviable,  Emmanuel ne démérite pas à l’école. Il serait toujours parmi les meilleurs de sa classe. « Au 1er trimestre, j’ai occupé le 2ème  rang sur un effectif de 26 » confie l’élève du Cours Moyen 1ère année (CMI).

Somme toute, tout porte à croire que c’est le petit Emmanuel qui se nourrit avec la vente du ‘Kpèlèbè’. Les recettes serviraient à la prétendue tante de lui assurer certaines charges. Ce cas, nombreux sont les mineurs qui le vivent. Certaines personnes crient à ‘une exploitation voilée’.

Publicités

Une Réponse

  1. ainsi va le togo…….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :