Bavure policière en crescendo à Lomé : 5 passagers frôlent la mort


Les populations de Lomé, la capitale togolaise assistent, impuissants, depuis quelques semaines à

Face endommagée de la fourgonnette

un zèle et une bavure sans précédent de la part des policiers. Après leur acte démesuré du samedi 08 Mai dernier entraînant la mort d’un conducteur de zémidjan, au quartier Hanoukopé, c’est à un scénario similaire que les populations du quartier Casablanca ont assisté vendredi dernier. Cette fois-ci, on ne dénombre pas de morts mais, 5 personnes ont frôlé la mort.

Selon des témoignages recueillis sur place, une fourgonnette  en provenance du côté nord de Lomé, s’est fait renversée par des policiers en patrouille. D’autres soutiennent qu’en effet, le conducteur  qui aurait été interpellé par des signes de lampe-torche  au quartier Adidogomé, n’a pas daigné s’arrêter. Il aura donc accéléré et s’est fait poursuivre par des policiers. Mais rattrapé au quartier Casablanca, à près de 5 kilomètres plus loin, un des policiers a tiré sur le pneu droit avant de la fourgonnette. Le conducteur, sur le coup de la vitesse, pneu trouée, est parti cogner des installations d’une station d’essence. Et ce fut le feu. La scène se passait vers 1 heure du matin.

partie de la station d'essence heurtée

Ces mêmes sources précisent que n’eût été l’intervention d’un européen qui était dans une autre voiture et qui  usé de son gaz extincteur, le quartier serait réveillé en feu. Très vite les corps ont été sortis de la fourgonnette et les blessés conduits au CHU de Tokoin. Selon d’autres riverains, la voiture de la police en question porterait le numéro ‘139’.  Les jeunes du quartier, en riposte on très vite érigé des barricades sur la voie. Vers 10 heures, un contingent de policiers sera déployé sur les lieux. Et comme on pouvait s’y attendre, les coups de grenades lacrymogènes ont encore résonné. La scène aura duré près de 3 heures vec la réplique, par moment, des jeunes par des jets de pierres.

Le commissaire chargé de l’opération s’est refusé à tout commentaire. Au CHU de Tokoin, une source médicale indiquera plus tard que les blessés sont relâchés après les traitements.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :