Après l’UFC, le CAR retire ses délégués de la CENI, la CDPA sort du processus électoral.


Quelques jours seulement après le retrait des trois délégués de l’Union des Forces de Changement (UFC) de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), le Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) rappelle aussi ses représentants. Le CAR va plus loin et fait retirer son candidat du processus électoral en cours.

Dans un communiqué rendu publié et signé par le Président du Parti, Paul Apévon Dodji, le CAR a demandé à ses représentants à CENI de plier bagage. Le CAR dit avoir saisi la commission sur certaines revendications qui devront permettre la transparence et la régularité du scrutin mais ces revendications n’ont jamais eu de suites favorables.

A en croire Apévon Dodji, ces revendications concernent entre autres, « la reprise de la révision des listes électorales, en raison des graves anomalies ayant entaché celle qui a eu lieu ; la définition de mesures consensuelles devant garantir le respect des dispositions du code électoral concernant le vote par procuration, la suppression pure et simple du vote par anticipation, l’adoption des bulletins à souche pour en assurer une meilleure traçabilité, l’authentification des bulletins par la signature de deux membres des bureaux de vote à raison d’un par sensibilité politique, le consensus au sein de la CENI sur la procédure de centralisation des résultats et le report à une date qui prenne en compte les problèmes à résoudre ».

Un peu comme l’UFC, le CAR dit prendre cette décision pour ne pas cautionner une nouvelle mascarade.

La Convention Démocratique des Peuples Africains, aussi, au cours d’un point de presse animé ce dimanche 14 février au siège du parti a annoncé le retrait de son candidat du processus électoral. Selon Brigitte Adjamagbo Jonhson, cette suspension de sa candidature est une manière de « mettre la pression afin d’amener la CENI à revoir sa copie et de porter à la connaissance de la communauté internationale les manquements liés au processus électoral en cours au Togo ».

Par une correspondance datée du 11 février 2010, l’UFC avait demandé à ses représentants Messieurs Atsu Jean-Claude HMAWOO, Jean-Claude CODJO et Essem AMELEWONOU de suspendre leur participation de la CENI, en attendant le cas échéant la décision du parti et de son candidat de sortir du processus électoral. Patrick Lawson, le Premier vice-Président de l’UFC, avait demandé un report significatif de la date des élections de l’ordre d’un mois permettant la reprise de la révision de la liste électorale, l’épuisement des recours prévus par le Code Electoral, l’affichage de la liste définitives permettant de déterminer la constance exacte du corps électoral.

Avec le retrait des membres de l’UFC et du CAR de la CENI, seuls les membres du Rassemblement du Peuple Togolais (RPT, parti au pouvoir) y siègent avec quelques de la société civile.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :