Kofi Yamgnane ‘out’ de la présidentielle 2010


De huit au départ, la liste des candidats à la présidentiell du 28 février est vréduite à 7. Le candjidat indépendant Kofi

Abdou Assouma, Pdt Cour Constitutionelle

yamgnane est écarté de la compétition. C’est la décisison de la Cour Constituttionnelle qui s’est prononcée ce mardi 02 février sur les candkidatures soumises par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI).

Seulement 7 candidatures sont retenues par la Cour Constitutionnelle. La Cour souligne que le franco-togolais a deux dates de naissance notamment, le 11Octobre 1945 et le 31 Décembre 1945 et « qu’il en résulte que la date de naissance de l’intéressé varie selon qu’il se trouve en France ou au Togo ». Pour l’équipe Assouma, « cette situation est de nature à semer la confusion sur l’identité de la personne et, par voie de conséquence, à fragiliser la sécjrité juridique et judiciaire inhérente à la magistrature suprême du pays ».

Comme décision finale, seulement les candidatures de Adjamagbo-Johnson Kafui de la Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA), de Agboyibo Yawovi du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR), de Fabre Jean-Pierre de l’Union des Forces de Changement (UFC), de Gnassingbe Faure Essozimna du Rassemblement du Peuple Togolais (RPT-parti au pouvoir), de Kagbara Bassabi du Parti Démocratque Panafricain (PDP), de Kodjo Messan Agbeyome Gabriel de Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS), et de Lawson Jean Nicolas Messan du Parti du Renouveau et de la Rédemption (PRR), ont été validées.

Kofi Yamgnane de son côté dit y voir une décision politique que judiciaire car soutient-il « ils savent que je deviens de plus en plus gênant ». Cette affirmation de l’ancien maire de St-Coulitz ne serait pas fortuite, le parti au pouvoir depuis quelques jours a multiplié des opération de charme à Bassar au nord du pays, une localité qui semblerait être à la cause du franco-togolais.

Ce dernier dit s’inscrire toujours dans sa logique d’alternance et affirme soutenir l’opposition pour œuvrer à faire partir le RPT qui gouverne le pays depuis des décennies, avec un bras de fer.

L’Union des Forces de Changement a aussi fustigé la décision de la Cour. Pour le Premier vice-président du parti Patrick Lawson, la décision de la cour est arbitraire.

La population togolaise est appelée aux urnes le dimanche 28 février prochain pour élire un Président, pour un nouveau quinquennat.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :