Présidentielle 2010/ Six candidats exigent la reprise des opérations


Tables d'honneur lors du point de presse

Six candidats à la prochaine élection présidentielle, soutenus par trois partis de l’opposition demandent au président de la CENI Taffa Tabiou d’ordonner la reprise totale des opérations de révision des listes électorales afin de mettre sur pied un fichier électoral fiable, condition nécessaire pour la transparence du scrutin.

Dans une déclaration conjointe rendue publique lundi 25 janvier, les candidats Brigitte Adjamagbo-Johson (CDPA), Yawovi Agboyibo (CAR) Jean-Pierre Fabre (UFC) Agbéyomé Kodjo (OBUTS), Bassabi Kagbara (PDP) et Kofi Yamgnane (Indépendant) soutenus par trois autres partis de l’opposition, notamment l’Alliance, le MCD et le PRS ont estimé que « le rapport présenté par le Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) prouve que la révision des listes électorales n’est pas fiable ».

Des  défaillances fréquentes des kits de recensement, gonflement de la liste électorale, réduction délibérée de la durée du temps de travail de révision, inscriptions d’étrangers et de mineurs, disparition de matériels de recensement, création par le gouvernement de nouveaux bureaux de vote inconnus des acteurs politiques, sont entre autres manquement et irrégularités sur lesquels se fondent les candidats et partis signataires de la déclaration conjointe pour exiger de la CENI, une reprise totale des opérations de révision des listes électorales.

C’est donc tenant compte de ces faits et des preuves exhibées par les partis politiques devant les membres de la CENI, que ces partis politiques et candidats signataires du communiqué affirment que les listes électorales révisées dans ces conditions ne sont pas crédibles et portent en elles les germes de contestations aux conséquences imprévisibles.

Ils demandent en conséquence la reprise des opérations de révision des listes électorales afin de garantir un fichier électoral fiable.

Par ailleurs les signataires de la déclaration conjointe soutiennent que le décret de convocation du corps électoral est un acte illégal pris par le gouvernement avec la complicité active du président de la CENI d’où leur exigence du gouvernement de rapporter ce décret.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :