Togo: Adoption du budget de finance gestion 2010/ 8,3 milliards pour l’éducation, 6 milliards pour la Présidence


Les députés togolais se sont prêtés le vendredi18 Décembre dernier à leur routine. Ils ont examiné

Le chef de l'Etat togolais Faure Essozimna Gnassingbé

puis adopté le projet de finance gestion 2010. Ce projet validé par la sensibilité RPT, n’a pas reçu l’adhésion du CAR et de l’UFC. Quelques des secteurs sur lesquels on va s’appesantir sont l’éducation et les frais engloutis par la présidence de la République.

La loi de finance gestion 2010, adoptée en décembre dernier par le groupe parlementaire RPT révèle 8,3 milliards de francs Cfa consacrés à l’éducation. De cette bagatelle somme, l’enseignement technique et la formation professionnelle ne reçoit que 1,4 milliard et 310 millions d’investissement pour l’enseignement supérieur et de la recherche.  Pourtant ce sont des domaines qui demandent beaucoup plus d’investissement au vue des problèmes recensés.

Dans les Universités de Lomé et de Kara, les étudiants crient le manque d’amphithéâtres et de professeurs pour leur dispenser les cours. A l’heure où le gouvernement s’évertue à imposer l’application du système LMD (Licence-Master-Doctorat), un système anglo-saxon de formation ; des étudiants sont encore contraints de se disputer les sièges, d’autres, de s’asseoir sur des briques de pierre ramassées dans la cour. D’autres encore pour disent-ils, éviter de se chamailler sur les sièges, se les font confectionner, les confient aux vigiles et ne l’utilisent que lorsqu’ils ont des cours.

A l’heure de la modernisation des études, rares sont ces étudiants qui ont eu l’opportunité de toucher à la souris et au clavier d’un ordinateur au cours de leur formation bien que cela soit inscrit à leur programme. Ils se voient ainsi obligé de se ruer vers d’autres centres de formation pour mieux s’outiller, le marché de l’emploi l’oblige. Les étudiants de la Faculté des Sciences et de Gestion (FASEG) sont loin d’être épargnés. Ceux du domaine bancaire sont sevrés des cours comme ‘comptabilité bancaire’, ‘marketing bancaire’ et ‘technique des opérations bancaires’. Et ils se retrouvent devant des situations délicates à la fin de leur formation.  Les problèmes, en effet, sont légion.

A remarquer que ces 8,3 milliards sont alloués aux écoles primaires, secondaires et à l’alphabétisation. En 2008, le gouvernement dit avoir  mobilisé 2 milliards de nos francs pour décréter la gratuité des frais de scolarité aux préscolaire et primaires avec 209 millions 430 mille pour, dit-on, le déplacement des directeurs. Deux après, ce sont des salles de classes quasi inexistantes et des cours dispensés dans des conditions médiocres dans des écoles à l’intérieur du pays.

Au même moment, 6 milliards de francs Cfa sont engloutis par la Présidence de la République alors qu’il est devenu un véritable parcours de gladiateur pour le togolais lambda de se procurer trois repas par jour.

Doit-on renouveler chaque année, les matériels du cabinet du Président de la République ? Et à combien ?  En 2006, on inscrivait 4millions 706 mille francs Cfa comme prévision pour ce renouvellement, 5millions 267 mille en 2007; 5millions 335 mille en 2008. En 2009 c’était 5millions 639 mille pour renouveler les matériels du cabinet et en 2010 on prévoit défalquer du contribuable togolais, 5milliards 941 millions de nos francs pour  ces dépenses. Ces chiffres vont crescendo chaque année et on se plait à se baigner dans le luxe aveugle quand la population se meurt. On se rappelle encore, en 2008, le Chef de l’Etat Faure Essozimna Gnassingbé s’était permit de s’offrir 2008 une Mercedes Mayback de plus de 1 milliard de francs Cfa.

La rubrique ‘Hôtel du Président’ consomme aussi une part on ne peut plus colossale. De 637 millions en 2006, on se projette 1milliard 587millions pour 2010. Plus que le double des dépenses en quatre ans.  Pourtant le budget 2010, 499 milliards 725 millions 528 mille francs Cfa, reste déficitaire avec un gap de 67,4 milliards de nos francs.

Pour beaucoup d’observateurs, ce serait un véritable leurre de penser voir le taux de croissance passer de 2,5% en 2009 à 2,6% en 2010, comme annoncé, alors que les ressources propres de l’Etat prévues pour 2010 sont de 249,1 milliards contre 283,5 milliards en 2009, soit une baisse remarquable de 12,1%. Un économiste fait remarquer que ces ressources sont essentiellement fiscales ; 224,4 milliards soit 90% des ressources propres.

Sylvio Combey

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :