DES COUPS DE BATONS POUR AVOIR LE « RIZ FAURE »


(Photo Sylvio Combey)

Un agent de l'ANSAT assènant des coups de bâtons aux acheteurs

Cordelette en  caoutchouc, branche d’arbre, tout était bon pour réprimer la foule venue s’acheter le riz Faure. La scène, nous l’avons vécu jeudi 17 Décembre dernier au point de vente Agence Nationale de Sécurité Alimentaire du Togo (ANSAT) devant la lagune de Nyékonakpoè sur la rue des Calais.

Il sonnait 11heures quand nous apercevions une véritable foule autour d’un kiosque. Approché, nous avons pu constater que c’était un véritable attroupement colorié d’hommes, de femmes et de jeunes venus s’approvisionner en riz au prix de 2010francs, le riz Faure.

L’évènement qui a le plus sidéré plus d’un est de voir des hommes au grand gabarit, repousser et frapper  à la cordelette, avec des branches d’arbre ces femmes en file indienne. « Oh! On va aussi nous battre avant qu’on achète du riz ? », a lancé d’un air furieux une dame qui a reçu un coup de caoutchouc sur son bras gauche. A une autre femme visiblement plus âgée d’ajouter « si c’est comme ça, dites-le nous, on va partir, ce n’est pas forcé en plus on est venu de nous mêmes ».

Le phénomène, précise un conducteur de moto taxi rencontré plu loin, est habituel. « C’est ce qu’on voit chaque fois quand ces gens viennent pour vendre le riz » a-t-il ajouté.

L’acharnement de ces hommes contre les femmes est perçu par d’autres comme une attitude ‘du togolais’ de toujours brimer ses compatriotes quand on lui confère un petit grain d’autorité ou mieux encore, de pouvoir.

Un peu plus loin dans le quartier Bè, à quelques mètres du supermarché Le Château, le mécontentement commence par monter d’un cran. La foule est encore au rendez-vous, mais elle attend  le retour des agents de l’ANSAT. « C’est depuis 5 heures que nous sommes ici, on nous avait dit qu’on allait nous partager le riz » confie Fred, un jeune devant le kiosque et s’est joint à un autre pour jouer au vigile devant le kiosque d’ailleurs vide. « Ils sont venus vers 11heures et au lieu de faire de leur mieux pour nous vendre le riz ils sont repartis» précise le second.

« Premièrement, ils avaient dit qu’ils allaient nous partager des tickets pour faciliter la distribution mais, moi j’ai remarqué qu’ils les ont partagés dans des maisons et nous qui sommes ici depuis fort longtemps n’avons rien reçu » a souligné Fred.

Le riz Faure, faut-il le préciser, est vendu les mardis, jeudis, et samedi dans les kiosques ANSAT. Selon un agent, il suffit de remettre 2010 francs Cfa pour avoir un sac de riz de 10 kg avant de rajouter que personne ne peut prendre au-delà d’un sac. « Le riz c’est mon Faure » pouvait –on lire sur l’emballage. Au même moment, les bonnes femmes se plaignent de voir leur étalage déserté alors qu’elles ont fait des stocks pour la saison de fête. En plus elles doivent payer les impôts, les droits de douane et les frais de stockage.

Au même moment, les populations préfèrent déserter les centres de révisions de listes électorales pour faire la queue, à la recherche du ‘Riz Faure’

Parallèlement à cette vente de riz, nombreux sont les togolais qui se posent des tas de questions sur la bonne foi des premiers responsables du pays. Pour d’autres encore c’est à dessein que ce riz de 10 kg est vendu à 2010francs. La coïncidence étant de trop avec ‘2010’ et « riz Faure » qui riment non seulement avec les élections de 2010 mais aussi avec le nom du Chef de l’Etat Togolais Faure Essozimna Gnassingbé candidat à la prochaine échéance électorale.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :