LA COMMISSION VERITE JUSTICE ET RECONCILIATION RECLAME UN CLIMAT APAISE


Les membres de la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR) étaient

(Photo Sylvio Combey)

Mgr Nicodème Barrigah-Benissan, Pdt CVJR

en fin de semaine dernière devant la presse. Objectif, faire le point des activités menées depuis leur installation le 29 Mai dernier, et leurs attentes pour un bout aboutissement de leur mission.

« La Commission a besoin d’un climat apaisé et serein pour pouvoir faire son travail » c’est en substance une partie du message délivré par le Président de la Commission Vérité Justice et réconciliation (CVJR) Mgr Nicodème Barrigah-Benissan, le vendredi dernier lors d’une rencontre avec les professionnels de la communication.

Le Président dit avoir constaté depuis quelques mois, l’attention des populations totalement absorbée par  les débats autour des prochaines échéances électorales, ce qui relègue au second plan, les activités de la commission. Il a donc exhorté les partis politiques et toute la population à converger leurs efforts pour que les présidentielles de 2010 soit transparente, libre, démocratique et exempte de violences. « Ces élections constituent un tournant décisif de notre histoire commune » a-t-il souligné.

A en croire les responsables de la commission, trois étapes essentielles vont meubler le processus en occurrence la déposition, les enquêtes et l’audition.

Par ailleurs, les activités relatives aux dépositions et surtout les investigations et auditions ne pourront commencer avant la proclamation des résultats. « la commission a fait ce choix au regard du contexte sociopolitique particulièrement complexe de notre pays afin d’éviter les interprétations tendancieuses des orientations qu’elle aura choisies » a déclaré le Président de la Commission.

S’exprimant sur l’amnistie générale prise en 1990 pour éponger certains faits, Mgr Barrigah-Benissan a déclaré qu’il est important de revisiter les faits qui se sont produits dans ces périodes afin de faire la lumière sur les faits afin de les situer dans l’histoire. « Cela ne veut pas dire que nous remettons en cause les amnisties » a-t-il précisé.

Les membres de la CVJR rappellent avoir déjà exécutés certaines activités notamment des rencontres avec des partis politiques, des acteurs nationaux  et la mise en œuvre d’une campagne de sensibilisation, de communication et de mobilisation sociale. Des rencontres ont été également menées avec des partenaires pour la mobilisation des fonds. Sur ce point, le Président de la Commission indique mener des activités avec un budget évalué à 4 millions 676 mille 761 dollars US. Pour lui, « il faut 5 à 12 millions de dollars pour une commission de travailler ». Néanmoins, ils se sont félicités de la contribution du gouvernement estimée à deux cents millions (200.000.000) de francs Cfa, de l’appui du Haut Commissariat des Nations Unies au Droits de l’Homme (HCDH) et du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et aussi de la promesse de partenaires financiers même si certains le conditionnent au bon déroulement du prochain scrutin.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :