NDH-Togo lance ‘La Nuit des Droits de l’Homme’


Me Bertin Amegah-Atsyon, Président de NDH-Togo

Le 61ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH) n’a pas été commémoré sans l’Association ‘Nouveaux Droits de l’Homme (NDH-Togo). Elle a organisé pour l’occasion, une conférence débat couplée du lancement d’une initiative ‘La Nuit des Droits de l’Homme’. Une opportunité  pour le conférencier Me Jean Yawovi Degli de se féliciter de l’évolution relative du respect des droits de l’homme au Togo et  de fustiger le système des Nations Unies qui ne se fait pas appliquer les principes des droits de l’homme.
C’est la salle de conférence du Ministère de l’Environnement qui a servi de cadre, vendredi denier, à une conférence placée sous le thème ‘De la déclaration des principes à la protection des Droits de l’Homme’. Le conférencier Me Jean Yawovi Dégli avocat à la cour, a situé le débat dans son contexte depuis la chute du mur de Berlin en Allemagne avec toutes les conventions et dispositions prises pour protéger les droits de l’homme partout ils seront menacés. Il s’est réjoui du fait que ces dispositions aient commencé par donner de l’insomnie aux dictateurs. « Avec l’application des principes de droits de l’homme, les dictateurs n’ont plus d’abri, ils sont rattrapés où qu’ils se cachent » a-t-il précisé.
Il dit avoir remarqué une évolution remarquable en matière de droits de l’homme au Togo tout en soulignant qu’il n’est pas de bon ton de se satisfaire de quoi que se soit. « Nous sommes encore au début et nous devons faire des efforts pour que chaque droit soit respecté pour chacun » a-t-il ajouté. Pour lui, il faut que les droits de chaque citoyen soient respectés où que l’on soit.
En prélude à cette conférence, a été lancée ‘La Nuit des Droits de l’Homme’, une initiative de l’association Nouveaux Droits de l’Homme. Cette initiative, à en croire les responsables de l’association, vise à permettre de pérenniser l’action des Togolais qui concourent à la promotion, à la protection et à la défense des droits de l’homme. Pour Me Bertin Amegah-Atsyon président de NDH-Togo c’est une nuit au cours de laquelle seront remises des distinctions aux citoyens de tout bord soulignant que c’est pour aller dans le sens de Nouveaux Droits de l’Homme France qui initie chaque année le prix littéraire des droits de l’homme.
Plusieurs catégories sont prévues en occurrence meilleur organe de presse, meilleur journaliste reporter, meilleur artiste de la chanson, meilleur étudiant ou encore meilleur citoyen ou responsables politiques  ayant milité dans le sens du respect des droits de l’homme au Togo.
La première édition de cette initiative devra démarrer l’an prochain.
Sylvio Combey

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :