LA COLLECTE DES ORDURES MENAGERES SUR FOND DE MAGOUILLE


Camion en plein rammassage d'ordures à Lomé

Camion en plein rammassage d'ordures à Lomé

Les troubles sociopolitiques qui ont secoué le pays dans les années 90, n’ont pas épargné la SOTOEMA, cette société étatique qui veillait à l’assainissement des villes du pays. Depuis lors, des jeunes formés sur le tas, ont pris l’initiative de passer de porte-à-porte, et ramasser des ordures ménagères. Mais depuis quelques mois déjà, c’est la grogne dans les rangs de ces jeunes, ils disent avoir été dupés par la Mairie, en complicité avec les établissements INSHALLA, WMS, et FIS dans l’attribution des marchés dans le compte du projet PEULH.

Les Etablissements de ramassage d’ordures INSHALLA, FIS et Waste Management Service WMS sont cités depuis près de six (6) mois déjà, dans une affaire de magouille, de corruption avec comme chef d’orchestre l’ancien maire de la ville de Lomé Baëta. En effet, les précollecteurs d’ordures, regroupés au sein du Collectif des Etablissements pour le ramassage d’Ordures (CERO), leur reproche d’avoir violé les clauses d’un appel d’offre, le projet PEULH, concocté par le Premier ministre Gilbert Fossoun Houngbo avec ses partenaires. C’est un projet financé à hauteur de quatre milliards cinq cents millions de francs Cfa, qui est censé permettre non seulement aux agents collecteurs d’ordures de se professionnaliser mais assainir la capitale surtout, et les villes de l’intérieur. Il devrait permettre de faire disparaître les dépotoirs anarchiques crées à tout bout de champs.

L’annonce de ce projet, lors d’une rencontre avec les acteurs concernés le 6 Août 2008, avait entrainé la création des sociétés fictives avec pour but principal, d’éliminer ces jeunes dévoués à l’assainissement de ville de Lomé, qui se sont exposé malgré eux, à d’énormes risques de contamination de maladie. Il se révèle que l’appel d’offre, lancé le 18 octobre 2008 par la municipalité, conformément au texte d’appel d’offre de la rubrique F- ATTRIBUTION DU MARCHE, alinéa 25.1 de la page 14, stipulait qu’aucune entreprise commissionnaire ne devrait gagner plus de deux lots. Force est de constater que la commission chargée à l’attribution des marchés, a accordé trois, voire cinq lots, à certaines entreprises, hâtivement créées, laissant ainsi pour compte le collectif CERO qui avait pourtant joué pendant plus d’une décennie, un rôle significatif, dans la gestions des ordures dans la commune de Lomé.

Ce dévouement, du côté de CERO, avait même été noté remarqué par certaines institutions internationales, ce qui leur a même valu des séminaires de formation, organisées par des ONG à l’instar de CARE Internationale, JEAF JUNIOR AND SENIOR ACHIVIEMENT pour ne citer que ceux-là.

A en croire, le Président du collectif AGBOKA kodjo Mawupé, la commission a attribué 5 lots à la société Waste Management Service (WMS) de Mlle BAETA, la fille de l’ex maire BAETA. Il soutient que cette dernière avait crée un autre établissement du nom de FIS pour rafler un second marché, qui est tout de même retenu, sur fond de magouille et de corruption. « La Mairie regarde tout cela mais se tait » s’est plaint le président de CERO. Selon les explications de ce dernier, cette double candidature viole les règles de l’appel d’offre et mérite, d’emblée, la disqualification des dossiers de BAETA. Cette même commission insinue que, les entreprises devant opérer sur le terrain, doivent avoir des expériences dans le domaine. Une idée que les dix sept établissements regroupés au sein du CERO ont qualifié de prétexte, surtout que les sociétés WMS, FIS, INSHALLA, non seulement sont nouvellement créées et déguisées en établissement de pré collecte, mais aussi n’ont aucune expérience et ramassent, avec peine, les ordures ménagères sur les dépotoirs intermédiaires. Ils disent voir dans cette démarche, une manière d’écarter les collecteurs de porte à porte, malgré les efforts qu’ils ont consentis pour se conformer aux exigences de la mairie dans l’appel d’offre.

La protégée de l’ancien maire de la ville de Lomé, selon les propos des responsables du CERO, déclarait à qui veut l’entendre que, « cette décision de retient de l’entreprise FIS vient de Lomé 2 ». Une réponse qui étonne plus d’un. Contactée, la demoiselle BAETA se refuse à tout commentaire. Un proche à elle, confie qu’il a été reproché à ce collectif de n’avoir pas été constitué en entreprise pour postuler à l’appel d’offre et pourtant « nous nous sommes mutés en opérateur économique pour pouvoir participer à l’appel d’offres, payer les impôts et au même moment la mairie demande qu’on lui verse des ristournes sur le chiffre d’affaires de chaque fin du mois par entreprise. Après toutes les dépenses faites pur la constitution des dossiers de cet appel d’offre, la mairie nous a malheureusement laissé tomber au profit des entreprises FIS et INSHALLA » a répondu Monsieur Agboka. Il va même loin et déclare  que la mairie a réservé à la demoiselle BAETA, des lots juteux à savoir la résidence au Bénin, cité millénium, cité OUA pour ne citer que ceux-là, alors que les anciens ramasseurs n’ont même pas eu un seul lot de la cagnotte. Mais les revendications par rapport à ces manquements selon AGBOKA n’ont accouché que d’un souris, deux lots étaient attribués à deux membres de leur collectif sur les 18 établissements à la périphérie de Lomé (Kélégougan, Attiégou),  comme pour narguer les anciens précollecteurs. Nos investigations ont révélé que les responsables des établissements WMS et FIS, sont entrain de récupérer les employés de CERO, leur promettant de meilleures conditions de vie et de travail, avec seulement seulement cinq mille francs d’augmentation sur les salaires.

Le 15 Juillet dernier, le Président de la délégation spéciale de la commune de Lomé Awouissi Lodé, sur instruction du Premier Ministre a-t-on appris, a reçu le collectif afin de trouver un consensus. Les doléances formulées, les discussions devraient se poursuivre deux semaines plus tard mais depuis lors, c’est le statu quo. L’inquiétude va toujours crescendo dans les rangs des membres du CERO, ils craignent encore d’être sujets d’un coup bas. Les membres de la municipalité, disent-ils, usent la voie des menaces pour les dissuader. Le sieur MADOUGNITOU avait déjà menacé d’envoyer des militaires aux responsables de CERO qui restent, malgré tout, imperturbables et ne comptent jamais céder aux chantages des fossoyeurs de la mairie.

Le Collectif des Etablissements pour le Ramassage des Ordures porte à porte, faut-il le rappeler, opérait par ses propres moyens, suite à la faillite de l’ex-société SOTOEMA en 1997. Visant la salubrité de la ville de Lomé, les jeunes des quartiers de Lomé ont ainsi pris l’initiative de se regrouper. M. AGBOKA kodjo Mawupé soutient que la municipalité à l’époque jusqu’à ce jour ne les a jamais assisté. La municipalité était restée pendant plus d’une décennie, insensible. Vue les difficultés rencontrées, ce travail, au titre de bénévolat dans le temps, s’est vu obligé de solliciter la contribution de chaque ménage, ce qui a entraîné une redevance mensuelle de milles francs CFA par concession.

Face à ces irrégularités constatées, les membres du CERO ne comptent pas lâcher prise. Ils avaient déjà envoyé une correspondance au chef du gouvernement pour lui faire des problèmes rencontrés. Presque tous les jours et ce, depuis des années, la ville de Lomé est sillonnée par certains jeunes, poussant des charrettes ; Ils s’arrêtent devant les ménages, en vue de collecter les ordures ménagères. Des tracasseries qui avaient pour seul but d’assainir la capitale. Ce travail était devenu, bon gré mal gré, le gagne pain pour ces jeunes. Si rien n’est fait, c’est plus de 150 employés qui vont se retrouver ainsi au chômage, alors qu’ils avaient crées eux-mêmes, leur propre emploi.

Sylvio Combey  & Angèle APEDJEGO

Publicités

Une Réponse

  1. bonjours,messieurs,je ne pense pas que cela soit vrai car les gens dise des chose mais ce ne sent que des bobards,madame baeta n’est surement pas favoriser cela est impossible vu que sont pere de toute facon a la maladie d’Alzheimer en 2003 et ne se souviens plus de rien cette maladie l’empeche de savoir ne s’ait qu’une seul chose sur lui il ne sait meme plus quil a etait maire de lome,d’ailleurs,il est mort le 28 octobre 2013 ,moi le connaissons sa ma choquer,ne dite pas ce que vous ne savais pas sur les gens OK,et puis qu’est-ce que vous en savait vous ne connaisser meme pas cette dame,et puis de plus elle n’est pas du genre a ce mettre dans l’aile de son pere,elle se debrouille tres bien toute seul,deja c’est elle ui pay les medicament,operation,materiel pour handicaper,elle calcul meme l’agent quelle la en divisons se qu’il faut payer pour son fils,sa mere,son pere,et certains s’amis,a qui elle ne demande meme pas de remboursement,et elle fait partie d’un groupe contre la pauvrete dans la monde appeler le rotary

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :