Patrick Lawson : « M.Kolani n’est plus président de la CENI »


Patrick Lawson

Patrick Lawson

Henri Lardja Kolani « n’est plus » président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) à l’issue des discussions tenues samedi et dimanche à Ouagadougou sous l’égide du président burkinabè et facilitateur Blaise Compaoré, a annoncé lundi soir à Ouagadougou à l’Agence Savoir News, Patrick Lawson, le premier vice-président de l’Union des Forces de Changement (UFC).

« Pour avoir un langage clair avec vous, M.Kolani à partir de cet instant, n’est plus le président de la CENI.  Il faut qu’on recommence toute la procédure à zéro », a déclaré M.Lawson.

« Ici à Ouagadougou, après de longues discussions où chaque composante a donné sa version des choses, le facilitateur de la crise togolaise a proposé et cela a été accepté que nous retournions à la situation de départ, c’est-à-dire conformément à l’article 2 du règlement intérieur, le président d’âge puisse continuer sa mission », a-t-il expliqué.

Selon lui, sa  mission est de deux sortes: « la première c’est de faire adopter le règlement intérieur, c’est déjà fait. Il s’agit maintenant de faire désigner et élire le président de la CENI ».

« Donc nous allons recommencer les procédures à Lomé. Pour notre part,  nous aurions souhaité qu’on dégage déjà le nom autour duquel on va discuter à Lomé,  mais la sensibilité du pouvoir ne l’ayant pas accepté. Le facilitateur dans sa sagesse a décidé qu’on aille continuer le dialogue à Lomé sur ce problème et qu’au cours de la semaine qui commence jusqu’à la fin qu’on puisse trouver l’homme providentiel », a-t-il souligné.

« Mais que s’il y a des difficultés insurmontables, il est disponible pour nous aider », a précisé M.Lawson.

« Nous avons des candidats que ce soit en interne à la CENI ou en externe. Il y a encore des hommes de bonne moralité, des hommes censés être des partisans ni de l’un ou de l’autre camp. Nous sommes prêts à faire tout le sacrifice qu’il faut pour que cette CENI puisse être dirigée par un  homme généreux, juste et qui aime l’équité », a-t-il poursuivi.

« La conférence nationale a été dirigée par un prélat, pourquoi pas encore aujourd’hui. De même que des anciens ministres du président Eyadéma qui sont des hommes sages, qui ne sont pas nos partisans mais qui voudraient que les élections soient justes au Togo. Bien sûr parmi les dix-sept membres de la Céni, il y a des hommes de qualité qu’on pourrait également proposer pour l’UFC et le Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) », a fait remarquer le premier vice-président du parti de Gilchrist Olympio.

Rappelons que les représentants de l’UFC et du CAR boycottent depuis quelques jours la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI)  pour protester contre la procédure ayant abouti à l’élection du président de cette institution. Ils contestent également la personne de M.Kolani.

La CENI est chargée d’organiser et de superviser les élections présidentielles prévues le 28 février 2010 au Togo. C’est la première fois que la CENI organisera des élections présidentielles au Togo.

Trois partis politiques ont pris part aux discussions de Ouagadougou : l’UFC  (opposition) de Gilchrist Olympio, le CAR (opposition) de Me Dodji Apévon, et le Rassemblement du Peuple Togolais (RPT, le parti au pouvoir). Le gouvernement y était  également représenté.

www:savoirnews.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :